Bilan

Coronavirus: 1000 morts en Suisse, 100'000 dans le monde

Selon les décomptes cantonaux, la Suisse comptait plus de 958 morts à la mi-journée de vendredi 10 avril. Le pays enregistrant de 50 à 100 victimes par jour ces dernières semaines, la barre des 1000 décès a sans nul doute été franchie vendredi en cours de journée.

Le bilan continue de s'alourdir jour après jour dans le monde.

Crédits: AFP

Selon les données divulguées vendredi 10 avril par l'Office fédéral de la santé publique, la Suisse enregistrait à la mi-journée 805 personnes officiellement décédées du Covid-19. Le comptage des cantons indiquait pour sa part à la mi-journée 958 décès déjà signalés, la barre des mille morts devant être rapidement franchie.

Avec une moyenne de 283 cas pour 100'000 habitants, le pays connaît toujours l’une des incidences les plus élevées d'Europe. A ce jour, 24'308 cas ont été testés positifs, 734 de plus que la veille.

Le canton de Genève (786,6) est désormais davantage touché par la pandémie que celui du Tessin (781,1) en tenant compte de l'incidence. Le canton de Vaud (578,7) se retrouve en troisième position et celui de Bâle-Ville (511,4) en 4e. Le Valais suit avec 442,5, puis les Grisons (348,3).

Depuis le premier cas de Covid-19 confirmé en laboratoire survenu le 24 février dernier, le nombre de cas n’a cessé d’augmenter. A ce jour, environ 184’750 tests ont été effectués, dont 15% étaient positifs: plusieurs tests positifs ou négatifs sont possibles chez la même personne.

Des fêtes de Pâques confinées

Des centaines de millions de chrétiens s'apprêtaient vendredi à célébrer un weekend de Pâques inédit dans un monde en plein confinement face à l'épidémie de coronavirus, sur le point de faire son 100.000e mort.

D'ordinaire noire de monde pour cette fête, l'immense place Saint-Pierre de Rome restera désespérément vide. C'est sur écrans que les fidèles suivront les messes d'un pape François lui-même confiné, qui a rendu un hommage appuyé aux "saints de la porte d'à côté", ces "médecins, bénévoles, religieux, prêtres, et travailleurs qui accomplissement leurs tâches pour que cette société fonctionne".

A Jérusalem, pour la première fois en plus d'un siècle, le Saint-Sépulcre sera également fermé au public durant le weekend pascal. Une simple messe à huis clos y a été célébrée pour le vendredi saint, qui commémore la crucifixion du Christ.

Cette année, seul un "sosie" de Jésus a été autorisé à prier sur le parvis. "Déprimant", a résumé une habitante palestinienne de la Vieille ville.

Autre symbole de ce monde chrétien à l'arrêt: un an après l'incendie de Notre-Dame de Paris, "le chantier du siècle" supposé reconstruire la charpente de la vénérable cathédrale gothique était lui aussi figé, confinement oblige.

Chrétiens, mais également juifs et musulmans se voient privés de leurs célébrations: toutes les fêtes religieuses du mois d'avril sont affectées, la Pâques chrétienne, mais aussi Pessah, la Pâques juive, et sans doute aussi le ramadan qui doit débuter autour du 24 avril.

Avec un bilan qui s'alourdit d'heure en heure, notamment en Europe et aux États-Unis, le plafond symbolique des 100.000 morts devait être atteint d'ici samedi, trois mois après l'annonce d'un premier décès à Wuhan, berceau de la maladie, en Chine.

Le nombre de morts officiel s'établissait vendredi à la mi-journée à au moins 96.344 morts, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles. L'Italie reste la nation la plus touchée avec 18.279 décès, talonnée par les États-Unis (16.686 morts pour 466.299 cas), l'Espagne (15.843 morts), la France (12.210 morts) et le Royaume-Uni (7.978 morts).

Pas de "fête de la victoire"

Dans ce dernier pays, le Premier ministre Boris Johnson, contaminé et hospitalisé depuis dimanche, a pu sortir des soins intensifs. "Il doit se reposer", a souligné son père.

Comme dans l'Etat de New York, épicentre de la pandémie aux Etats-Unis, l'Espagne, l'Italie et la France relèvent une tendance à la baisse de la tension hospitalière, signe que le confinement commence à porter ses fruits. L'Espagne a annoncé vendredi son plus bas nombre de morts quotidiens depuis le 24 mars, avec 605 décès.

Partout, les autorités sanitaires appellent à ne pas relâcher les efforts pour autant. Et alors que certains pays européens se préparent à la sortie du confinement, des experts mettent en garde contre sa levée trop précoce.

"Le pire scénario serait une sorte de fête de la victoire avec tout le monde dans la rue, en train de s'embrasser et de se congratuler", prévient David Lalloo, directeur de l'École de médecine tropicale de Liverpool.

Autre sujet post-confinement, le gouvernement allemand s'apprête à lancer une application mobile, inspirée de Singapour, pour faciliter le suivi individuel des cas et l'identification des chaînes de contamination, alors que ce sujet de l'exploitation des données issues des smartphones suscite un vif débat autour de la protection des données privées.

Pendant ce temps, la communauté internationale s'évertue toujours à surmonter toutes ses divisions. La première réunion du Conseil de sécurité consacrée au Covid-19, organisée par visioconférence dans la nuit de jeudi à vendredi, a finalement accouché d'une souris. Ses 15 membres se sont bornés à apporter leur "soutien" au secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, sans adopter aucune des mesures fortes espérées.

Sumo contaminé

En Europe, les 27 sont finalement parvenus jeudi à trouver un accord à l'arraché prévoyant 500 milliards d'euros immédiatement disponibles et un fonds de relance à venir d'un montant équivalent. Ils n'ont cependant pas tranché la question de la mutualisation de la dette, les "coronabonds" destinés à soutenir l'économie à plus long terme, qui divise les pays du nord et du sud de l'UE. Un sommet européen se réunira le 23 avril pour "jeter les bases d'une reprise économique musclée".

De leur côté, les principaux pays producteurs de pétrole s'efforçaient toujours vendredi de finaliser un accord pour réduire leur production de 10 millions de barils par jour face à l'effondrement des cours.

La Banque mondiale et la Banque africaine de développement ont dit craindre une "crise alimentaire" en Afrique.

Ailleurs dans le monde, les hospitalisations dues au nouveau coronavirus sont en forte hausse à Moscou, où on dénombre plus de 7.000 cas et les capacités des services de santé atteignent "leurs limites", selon les autorités.

En guerre depuis cinq ans, et théâtre de l'une des pires crises humanitaires, le Yémen a annoncé vendredi un premier cas de contamination.

Sur les flots, cinquante membres de l'équipage du porte-avions Charles de Gaulle, fleuron de la marin française, ont été testés positifs au coronavirus.

Au Japon, le monde très fermé du sumo a confirmé un premier cas de coronavirus en son sein.

Les rorquals refont surface

Autre syndrome du confinement, un nouveau jeu est apparu sur la caisse de résonance des réseaux sociaux: s'habiller de tenues aussi chics qu'improbables pour sortir les poubelles, en robe du soir ou en tenue de Superman. "Sortir ma poubelle avec style, ça m'aide à me sentir à nouveau heureuse", veut croire Victoria Anthony, une DJ de Sydney.

Pour Rodolfo Llinas, neurophysiologiste et sommité internationale du cerveau, le confinement "n'est pas un problème aussi profond que pourrait l'être une guerre (...). Quand ce sera passé, (...) ce sera oublié comme ont été oubliées toutes les pandémies" et les gens "recommenceront à s'embrasser".

Alors que les hommes sont confinés, les animaux eux continuent d'en profiter. Après les dauphins dans les canaux de Venise ou les canards sur le parvis de la Comédie française à Paris, des rorquals ont fait leur réapparition au large de Marseille, le long des côtes françaises de la Méditerranée, profitant d'une mer inhabituellement calme et d'un trafic maritime quasiment à l'arrêt.

AFP/Bilan.ch

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."