Bilan

Coronavirus: PLR, Verts, USS et usam avancent leur pions pour le déconfinement

Un jour avant que le Conseil fédéral ne présente un plan de sortie, le PLR, les Verts, l'USS et usam dégainent leurs revendications. Entre protection des personnes vulnérables et redémarrage rapide de l'économie, le curseur bouge selon la sensibilité politique.

Pour l'Union syndicale suisse (USS), le maintien des emplois et du pouvoir d'achat est la condition nécessaire à une sortie de crise.

Crédits: Keystone

La sortie de crise doit passer par une réduction rapide des restrictions, un concept pour protéger les personnes vulnérables et un retour à la normale du processus démocratique, a souligné mercredi Petra Gössi, la présidente du PLR.

Limiter au maximum les restrictions


Les mesures de protection devraient se concentrer sur les groupes à risque, afin de limiter au maximum les restrictions pour le reste de la population. Le PLR demande d'étendre dès que possible les tests de dépistage à l'ensemble de la population. Un pistage efficace doit également être mis en place pour interrompre rapidement les chaînes d'infection.

L'usam, qui préconise un «redémarrage intelligent» dès le 27 avril, se fait plus précise. Plusieurs associations professionnelles ont formulé des plans, qui ont été soumis au Conseil fédéral, pour une reprise progressive de leurs activités.

Le commerce de détail, les détaillants d'articles de sport et de chaussures s'appuient sur le modèle de ce que font déjà les grands distributeurs et les pharmacies. Les coiffeurs prévoient de minimiser les contacts avec leur clientèle, de renforcer les mesures de désinfection et de porter des masques.

Tournant écologique


Le groupe parlementaire des Verts soutient un programme d'impulsion pour un tournant écologique. Les Verts veulent affecter plusieurs milliards de francs à des mesures, qui doivent permettre aux secteurs touchés par la pandémie de devenir plus résilients.

Ce programme vise à renforcer les circuits économiques régionaux ainsi que la protection du climat et de l'environnement: cela créerait des emplois et une valeur ajoutée au niveau local, soulignent les écologistes.

De leur côté, les Jeunes Verts défendent l'introduction d'un revenu de base inconditionnel. Ils ont remis mercredi au Conseil fédéral une pétition allant dans ce sens, signée par 33'000 personnes.

Garantir les salaires


Pour l'Union syndicale suisse (USS), le maintien des emplois et du pouvoir d'achat est la condition nécessaire à une sortie de crise. Le tableau peint par l'USS est sombre: entre fin mars et le 9 avril, 10'000 personnes sont tombées au chômage. Outre cette vague de licenciements, un quart des ayants droit, soit 1,5 million de personnes, se sont inscrites au chômage partiel.

L'USS plaide pour de nouvelles mesures comme une garantie de paiement de leur salaire à 100% ou une réduction des primes d'assurance maladie, financée par la Confédération. Parallèlement, les entreprises qui recourent au chômage partiel doivent s'abstenir de licencier ou de payer des dividendes.

Il s'agit de trouver une solution pour les salariés particulièrement vulnérables face au virus, a plaidé Pierre-Yves Maillard, le président de l'USS mercredi. Alors que l'Office fédéral de la santé publique les invite "à tout prix" à rester à la maison, ces personnes sont contraintes de continuer à travailler.

«Nous aimerions que les épidémiologues s'occupent aussi du monde du travail, a poursuivi le Vaudois. Il faut que les cantons et la Confédération engagent des moyens pour assurer que les mesures de distance et de protection soient garanties.»

Il décèle un décalage entre les moyens mis à disposition pour la répression et le contrôle dans le monde du travail: «On voit des forces de police qui mettent des amendes à des jeunes, cela représente beaucoup de forces engagées ici pour contrôler l'épidémie.»

L'USS demande encore au Conseil fédéral de présenter une solution pour le financement de l'accueil de jour des enfants. Le PLR souhaite lui aussi que les structures d'accueil d'enfants restent ouvertes, afin d'éviter que les enfants soient confiés aux grands-parents. L'enseignement dans les écoles devrait reprendre après les vacances de printemps, avance encore le parti.

Limiter l'aide


Pour ce dernier, la Confédération devrait présenter à court terme un plan de réduction de la dette pour les obligations découlant de la crise liée au coronavirus. Ce parti appelle à ce que les mesures de soutien prennent fin le plus rapidement possible et ne veut pas que la crise soit «exploitée pour étendre l'Etat-providence à long terme».

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."