Bilan

Des opérateurs telecom face à la crise

Alors que l’économie suisse tourne au ralenti suite aux mesures fédérales et cantonales, les opérateurs telecom maintiennent des boutiques ouvertes et leurs réseaux en état de fonctionner. Focus sur une activité stratégique.

Les réseaux telecom sont considérés comme stratégiques par les autorités.

Crédits: Keystone

Depuis le 17 mars, il est impossible pour un consommateur suisse de s’acheter des chaussures dans une boutique. Par contre, il peut changer de smartphone, modifier son abonnement téléphonique ou modifier sa box TV directement auprès de vendeurs dans les points de vente. En effet, par l’ordonnance 2 Covid-19, les opérateurs telecom ont été exemptés des mesures de fermeture imposées à l’ensemble des commerces non-alimentaires, à l’instar des professions médicales, des banques et de quelques autres secteurs (hôtels, administrations publiques, services du domaine social, ateliers de réparation de moyens de transport,…).

Derrière ce choix des autorités résident plusieurs motivations. En premier lieu la volonté de ne pas entraver les communications, en période de confinement recommandé. A la fois pour des raisons personnelles et de santé (comment prévenir les services de santé si son téléphone ne fonctionne pas?) que pour des raisons professionnelles (le télétravail exige des infrastructures et équipements performants, afin que le «ralentissement» de l’économie ne se transforme pas en arrêt brutal).

Les boutiques des opérateurs ouvertes

Du côté des trois opérateurs majeurs du pays, un certain nombre de points de vente ont donc été maintenus ouverts. Chez Swisscom, le nombre de boutiques ouvertes a été largement réduit et les horaires adaptés: «Afin de protéger au mieux les clients, ainsi que nos collaboratrices et collaborateurs, nous ne laisserons entrer les premiers qu’individuellement. Notre personnel veille de manière accrue au respect des règles d’hygiène particulières en vigueur. Swisscom accorde une priorité absolue à la sécurité et à la santé de son personnel et de ses clients. Nous permettons à nos collaboratrices et collaborateurs de pratiquer le télétravail dans toute la mesure du possible. Tout en faisant tout ce qui est en notre pouvoir pour répondre au mieux aux besoins de nos clients». Ce qui se traduit par un réseau ouvert de 32 points de vente en Suisse romande (et deux autres à Bienne), avec des horaires réduits (du lundi au samedi, de 10h à 15h), dont la carte est accessible en ligne.

Chez Sunrise, un porte-parole assure que la société a «pris (les) dispositions pour que chacun puisse atteindre un magasin ouvert à une distance utile dans toute la Suisse» tout en ajoutant que «la santé des clients et des employés des magasins reste la priorité absolue». S’appuyant sur le fait que «des infrastructures et des services de télécommunications efficaces font partie des fondements les plus importants de l'économie et de la société, surtout en temps de crise», l’entreprise a publié une liste des magasins qui restent ouverts. En Suisse romande, ils sont quatre (Fribourg, Genève, Lausanne et Sion) ainsi qu’un point de vente à Bienne, là aussi avec des horaires adaptés (de 12h à 18h du lundi au vendredi et de 12h à 16h le samedi).

Enfin Salt a décidé de faire un geste en faveur des personnes actives qui travaillent à distance: tous les clients Salt Business bénéficieront jusqu’à fin mai d’une utilisation illimitée des données mobiles au niveau national en haut débit 4G/4G+, sans frais supplémentaires. «Nous prenons la situation actuelle très au sérieux et nous nous efforçons d’assumer notre responsabilité sociale en contribuant à contenir la propagation de cette pandémie. En fournissant à nos clients Salt Business des solutions de télétravail de haute qualité, sans frais supplémentaires, nous visons à soutenir la continuité et la croissance de leur activité tout en permettant à leurs employés d’éviter d’être exposés», explique Christian Aveni, responsable de l’activité de service aux entreprises chez Salt.

Télétravail et surcharge du réseau

Chez Swisscom, on rappelle que «le coronavirus conduit les entreprises et les écoles à relever de grands défis. Nous les soutenons dans la mise en place de solutions pour le télétravail tout en développant activement les capacités de nos infrastructures. La situation est également difficile financièrement pour de nombreuses entreprises. C’est pourquoi, pour les mois à venir, nous proposons des offres suivantes gratuitement, sans engagement et sans obligation contractuelle ni prolongation automatique», avec notamment des solutions Microsoft Teams ou Webex.

Une amélioration de l’offre qui peut se révéler cruciale en cette période, notamment en raison de la surcharge des besoins. En effet, si les réseaux telecom des entreprises sont dimensionnés pour faire face à un trafic intense de données, les réseaux urbains, en cuivre ou en fibre optique, sont soumis à rude épreuve depuis quelques jours. Visioconférence pour remplacer les réunions et rendez-vous, téléchargements de documents, envois de mails et de messages, mais aussi films et séries en streaming lors des moments de temps libre: les réseaux sont intensément sollicités.

C’est ainsi que dès lundi, un certain nombre d’abonnés ont vu leur connexion rencontrer des ralentissements ou même être momentanément coupée. Si la Suisse romande a été relativement épargnée (à l’exception de quelques coupures précoces dans le canton de Fribourg), les services de Swisscom ont dépêché des équipes pour rétablir la continuité de l’accès au réseau. Interrogé par nos confrères de Heidi.news, le porte-parole de Swisscom Christian Neuhaus a expliqué que «les priorités sont guidées principalement par les recommandations de l'Office fédéral pour l'approvisionnement économique du pays», avec donc un soin tout particulier accordé aux services médicaux, à l’industrie pharmaceutique, aux transports, à l'énergie, à l'alimentation, aux services d’Etat.

En cas de soucis, Swisscom informe en direct sur son site web les utilisateurs (particuliers ou entreprises) sur d’éventuelles perturbations sur son réseau qui pourraient freiner le début de transmission des données et ralentir le travail de chacune et chacun depuis son domicile ou son lieu de travail.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Bilan vous recommande sur le même sujet

Les derniers Articles Economie

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."