Bilan

La Berd pointe l'impact "massif" de la pandémie, surtout en Europe centrale

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) prévoit un choc "massif" de la pandémie de nouveau coronavirus sur les économies d'Europe centrale et orientale et à un degré moindre pour certains pays du pourtour méditerranéen.

La Berd a publié mercredi dans un communiqué ses prévisions économiques pour les 37 pays qu'elle couvre.

Crédits: AFP

La Berd, dont le siège est à Londres, a publié mercredi dans un communiqué ses prévisions économiques pour les 37 pays qu'elle couvre.

Elle table sur un plongeon de 3,5% du produit intérieur brut (PIB) en 2020 avant un rebond de 4,8% en 2021.

Ces estimations sont toutefois sujettes à une grande incertitude, prévient la Berd qui les a concoctées avec l'hypothèse d'une sortie progressive des confinements et d'un retour à la normale au cours du second semestre.

"La crise a un impact massif et en sortir sera difficile", prévient Beata Javorcik, économiste en chef à la Berd.

"Ce n'est pas le moment de se tourner vers le nationalisme et le protectionnisme économiques, mais le moment de construire un avenir meilleur grâce au libre-échange, à la lutte contre le changement climatique et à la coopération économique", a-t-elle estimé.

La Berd explique que la pandémie a affecté les pays qu'elle suit à la fois en plombant l'économie domestique du fait des restrictions mais également en réduisant les échanges de matières premières et le tourisme, qui sont essentiels à nombre de pays fragiles.

Les économies d'Europe centrale et les Etats baltes devraient être parmi les plus affectés, en raison d'un confinement plus strict, avec une chute de 7% du PIB pour la Croatie, la Lettonie et la Lituanie.

Dans l'Europe du sud, la Grèce va voir son PIB reculer de 6% tout comme Chypre, du fait de la chute du tourisme.

De même, la baisse est attendue à 3,5% en Turquie, avant une forte reprise en 2021.

La Russie devrait elle accuser un repli de 4,5%, plombée par l'effondrement récent des prix du pétrole.

Enfin, en Méditerranée, le Maroc (-2%) et la Tunisie (-2,5%) devraient limiter la casse contrairement au Liban (-11%), où le coronavirus amplifie une crise majeure déjà en place avec une inflation galopante et une chute de la livre libanaise.

Seule une poignée de pays échapperont à une baisse du PIB en 2020, à savoir le Turkménistan, l'Ouzbékistan et l'Egypte, cette dernière profitant de projets d'infrastructures et du boom des télécoms.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."