Bilan

Tennis: les Aces du confinement

Open d’Australie, Roland Garros et désormais Wimbledon: les plus grands tournois de tennis sont tous chamboulés pour des cas de force majeur. Autant les incendies que la pandémie frappent un milieu en manque de temps.

Autant les athlètes que les organisateurs souffrent de l'absence de tournois.

Crédits: DR

Les tournois de tennis sont annulés les uns après les autres. L’Open d’Australie a été perturbé à cause des graves incendies dans le pays (NLDR: correction faite), même s'il a finalement été remporté par Novac Djokovic et Sofia Kenin. C’était début janvier. Manque de chance pour les férus de tennis, les tournois suivants n’ont pas eu plus de chance.

Il y a toutefois certains athlètes qui mettent du baume au cœur en ces périodes de confinement, à commencer par Stan Wawrinka et Benoît Paire. Tour d’horizon des grands chambardements de l’année.

Marcher sur les plate-bandes

Les organisateurs de la Laver Cup se sont montrés agacés par les choix de ceux de Roland Garros. Et pour cause: le tournoi français a annoncé des dates différentes pour son tournoi. Plutôt que la fin du mois de mai, le tournoi devrait avoir lieu en septembre.

Le problème avec cette annonce, est que la Laver Cup a déjà réservé ces dates pour son tournoi. «L’événement prend place chaque année, deux semaines après l’US Open», peut-on lire sur le site officiel. Lorsque Roland Garros a annoncé le changement de date, c’est par un tweet très clair que les organisateurs de la Laver Cup ont répondu.

Le site Tennis.com parle d’une «action désespérée de la part de la Fédération Française de Tennis (FFT). Vasek Pospisil, joueur canadien et membre du conseil de l’ATP a lui aussi montré son mécontentement. Il parle sur Twitter de devoir mettre en priorité la communication et de ne pas «prendre des décisions égoïstes/arrogantes qui vont impacter le circuit de manière négative».

La joueuse Naomi Osaka s’est elle fendu d’un «excusez-moi???» suite à l’annonce.

Le correspondant de tennis de la BBC Russell Fuller soulignait les tensions déjà présentes. «Il y a déjà une certaine rancœur entre les joueurs et les Grands Chelems. Beaucoup de professionnels sentent qu’ils n’ont pas une assez grande part des profits des Grands Chelems.»

USA, USA

L’avenir de l’US Open est lui incertain. L’Association américaine de tennis (USTA) a publié un communiqué à la suite de l’annulation de Wimbledon. «Pour l’heure, l’USTA compte toujours accueillir l’US Open comme prévu, et nous continuons nos plans pour mettre en place le tournoi. l’USTA surveille avec attention l’environnement qui change très vite et qui entoure la pandémie du COVID-19 et se prépare à tous les scénarios.» Le site est transformé en hôpital pour les malades. Le Billie Jean King National Tennis Center a aménagé une salle pour mettre à disposition 350 lits.

Le tournoi qui s’en tire le mieux est sûrement Wimbledon. Ce tournoi, qui est le jardin de Roger Federer, paye depuis 17 ans une assurance qui le protège des pandémies. Des médias affirment que les organisateurs vont recevoir 141 millions d’euros. Richard Lewis, directeur exécutif du tournoi, se dit chanceux d’avoir des assurances. «Les assureurs, les courtiers et toutes les personnes incluses ont été excellentes sur ce travail jusqu’à aujourd’hui, mais il y a encore beaucoup de travail». L’an dernier, Wimbledon aurait engendré pour 250 millions de revenus.

Les athlètes: des shots et des shoots

Quant à savoir ce que les athlètes font pendant ce confinement, c’est variable. Un duo a réussi à faire sourire la Twittosphère, il s’agit de Benoît Paire et Stan Wawrinka.

Les deux tennismen se sont à plusieurs reprises retrouvés en direct sur Instagram. Ce ne sont pas tant des exploits sportifs qu'ils proposent - quoique la levée de coude est bien présente - mais ils reviennent un peu sur leurs parcours et se sabrent les uns les autres. Dans un des directs, Benoît Paire a d'ailleurs demandé à Stan Wawrinka: "Mais gros, qu'est-ce qu'il a mon coup droit?".

Le sérieux et le business

Les vidéos sponsorisées existent depuis un moment sur la plateforme Instagram. Les athlètes de haut niveau jouissent souvent d'une grande visibilité, ce qui représente une véritable aubaine pour les annonceurs. En période de confinement avec toutes les compétitions sportives qui sont gelées, des équipementiers comme Nike ont tout intérêt à demander à leurs égéries de s'activer. D'où la présence de nombreuses vidéos de type défi.

Plusieurs athlètes s’y sont d’ailleurs mis, et certains bénéficient l’appui de leurs sponsors. Ils diffusent des messages et vidéos à l’ensemble de leurs followers, et ce pour honorer leur contrat ou en signer de nouveaux. Cristiano Ronaldo et son challenge des abdominaux font certainement partie de cette catégorie, avec la Living Room Cup.

Les marques tentent aussi d'instruire leur public. Porsche a réalisé une vidéo avec ses ambassadeurs, dont la tenniswomen Angelique Kerber.

De son côté Roger Federer est sorti du silence qui lui était reproché au début de la crise. Des journalistes sportifs encourageaient le sportif à user de son influence pour demander aux gens de respecter les consignes et de rester à la maison. Le Bâlois a depuis partagé un peu de son quotidien et de ses exercices pour ses fans. Autre ambiance que chez le Portuguais, puisque l'icône du tennis a décidé de sortir son plus beau chapeau. Ici, pas de logo de sponsors ou de montage léché. Il s'agit d'une minute de jeu contre un mur, avec certes le logo Wilson bien marqué sur la raquette et les équipements de ses sponsors.

Garciarebecca1
Rebecca Garcia

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de société, au business du sport et aux jeux vidéo.

Du même auteur:

A chaque série Netflix son arôme de cannabis
Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."