Bilan

Les revenus passagers mondiaux pourraient chuter de près de 20% (IATA)

Si l'ensemble des secteurs économiques est désormais contaminé par la pandémie du coronavirus, le transport aérien figure parmi ceux qui sont le plus fortement affectés, encore plus après le décret US interdisant pendant un mois l'entrée sur le territoire des ressortissants en provenance de l'espace Schengen.

Une propagation «étendue» du Covid-19 se traduirait quant à elle par une chute de 19% des revenus passagers mondiaux, ce qui équivaut à 113 milliards de dollars.

Crédits: DR

Selon un responsable de l'Association internationale de la branche (IATA), basée à Genève, l'industrie du transport aérien pourrait voir ses revenus amputés de près d'un cinquième. Dans un entretien paru vendredi sur le portail d'informations financières Allnews, Brian Pearce, économiste en chef et membre de la direction de IATA, évoque «deux scénarios envisageables».

Dans le cas d'une propagation «plutôt limitée», la baisse de la demande se traduirait par une perte de 11% des revenus passagers dans le monde, soit 63 milliards de dollars, dont 47 milliards dans les marchés associés à l'Asie.

Une propagation «étendue» du Covid-19 se traduirait quant à elle par une chute de 19% des revenus passagers mondiaux, ce qui équivaut à 113 milliards de dollars et s'apparenterait à ce que l'industrie a vécu à la suite de la crise financière de 2009, assure le responsable.

La faîtière des transporteurs aériens a lancé un appel aux gouvernements et aux régulateurs en vue d'atténuer les effets de la crise, comme l'abaissement des charges ou encore l'assouplissement des mesures d'attribution des créneaux horaires auxquelles sont soumises les compagnies aériennes.

«Lors des flambées épidémiques précédentes - SRAS en 2003 et H1N1 en 2009 - leur impact financier sur l'aviation a culminé au bout d'environ trois mois», relève M. Pearce, rappelant qu'il a fallu plus de six mois pour que les voyages en avion retrouvent leur niveau d'avant la crise.

La situation actuelle est différente, dans la mesure où la propagation du coronavirus est déjà observée dans quelque 80 pays. A eux seuls, les pays les plus affectés - Chine, Japon, Corée du Sud, Singapour, Iran, Allemagne, France et Italie - représentent 27% des revenus passagers mondiaux, souligne l'expert.

«Donc, même si la reprise se dessinait en profil en V, l'impact financier du Covid-19 serait plus étendu, car l'Europe mettra davantage de temps pour se rétablir», conclut-il.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."