Bilan

Royaume-Uni: le chômage augmente sous l'effet de la pandémie

Le taux de chômage au Royaume-Uni a augmenté à 4,1% en moyenne glissante pour les trois mois achevés fin juillet, contre 3,9% sur les trois mois terminés fin juin, conséquence de la pandémie de nouveau coronavirus.

La progression du nombre de cas de nouveau coronavirus accélère au Royaume-Uni, le pays le plus endeuillé par la pandémie en Europe.

Crédits: AFP

Selon l'Office national des statistiques (ONS) mardi, le nombre de personnes demandant des indemnités de chômage a atteint 2,7 millions en août dans le pays, un bond de plus de 120% depuis mars.

Au total, le nombre de chômeurs a augmenté de 104'000 personnes à 1,4 million pour les trois mois achevés fin juillet, à la suite de vagues de licenciements provoquées par le virus, et malgré des aides gouvernementales massives au maintien de l'emploi.

"Certains effets de la pandémie ont commencé à se dissiper en juillet avec la réouverture de certains secteurs de l'économie", comme les pubs, les salons de coiffure ou les clubs de gym, et le nombre d'offres d'emploi a également progressé en juillet, remarque le directeur des statistiques économiques de l'ONS Darren Morgan.

Mais "le chômage et les licenciements ont fortement augmenté parallèlement en août, ce qui montre que le coronavirus a encore un fort impact sur le monde du travail", ajoute-t-il.

Les secteurs particulièrement touchés comme l'aviation ou la distribution licencient en masse, même si les distributeurs sur internet comme Amazon ou les chaînes de supermarchés qui accélèrent leurs ventes en ligne ont annoncé des milliers d'embauche.

Mardi, la chaîne de fast-food Pizza Hut a annoncé 5000 embauches en plus des 6000 réalisées depuis le début de la pandémie, les livraisons de repas ayant été l'un des rares secteurs à profiter du "lockdown".

Si l'emploi a été ces dernières années l'un des domaines les plus résilients de l'économie britannique, les économistes et milieux d'affaires craignent un déferlement de licenciement à la fin octobre quand le programme de chômage partiel mis en place par le Trésor pour aider les entreprises à affronter le choc du coronavirus et du confinement prendra fin.

A partir de la mise en place du confinement strict imposé fin mars pour lutter contre la pandémie, le gouvernement britannique a pris en charge jusqu'à 80% des salaires à hauteur de 2.500 livres par mois. Depuis août, les entreprises doivent de nouveau payer les taxes patronales sur ces salaires.

Les aides sont réduites depuis début septembre et elles seront totalement retirées fin octobre.

"Il est encourageant de voir que le premier pas du retrait progressif du chômage partiel ne s'est pas traduit par un bond des pertes d'emplois mais nous pensons que ce n'est qu'une question de temps", commentent les économistes de Capital Economics.

La progression du nombre de cas de nouveau coronavirus accélère au Royaume-Uni, le pays le plus endeuillé par la pandémie en Europe, et de nouvelles restrictions sur les rassemblements viennent d'être mises en place dans le pays, ce qui pourrait peser sur la reprise économique après une récession historique au printemps.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."