Bilan

100 leaders qui ont réussi avant 40 ans

Ils ont entre 20 et 39 ans et ont excellé dans leur discipline. Bilan présente sa sélection 2021 de 100 personnalités riches et inspirantes (en collaboration avec Bilanz).

Crédits: Stock Colors/Getty images

Réussir à faire fortune avant 40 ans est un challenge que beaucoup se lancent dès la sortie des études ou au tout début de leur carrière. Alors que certains vont s’engager corps et âme dans leur discipline sportive pour devenir un champion et vivre de leur «passion», d’autres vont cultiver une âme entrepreneuriale en créant leur startup, au risque de perdre des billes et d’enchaîner les nuits blanches.

Quoi qu’il en soit, le travail, l’instinct, la prise de risque sont des éléments indispensables à la réussite. Pour cette 6e édition de notre classement, nous comptons 22 nouvelles personnalités provenant en grande partie des cantons de Zurich, Zoug et Vaud. Parmi celles-ci, Fabian Hediger, qui très jeune a fait fortune dans les bitcoins et la finance décentralisée. Ou Adrien Treccani, 34 ans, qui a lui aussi réussi le pari des cryptomonnaies avec son entreprise Metaco.

Plusieurs femmes entrent dans notre palmarès. C’est le cas de Samantha Anderson, 33 ans, établie en Valais et dont la technologie de recyclage du PET a remporté une dizaine de prix internationaux. Autre entrepreneure à suivre: la Zurichoise Stefanie Flückiger-Mangual, 33 ans, qui a fondé en 2017 la biotech Tolremo qui lutte contre les résistances aux thérapies du cancer.

Quant à celui qui prend la tête du classement, il s’agit pour la deuxième année consécutive du Genevois Guillaume Pousaz, 39 ans, dont la société checkout.com a été valorisée à plusieurs milliards de francs. Bonne lecture.


Méthodologie

C’est la 6e édition de notre classement de ces 100 personnalités de moins de 40 ans qui ont fait fortune. Ils doivent être Suisses ou résider en Suisse. Ce palmarès est réalisé conjointement avec la rédaction alémanique de Bilanz et en partenariat avec la banque privée Mirabaud. Ont participé à cette opération: Ghislaine Bloch, Fabienne Bogadi, Jean-Philippe Buchs, Luigino Canal, Daniel Eskenazi, Erich Gerbl, Olivier Grivat, Rebecca Garcia, Bastian Heiniger, Matthieu Hoffstetter, Marc Kowalsky, Iris Kuhn-Spogat, Stefan Lüscher, Patricia Meunier, Julie Müller, Erik Nolmans, Joan Plancade, Gian Pozzy, Dick Ruschmann, Chantal de Senger, Marat Shargorodsky et Mary Vakaridis.


Services

Bertrand Baud, 26 ans
GE, Café (Les Pères’Colateurs)
5 à 10 millions, NOUVEAU

Ne buvez plus votre café, mangez-le! La société Les Pères’Colateurs commercialise son Coffola, du café en tablettes, en pâtes à tartiner et autres déclinaisons. Réalisé à Genève, le produit ressemble à du chocolat, avec sa texture et sa douceur, mais est fabriqué à partir de grains de café. «Ce n’est pas du chocolat, nous utilisons la graine de café mais pas de cacao, c’est ce qui donne ce goût si particulier, et c’est aussi en cela que résident la nouveauté et le marché énorme qui s’ouvre à nous», précise Bertrand Baud, inventeur du Coffola et directeur de l’entreprise. Il ajoute que sa recette, 100% naturelle, est brevetée tout comme le concept. Valorisée à 8 millions, la société procède actuellement à une levée de fonds.


Léa Miggiano, 26 ans
BE, Mobilité (Carvolution)
5 à 10 millions, Hausse

Le marché des abos auto explose littéralement et, en Suisse, Carvolution en est le prestataire le plus connu. CMO et fondatrice de la société, Léa Miggiano fait même sa pub à la TV. Elle et ses entreprises rivales ont déjà collecté 26 millions de francs, y compris de Ringier Digital Ventures, de La Mobilière et de l’entrepreneur Francisco Fernandez.


Alexandre Bonvin, 28 ans
VS, Sextoys, gastronomie
100 à 200 millions, Stable

Fils du promoteur Stéphane Bonvin, Alexandre Bonvin est un «serial entrepreneur» qui a réussi. Domicilié à Lens (VS), il a rencontré un vif succès avec le site d’accessoires intimes kisskiss.ch. Ses huit sociétés, regroupées sous la holding Audacia, livrent dans 20 pays et comptabilisent 1,2 million de clients. Audacia, qui enregistre une croissance de 100% depuis le début de 2021, a ouvert son capital au public à travers des jetons numériques. Le jeune CEO détient également Le Green Van, trois foodtrucks, et deux restaurants de hamburgers (au Flon et à Genève).


Guillaume Granelli, Niklas Van Neyghem et André Abreu, 28, 29 et 35 ans
VD, responsabilité sociale (Alaya)
5 à 10 millions, Stable

La plateforme Alaya permet aux entreprises de donner plus de sens au travail et d’inciter les employés à avoir un impact positif, par exemple en faisant du bénévolat, des dons ou en réalisant des actions simples comme économiser de l’énergie ou s’engager dans un mode de vie plus sain. Présente au niveau international, l’entreprise compte des clients comme PwC, Johnson & Johnson et L’Oréal.


Olga Dubey, 30 ans
VD, Agriculture durable (AgroSustain)
10 à 20 millions

AgroSustain travaille sur le développement de fongicides biologiques et d’enrobages pour prolonger la fraîcheur des fruits et légumes. Fondée par la biologiste Olga Dubey, la startup a bouclé un financement dirigé par Giovanelli Fruchtimport, l’un des principaux importateurs suisses de fruits et légumes. Elle a aussi reçu de l’Union européenne une subvention de 2,4 millions d’euros.


Thibault Leroy Bürki, 30 ans
Berne, private equity
40 à 50 millions, NOUVEAU

Fondateur de Haute Capital Partners en 2017, Thibault L. Bürki a également investi en bourse, dans les cryptomonnaies et dans l’immobilier. Avec Haute Capital Partners, il a misé très tôt sur diverses startups, dont certaines sont aujourd’hui valorisées à hauteur de plusieurs dizaines de millions de francs, avec d’ambitieux projets pour certaines d’entre elles. Domicilié à Bienne, Thibault Bürki est activement engagé dans le développement de sa société à l’international avec un réseau de filières et une augmentation de capital.


Alexandre Uldry, 30 ans
VS, IMMOBILIER et commerce de détail
50 à 100 millions, Stable

L’entrepreneur de 30 ans diversifie ses activités en se lançant dans le commerce de détail avec la création de Swiss Energy Holding. Alors qu’il se désengage petit à petit du secteur immobilier en ayant vendu près de 60% de ses biens, il garde quelques projets de développement, dont deux à Genève et un autre au Locle (NE).


Benjamin et Jérémy Abittan et Stéphane et Neil Berdugo, 31, 39, 34 et 37 ans
GE, Immobilier (Héron Suisse Immobilier/Nest)
20 à 50 millions, Stable

En dehors de l’immobilier en Suisse romande avec les frères Abittan, Stéphane et Neil Berdugo ont investi aux côtés d’Audrey de Senarclens dans deux entreprises de menuiserie: Christian Bonaldi et André Stalder. Par ailleurs, Jérémy Abittan est actif dans le secteur de la santé. Quant à Benjamin Abittan et le groupe familial Chateauform’, leader dans les séminaires d’entreprise en Europe, ils ont souffert des restrictions dues à la pandémie. 


Max-Hervé George et Byron Baciocchi, 32 et 33 ans
Londres, Immobilier (Ultima)
300 à 400 millions, Stable

Cofondateurs du groupe Ultima en 2012, Max-Hervé George (à droite) et Byron Baciocchi codétiennent plus de la majorité des actions d’Ultima Capital, coté à la Bourse de Berne et dont le cours a progressé de plus de 30% ces douze derniers mois. En parallèle, tous deux investissent dans des sociétés high-tech ainsi que dans l’immobilier résidentiel et commercial (bureau, logistique), en Suisse, Irlande et Grande-Bretagne. De même, ils ont réalisé plusieurs acquisitions de data centers et de bâtiments logistiques au cours de l’année écoulée.


Phil Lojacono, 32 ans
ZH, Fintech (advanon)
5 à 10 millions, Stable

CreditGate24 a repris Advanon au printemps 2020. Il s’agissait d’une consolidation dans le segment très disputé du crédit accordé par des investisseurs via de semblables plateformes. Après un an chez CreditGate, l’ex-CEO et cofondateur d’Advanon Phil Lojacono est devenu CEO de Liiva, plateforme de Raiffeisen et de La Mobilière qui accompagne financièrement les propriétaires de logements.


Tobias Gunzenhauser, 33 ans 
ZG, alimentation pour bébés (Yamo)
2 à 5 millions, NOUVEAU

La startup Yamo promet des aliments sains pour bébés et le fait savoir sur les réseaux sociaux, ce qui ne plaît guère au grand groupe allemand Hipp, actif sur le même créneau. De sorte que depuis fin 2018 Tobias Gunzenhauser et ses cofondateurs José Amado-Blanco et Luca Michas ont un litige judiciaire avec Hipp. Caroline Müller-Möhl, présidente du groupe et de la fondation qui portent son nom, est elle aussi investie chez Yamo.


Ben Küffer, 33 ans
BE, Horlogerie (Norqain)
10 à 20 millions, Stable

En 2018, cet ancien responsable de marque chez Breitling a fondé Norqain avec Mark Streit, légende de la NHL, et Ted Schneider, fils de l’ancien propriétaire de Breitling. Depuis lors, Ben Küffer flirte avec le succès. Et depuis qu’il a annoncé, l’année dernière, son partenariat stratégique avec la célèbre manufacture de mouvements horlogers Kenissi, la marque est devenue familière auprès des amateurs de montres mécaniques suisses.


Vitaly Ponomarev, 33 ans
ZH, réalité augmentée (WayRay)
100 à 200 millions, Stable

Dans un secteur de l’automotive en restructuration, le fondateur russe de WayRay ambitionne de voir sa technologie de réalité augmentée intégrer les pare-brise dès 2023. Evoquées par Bloomberg ce mois d’avril, des discussions pour une fusion seraient en cours avec pour exigence posée par WayRay d’une valorisation à 2 milliards. Un chiffre bien au-delà des 500 millions évoqués encore récemment.


Robert Plantak, 34 ans
ZH, crowdfunding (Crowdhouse)
10 à 20 millions, Stable

L’idée de base de la société Crowdhouse, fondée en 2015, est à vrai dire simple. En achetant des tranches plus ou moins grandes, des investisseurs peuvent devenir copropriétaires d’immeubles de rendement. Crowdhouse dit avoir déjà vendu depuis des immeubles à hauteur de plus de 1,5 milliard de francs.


Joël Dicker, 35 ans
GE, Littérature
20 à 50 millions, Stable

Depuis 2012, l’écrivain genevois enchaîne les best-sellers. Boudé par les critiques mais plébiscité par les lecteurs, son dernier roman, «L’énigme de la chambre 622», figure dans le top 5 des auteurs les plus lus en France en 2020 avec 735 000 exemplaires vendus. Joël Dicker va quitter à la fin de l’année les Editions de Fallois pour créer sa propre structure éditoriale.


Iman Nahvi, 35 ans
SG, Marketing ciblé (Advertima)
5 à 10 millions, Stable

Avec Advertima, le cofondateur Iman Nahvi veut équiper numériquement des points de vente. Jusqu’à présent, sa technologie de reconnaissance faciale a surtout servi à des objectifs publicitaires, mais il souhaite désormais mettre en place des magasins sans caisse chez Amazon Go. A l’occasion d’un récent tour de financement, la startup a levé 15 millions de francs suisses.


Ertan Wittwer, 36 ans 
ZH, (Bestsmile)
10 à 20 millions, NOUVEAU

Ertan Wittwer a fondé la startup Bestsmile en 2018 avec deux coentrepreneurs et en a déjà fait un leader du marché des appareils orthodontiques transparents. A l’aide du Clear Aligner, les dents rebelles sont alignées en quelques mois. Coût: quelque 3000 francs, payables par tranches. Les affaires roulent: 300 collaborateurs sur 37 sites. «Nous en avons terminé avec l’expansion», dit Ertan Wittwer, qui mobilise désormais son énergie pour sa prochaine entreprise d’articles médicaux qu’il croit prometteuse, Hair&Skin, vouée aux transplantations capillaires et aux traitements de son propre sang.


Marc Aeschlimann, 37 ans 
GE, Services (Smood)
100 à 200 millions, NOUVEAU

Créée en 2012, la société de livraison à domicile Smood fait partie des gagnantes de la pandémie. L’an dernier, ses revenus ont bondi de 80%. Marc Aeschlimann s’est lancé avec ses économies alors qu’il était encore étudiant. Dès le début, les livreurs ont été engagés comme salariés. L’entreprise livre des repas en 45 minutes dans plus de 22 villes en Suisse. A la suite d’un partenariat avec des coopératives Migros (GE, TI, VD, VS), Smood apporte aussi des courses à la maison. Migros Genève détient 35% du capital. Le CEO ne communique pas son chiffre d’affaires, mais celui-ci est estimé à plus de 70 millions pour 2020 avec environ 400 000 clients en Suisse. En revanche, la rentabilité n’est pas encore là. La société envisage d’étendre son activité, par exemple à la livraison de médicaments.


Giada Ilardo, 37 ans
ZH, Tatouages (Giahi)
10 à 20 millions, Stable

A 16 ans, elle devenait déjà entrepreneure dans le monde du tatouage. Aujourd’hui, Giada Ilardo court de succès en succès et envisage une restructuration: d’ici à la fin de l’année, elle entend avoir à Zurich, dans des lieux prestigieux, deux boutiques phares, l’une pour le piercing et les bijoux, l’autre pour le tattoo. Et elle pense ouvrir l’an prochain sa première boutique à l’étranger. Giada Ilardo redouble en outre d’activité avec un nouveau partenaire sur le marché des bijoux piercing. «Cela nous ouvre de toutes nouvelles opportunités de vendre dans le monde entier nos bijoux piercing de luxe.»


Frédéric Mydske, 37 ans
VD, Immobilier (Norwood)
20 à 50 millions, Stable

Depuis que Frédéric Mydske a racheté Norwood à son père sous forme de MBO (management-buy-out) en 2016, la société a poursuivi son expansion avec plusieurs promotions résidentielles en cours dans le canton de Vaud. Frédéric Mydske est aussi actif dans l’hôtellerie avec Fram Hospitality qui possède et exploite cinq établissements à Lausanne (2), Vevey, Morges et Nyon, ainsi qu’un restaurant à Vevey. D’autres projets sont en cours de développement.


Jan Brzezek, 38 ans
ZG, finance (Crypto Finance)
2 à 5 millions, Stable

La société Crypto Finance de Jan Brzezek a obtenu de la Finma sa licence d’entreprise d’investissement et serait, dit-elle, le premier groupe financier réglementé d’Europe dans le secteur crypto. Ce prestataire surfe sur la vague crypto et a séduit dernièrement beaucoup de nouveaux clients. Il a bouclé l’an 2020 sur un bénéfice.


Fabio Cattaneo, 38 ans
TI, vin (AVU)
20 à 50 millions, Hausse

Figurant parmi les principaux marchands de vin du monde, Fabio Cattaneo a récemment annoncé un record de prix jamais payé pour une bouteille de vin. Sa société AVU a vendu pour 900 000 euros, soit environ un million de francs, un mathusalem (6 litres) de romanée-conti, millésime 1985. Son entreprise stocke en France, Espagne, Grande-Bretagne et Suisse plus de 600 000 bouteilles d’une valeur qui dépasse les 80 millions de francs.


Jean Meyer, 38 ans
SZ/GB, application de rencontres (Once)
5 à 10 millions, Stable

Jean Meyer a vendu Once, plateforme de rencontres qu’il a fondée, à Dating Group basé à Malte, pour 18 millions de francs. Les acheteurs ont été attirés par l’intelligence artificielle qui sous-tend son application de slow dating. Quotidiennement, elle sélectionne pour chaque utilisateur une suggestion de rencontres. Once compte quelque 10 millions de clients. Jusqu’à ce jour, le groupe de dating a attiré 73 millions d’utilisateurs sur l’ensemble de son portefeuille.


Christian Mischler, 39 ans
ZH, Divers (Hotelquickly/GuestReady)
10 à 20 millions, Stable

Christian Mischler a déjà créé plusieurs startups. La plus récente, GuestReady, compte plus de 100 employés. En tant que service complet pour les hôtes Airbnb, elle a passablement souffert de la crise du Covid-19. Toutefois, elle a récemment profité du fait que d’autres ont encore plus souffert qu’elle, en procédant à une acquisition au Portugal. Depuis sa fondation en 2016, GuestReady a levé plus de dix millions de francs de capital.


Digital

Yomi Denzel, 24 ans
VD, ventes en ligne
5 à 10 millions, Stable

Basé entre la Suisse et la France, le diplômé de Harvard, né d’un Nigérian et d’une Suissesse, est à la tête d’une équipe de vingt personnes gérant des marques en e-commerce. De la beauté à l’électronique, il les distribue à l’international via des entrepôts basés dans les pays de vente. Sa chaîne YouTube compte 500 000 abonnés et son entreprise de formation «Ecom Pro» quelque 20 000 étudiants.


Omar et Taha Bawa, 28 et 30 ans
GE, réseaux sociaux (Goodwall)
5 à 10 millions, Hausse

Très actifs durant la crise du Covid avec leur réseau social Goodwall dédié à l’insertion des jeunes diplômés, Omar (à dr.) et Taha Bawa ont multiplié les initiatives entre 2020 et 2021. Ils ont notamment réalisé un partenariat avec l’ONU et créé une coentreprise aux Etats-Unis avec Monster. Le dernier tour de table de Goodwall, qui vient d’être bouclé, porterait la somme des fonds levés à près de 20 millions depuis le lancement.


Andrea Tassistro, 29 ans
GE, FoodTech (Foodetective)
2 à 5 millions, NOUVEAU

Commander des plats en payant le restaurant avec son téléphone, réserver une table ou accéder aux guides et critiques créés par une communauté de gastronomes, c’est ce que propose la plateforme de centralisation des services de restauration Foodetective, créée en 2018. Andrea Tassistro, son CEO et fondateur, a développé un logiciel qui permet aux restaurateurs de gérer sur un seul écran toutes les différentes applications. Ils paient un abonnement ou une petite commission à la startup. Après avoir bouclé une première levée de fonds de 2 millions de francs, le CEO annonce le lancement d’une nouvelle levée portant sur 28 millions. Le montant doit permettre à la startup qui compte une trentaine d’employés en Suisse, en Pologne, à Paris, Londres et Madrid, de se développer à l’international.


Philipp Man, 30 ans
ZG, ventes en ligne (Chronext)
50 à 100 millions, Stable

Sentant venir la tendance, en 2013, Philipp Man a décidé de faire de la vente en ligne de montres de luxe - même de seconde main - une affaire florissante. Depuis, il a vendu quelque 70 000 garde-temps. L’homme et sa Chronext font partie des favoris des capital-risqueurs: alors qu’il avait déjà levé plus de 60 millions de francs, il a attiré 65 millions de francs supplémentaires en 2020. Philipp Man a promis de convertir sa plateforme en numéro un de la branche et de nouer avec la rentabilité en 2021. Pour y parvenir, il a fait appel à de nouvelles compétences au conseil d’administration: l’ancien patron d’eBay, Jacob Fonnesbech Aqraou, et l’expert du luxe Hamdi Chatti.


Arthur Germain et Alexandre Curreli, 31 et 33 ans
GE, Médical (OneDoc)
5 à 10 millions, NOUVEAUX

Fondée en 2017 par Arthur Germain (à g.) et Alexandre Curreli, tous deux diplômés de l’EPFL, OneDoc est le leader suisse de la prise de rendez-vous médicaux en ligne. La société emploie 25 personnes entre Genève et Zurich et compte plus de 3500 clients, dont Medbase (groupe Migros), les HUG, Hirslanden, Arsanté, Magellan ou encore Swiss Medical Network. La pandémie a été un formidable accélérateur pour la startup qui a développé un service de consultation vidéo permettant aux patients de discuter en ligne avec leur médecin. OneDoc est aussi en charge de la planification de la prise de rendez-vous dans les centres de vaccination Covid-19 pour une vingtaine de cantons. Elle compte profiter de la vague de digitalisation de la médecine pour consolider sa position en Suisse et se développer à l’international.


Tobias Wolf, 32 ans
SG, dermatologie en ligne (OnlineDoctor)
5 à 10 millions, NOUVEAU

Fondée en 2016, la startup de Tobias Wolf a développé la plateforme OnlineDoctor qui se concentre sur les problèmes de la peau. Sur la base de photos, on obtient pour 55 francs et en 48 heures au maximum une appréciation médicale d’un dermatologue et des conseils de traitement. Récolter de l’argent pour un tel projet n’est apparemment pas un problème: en trois rondes de financement, 9 millions de francs ont afflué et l’expansion à l’étranger est en route. En Allemagne, le réseau de dermatologues en ligne compte déjà 500 médecins. Un réseau français verra le jour au cours de cette année.


Felix Adamczyk, 34 ans
ZH, Internet des objets (Qiio)
5 à 10 millions, Stable

La technologie de Qiio, qui consiste à diminuer à zéro la consommation électrique des appareils en mode stand-by, rencontre toujours plus de succès. En décembre, la startup fondée par Felix Adamczyk fut une des cinq lauréates du Swisscom StartUp Challenge 2020, auquel concouraient 125 participants venus de trente pays.


Ilia Kolochenko, 34 ans
VD, cybersécurité (ImmuniWeb)
5 à 10 millions, Hausse

Affichant quinze ans d’expérience dans la cybersécurité, Ilia Kolochenko poursuit son doctorat dans ce domaine aux Etats-Unis. Après un exit réussi en 2019 de sa première société High-Tech Bridge (créée en 2007), l’entrepreneur a lancé sa deuxième startup ImmuniWeb pour se concentrer sur l’intelligence artificielle. Basée à Genève, l’entreprise emploie partiellement à distance quelque 50 personnes réparties entre l’Europe et les Etats-Unis. ImmuniWeb travaille principalement avec les grandes entreprises mais son produit gratuit Community Edition, conçu pour les PME, compte plus de 100 000 utilisations quotidiennes.


Ivan Brustlein, 35 ans
VD, Ressources humaines (Swibeco)
2 à 5 millions, NOUVEAU

Créée en 2015 par Ivan Brustlein, Swibeco est une plateforme digitale qui centralise tous les programmes d’avantages, cadeaux et benefits exempts d’impôts que les entreprises peuvent mettre en place pour accroître le pouvoir d’achat de leurs employés. Swibeco a par la suite fusionné avec BenefitsForYou, spécialiste suisse des chèques repas sur carte. De cette fusion est née la Swibeco Lunch Card, financée par l’employeur, qui donne aux salariés un complément de pouvoir d’achat jusqu’à 180 francs par mois ou 2160 francs par an, montant exonéré de contributions sociales et d’impôt. Quelque 1600 sociétés ont adhéré à cette plateforme d’avantages qui bénéficie depuis 2019 du soutien financier de l’assureur AXA. Avec 25 employés, elle réalise un chiffre d’affaires de 9 millions de francs.


Severin Hacker, 36 ans
états-Unis, langues (Duolingo)
100 à 150 millions, Hausse

En 2009, l’informaticien zougois Severin Hacker a développé avec Luis von Ahn, à Pittsburgh (Etats-Unis), un site et une application mobile d’apprentissage des langues nommée Duolingo qui se finance par la publicité. Duolingo compte désormais plus de 500 millions d’utilisateurs susceptibles d’apprendre quarante langues. Au gré de huit tours de financement, la startup a récolté 183,3 millions de dollars. Au terme de l’ultime financement, elle est valorisée à 2,4 milliards de dollars.


Allen Krief, 36 ans
GE, ventes en ligne (MyStore)
5 à 10 millions, Stable

En octobre 2020, MyStore et DeinDeal ont lancé un service de livraison de repas gratuit à Genève et Zurich. Il n’y a pas de frais de livraison pour les clients, mais une commission payée par le restaurant. Contrairement à Uber, les livreurs sont des salariés de l’entreprise. Une trentaine d’emplois ont été créés. Prochaine étape: un développement à Lausanne, puis peut-être Berne.


Johannes Reck, 36 ans
ZH, voyages (GetYourGuide)
50 à 100 millions, Stable

Il y a quelques mois, le voyagiste GetYourGuide a procédé à une nouvelle levée de fonds. Le Covid-19 a frappé de plein fouet le secteur du voyage, mais il devrait redémarrer d’autant plus fort. CEO et cofondateur de la société, Johannes Reck et ses trois compères fondateurs dirigent l’une des rares licornes suisses (entreprise valorisée à plus d’un milliard de dollars).


Philipp Rutz, 36 ans
SZ, communication (Okomo)
2 à 5 millions, NOUVEAU

Sans avoir investi un franc dans le marketing, l’entreprise compte déjà plus de 100 clients payants. Dont Novartis, Zurich et BMW. Okomo vend un logiciel qui s’intègre aux canaux de communication en ligne des entreprises. Autrement dit, il relie les stakeholders externes avec les interlocuteurs adéquats, les premiers s’évitant ainsi les files d’attente et les pénibles chatbots. Okomo développe aussi des applications pour la distribution, soit les shops en ligne. Le fondateur Philipp Rutz arrive de chez Microsoft. Il vient de conclure un tour de financement mais détient toujours la majorité.


Roger Dudler, 37 ans
SG, gestion de marque (Frontify)
10 à 20 millions, Stable

La jeune entreprise Frontify de Roger Dudler développe un logiciel «all-in-one» basé dans le cloud afin d’organiser plus efficacement l’identité de marque des entreprises. Lufthansa, Vodafone et Zurich Assurances recourent à sa solution. A la centrale de Saint-Gall et au bureau de New York, Roger Dudler emploie désormais 175 salariés.


Manuel Kasper, 37 ans
SZ, messagerie (Threema)
50 à 100 millions, NOUVEAU

Manuel Kasper fuit la publicité, ce qui convient très bien au modèle d’affaires de son entreprise: Threema est un service d’informations et de téléphonie qui, à la différence de WhatsApp & Cie, attache la plus grande importance à la protection des données et à la sphère privée. Indispensable, en ces temps où d’autres se comportent comme des aspirateurs de données. C’est pourquoi le nombre d’utilisateurs de Threema explose. Manuel Kasper et ses deux cofondateurs Silvan Engeler et Martin Blatter ont désormais vendu leur majorité du capital-actions mais, avec les 40% de voix qui leur restent, ils gardent un important droit de regard stratégique.


Sascha Sandi, 37 ans
LU, internet (Host Europe Suisse)
2 à 5 millions, Stable

Sascha Sandi a créé sa première entreprise, Dynamic-net.ch, à l’âge de 17 ans. A 22 ans, le Lucernois a vendu la société à l’hébergeur allemand Host Europe, ce qui a fait de lui un millionnaire. Aujourd’hui, Sascha Sandi reste actif en tant que créateur d’entreprises. La place de marché numérique LeasingMarkt.ch fait partie de ses startups.


Matthias Standfest, 38 ans
ZH, immobilier (Archilyse)
2 à 5 millions, Stable

Le fondateur et CEO d’Archilyse s’est donné une mission: familiariser les ordinateurs avec la perception humaine de la qualité des bâtiments et des plans - et la convertir sous forme de données. Plus concrètement, mesurer l’emplacement, la vue, la disposition ou l’incidence de la lumière du jour. Avec Vebego, fournisseur de prestations en services d’entretien, Matthias Standfest a déniché un puissant partenaire.


Manuel Grenacher, 39 ans
ZH, logiciels (Coresystems/SAP)
20 à 50 millions, Stable

Ce fondateur en série a vendu à SAP, en 2018, son entreprise Coresystems, dont les logiciels sont destinés à gérer les collaborateurs en service extérieur. Depuis, elle est devenue l’un des produits du cloud à la croissance la plus rapide. Manuel Grenacher est responsable du service chez SAP en tant que directeur général. Il siège en outre au conseil d’administration du domaine skiable Weisse Arena à Flims/Laax/Falera (GR).


Cristian Grossman, 39 ans
ZH, communication (Beekeeper)
20 à 50 millions, En hausse

Logiciel de communication cofondé par Christian Grossmann afin de connecter les collaborateurs, Beekeeper ne cesse de croître. Et pas seulement à cause de la pandémie. Un millier d’entreprises dans 130 pays utilisent désormais cette plateforme. Son CEO emploie quelque 200 collaborateurs sur quatre sites. Le dernier tour de financement a permis de récolter 60 millions de dollars.


Adrian Locher, 39 ans
Allemagne, intelligence artificielle (Merantix)
10 à 20 millions, Stable

Adrian Locher a vendu son site d’e-commerce DeinDeal à Ringier. Avec Merantix, créée avec Rasmus Rothe, le CEO a accéléré le recours à l’intelligence artificielle. Merantix fonctionne comme «venture-holding» pour ses filiales et quatre startups qui exploitent l’analyse machine des données, le diagnostic médical et la «construction» de protéines.


Raffael Maio et Joël Winteregg (NOUVEAU), 39 ans tous les deux
VD, logiciels (NetGuardians)
10 à 20 millions, Stable

NetGuardians a développé un logiciel capable de détecter les fraudes dans le secteur bancaire. Les fondateurs, Joël Winteregg et Raffael Maio, équipent de nombreuses banques, dont Lombard Odier, dernière en date. C’est grâce à une intelligence artificielle que les transactions frauduleuses sont repérées et bloquées. La société yverdonnoise évoque une diminution de l’ordre de 83% des faux positifs et de 93% de temps en moins passé à enquêter sur les fraudes. En termes de fonds, NetGuardians a levé plus de 17 millions en décembre 2020. Elle a parcouru du chemin depuis sa création en 2007. Elle compte aujourd’hui plus de 90 employés, et le siège suisse est épaulé par des bureaux à Singapour, au Kenya et en Pologne.


Guillaume Pousaz, 39 ans
Grande-Bretagne, paiements en ligne (Checkout.com)
10 à 11 milliards, Hausse

Checkout.com a été évaluée à pas moins de 15 milliards de dollars lors de sa dernière levée de fonds en janvier 2021. Au cours de l’année écoulée, la valeur du prestataire de services financiers a ainsi augmenté de 750%, faisant du Genevois Guillaume Pousaz le fondateur de startup suisse le plus prospère du moment.


Héritiers

Noah Liebherr, 21 ans
ZH, Apprentissage (Cikumas)
300 à 350 millions, Stable

Le système de gestion d’apprentissage de la société Cikumas, qui permet de distribuer les devoirs par voie numérique, semble avoir été conçu pour la crise du Covid-19. Pourtant, Noah Liebherr, aujourd’hui âgé de 21 ans, a fondé l’entreprise avec un camarade de classe il y a quatre ans déjà. Un jour, Noah Liebherr reprendra la direction du family office qui gère les participations de sa mère Katharina Liebherr.


Marc Lemann, 29 ans
Angleterre, Sport (G4it)
2,5 à 3 milliards, Baisse

Le milliardaire Jorge Lemann, 81 ans, a bâti un immense empire dans la bière et la restauration rapide. Son fils Marc fait preuve du même esprit d’entreprise, mais pour l’instant, à une moindre échelle. La société G4it Capital, qu’il a cofondée en 2015 et basée à São Paulo, investit dans des entreprises privées, plus spécifiquement dans l’univers du sport. Marc Lemann agit aussi comme partenaire du Growth Interface Fund basé aux Etats-Unis.


Sacha et Delphine Prost, 31 et 35 ans
VD, Commerce (8Js)
5 à 10 millions, Stable

8Js, marque de vêtements fondée en 2014 par Sacha Prost, fils du champion du monde de F1 Alain Prost, et sa belle-sœur Delphine Prost a connu une hausse de ses ventes de 30% en 2020. Depuis le début de l’année, la plateforme enregistre même une croissance de 100%. Les marchés principaux sont la France, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la Suisse. Le duo prévoit par ailleurs d’autres ouvertures de flagships après celui du Castellet en France.


Evgeny Kogan, 32 ans
VS, Immobilier, banque
50 à 100 millions, Stable

La banque familiale Uralsib, dont Evgeny Kogan préside le conseil de surveillance, est entrée dans le club des 10 meilleures banques russes, selon le classement des usagers. Le projet valaisan «Village royal» d’Aminona, propriété d’Evgeny, est encore en attente de la validation du plan d’exécution par les autorités cantonales. L’ouverture du premier hôtel est désormais prévue pour 2023.


Thomas Archer Bata, 33 ans
Chili, divers (Mont Gelé Gear/TripleB)
350 à 400 millions, Stable

Membre de la dynastie de la chaussure Bata, Thomas Archer Bata ne manque ni d’esprit d’entreprise ni de carburant financier pour des startups. Il a fondé il y a deux ans Mont Gelé Gear, un vendeur de tenues de ski de haute qualité. En août a suivi la société financière TripleB où trois Bata sont à la manœuvre.


Alexander Pumpyanskiy, 34 ans
GE, vin, acier, transports, banque
100 à 200 millions, Stable

Fils unique de l’oligarque russe Dmitry Pumpyanskiy, Alexander prépare activement son rôle futur de dirigeant des affaires familiales, essentiellement concentrées dans la métallurgie (à travers TMK), le transport et la construction, par le biais du groupe Sinara et la banque SKB. Outre ces responsabilités, il suit de près le développement de son domaine viticole du Languedoc, le Prieuré Saint-Jean-de Bébian.


Nathalie Albin-Jacobs, 35 ans
ZH, aliments pour bébés (Nübee)
1 à 1,5 milliard, NOUVEAU

En 2017, Nathalie Albin-Jacobs a fondé son entreprise avec son mari Michael Albin. Il est une star du snowboard helvétique, elle est la sœur de Nicolas Jacobs (lire ci-contre), fille cadette de l’entrepreneur Klaus Jacobs, décédé en 2008, et une des membres de la direction de Jacobs Holding, actionnaire entre autres de Barry Callebaut. Son entreprise se nomme Nübee et produit des aliments pour bébé faits d’ingrédients frais, sans agents conservateurs ni cuisson. Financièrement indépendante, l’héritière Jacobs a capitonné sa première entreprise à l’aide d’un chèque dodu: le capital-actions est d’un million de francs. Et elle a affiché ses ambitions: Nübee est censé devenir le leader en Europe d’une alimentation pour bébés bio très en vogue et supplanter l’actuel numéro 1, Hipp. Elle devra bien sûr convaincre les parents avec ses bouillies plutôt coûteuses. A cette fin, elle a sponsorisé l’an passé le podcast «Two Moms», où une animatrice de la radio Energy Zurich et une chanteuse racontent leurs joies et leurs peines de maman – sans oublier les avantages d’une alimentation fine prête, saine et à la mode.


Alexander de Carvalho, 36 ans
Grande-Bretagne, Communication (Public)
2,5 à 3 milliards, Stable

Actionnaire de référence, Charlene de Carvalho-Heineken, 66 ans, contrôle le deuxième plus grand brasseur du monde, Heineken. Son fils Alexander de Carvalho siège au conseil d’administration de Heineken Holding mais, pour le reste, il ne s’occupe guère de bière. En revanche, ce «young global leader» du WEF possède le gène d’entrepreneur de sa mère. Après huit ans d’expérience dans la banque d’investissement et le private equity, il a fondé avec Daniel Korski l’entreprise londonienne Public, qui conseille les startups. Il est aussi capital-risqueur.


Adam Said, 36 ans
GE, PRIVATE EQUITY (ACE & Company)
200 à 250 millions, En hausse

Le cofondateur et CEO d’ACE & Company a établi une année record avec notamment 550 millions de gains pour ses investisseurs. Sa position s’est étendue auprès de nouvelles startups et sociétés comme ANYbotics, NetGuardians, AgFlow, Backbone ou Batmaid, mais aussi dans les activités de Swissquote. Tout au long de la pandémie, Adam Said s’est profilé dans le «local investing» tout en restant très actif au niveau social. Notamment au travers de l’association GVA2 ou de la Fondation pour Genève, et de son soutien à Geneva Friends ou aux Colis du Cœur.


Nicolas Syz, 36 ans
ZH, Banque (SYZ Group)
20 à 50 millions, Stable

Nicolas Syz est entré au comité exécutif de la banque familiale en 2019, année où il fut également nommé à la tête du département Private Banking de l’établissement qui gère 26 milliards de francs. Il a ainsi rejoint son frère aîné Marc (38 ans) qui dirige pour sa part Syz Capital, spécialisée dans l’investissement dans les actifs non cotés. Nicolas Syz constate que le modèle d’investissement de Syz s’est avéré robuste ces derniers mois car elle a permis de générer des rendements se situant dans le premier quartile pour ses clients en 2020.


Jörg Duschmalé, 37 ans
BS, Pharma (Roche)
600 à 700 millions, Stable

Jörg Duschmalé est le petit-fils de Jakob Oeri-Hoffmann, décédé en 2006. Il y a un an, il a été élu comme représentant de la cinquième génération au conseil d’administration du géant Roche, remplaçant son oncle Andreas Oeri qui a siégé durant vingt-quatre ans. Il possède un doctorat en chimie et a travaillé au laboratoire de recherche de Roche après ses études à l’EPFZ.


Pascal Behr, 38 ans
ZH, Medtech (Cytosurge)
5 à 10 millions, Stable

Le fils de l’entrepreneur Giorgio Behr est lui aussi un fondateur à succès. Cytosurge, qu’il dirige en tant que CEO, produit les plus petites seringues du monde, les FluidFM. Son autre startup, Imnoo, fait le pari de l’intelligence artificielle pour le parrainage de clients. Il est également à l’aise dans l’«ancien monde»: depuis 2019, il siège au conseil d’administration de Migros Suisse orientale.


Nicolas Jacobs, 39 ans
ZH, Investissement, restauration (Jacobs Holding, CIP)
1 à 1,5 milliard, Stable

Les frères Nicolas et Philippe Jacobs poursuivent le renforcement de l’empire familial. Au chocolat, aux écoles privées, à la chaîne de dentisterie, aux cliniques ophtalmologiques, au commerce d’objets érotiques, ils ont récemment ajouté la prestigieuse marque suisse de sport de plein air Mammut. La CIP, pour sa part, comprend des chaînes de restauration et de boissons.


Guy Schwarzenbach, 39 ans
ZH, Hôtellerie (The Dolder Grand), Fintech (Seba)
600 à 700 millions, Stable

Durant sa première année en tant que président du conseil d’administration du Dolder Grand, Guy Schwarzenbach a lutté contre les pertes dues à la pandémie de Covid-19 à l’aide de rabais spéciaux et de plats de luxe à l’emporter. L’installation d’un bancomat de cryptomonnaies, en revanche, relève davantage de l’opération de relations publiques que d’une mesure visant à augmenter le nombre d’hôtes.


Sport

Nico Hischier, 22 ans
états-Unis, hockeyeur
10 à 20 millions, Hausse

D’abord, cette saison, le Valaisan a subi une fracture du péroné, ensuite un slap-shot lui a valu une commotion cérébrale. Depuis avril, le capitaine du club de NHL New Jersey Devils a retrouvé la glace. En 2019, ce jeune talent a signé un contrat de sept ans à hauteur de quelque 50 millions de dollars.


Belinda Bencic, 24 ans
SG, joueuse de tennis
5 à 10 millions, Stable

La meilleure joueuse de Suisse s’établit au 11e rang mondial après avoir atteint le niveau de la finale au tournoi WTA d’Adélaïde (Australie) en février dernier. Belinda Bencic s’est illustrée en intégrant le top 10 mondial dès l’âge de 18 ans. Cette année, la crise du coronavirus s’est traduite pour la jeune sportive par une quarantaine éprouvante en Australie avant de disputer le tournoi d’Adélaïde. La Saint-Galloise compte parmi ses sponsors Nike, Rolex et les biscuits suisses Roland.


Clint Capela, 27 ans
Etats-Unis, basketteur
20 à 50 millions, Stable

Transféré l’an dernier des Rockets de Houston aux Hawks d’Atlanta alors qu’il était blessé au talon, Clint Capela fait un retour remarqué en NBA. Sa saison est la meilleure de sa carrière, ce qui permet à son équipe d’être provisoirement qualifiée pour les play-off. Le Genevois d’origine est le meilleur rebondeur de la NBA. Elément décisif de son équipe, il franchit régulièrement la barre des 20 points par match.


Nino Niederreiter, 28 ans
Etats-Unis, Hockeyeur
10 à 20 millions, Stable

Nino Niederreiter est sous contrat avec les Carolina Hurricanes depuis janvier 2019. Mais sa première saison a été plutôt compliquée, le natif de Coire n’ayant pas été à la hauteur de sa réputation. Cette année, cependant, ce buteur émérite a renoué avec son habituelle précision. En une trentaine de matchs, «El Niño», comme l’ont baptisé ses fans, a mis plus de palets dans le filet que durant l’ensemble de la dernière saison. Depuis 2010, Nino Niederreiter fait également office de joueur clé de l’équipe nationale suisse.


Ricardo Rodriguez, 28 ans
Italie, Footballeur
10 à 20 millions, Stable

Sempiternellement relégué sur le banc de touche de l’AC Milan, brièvement prêté au PSV Eindhoven: le déclin de Ricardo Rodriguez semblait inévitable. A l’automne dernier, il a rejoint le club de première division italienne du Torino. Après des apparitions régulières sur le terrain, il a été mis sur la touche là aussi.


Granit Xhaka, 28 ans
Grande-Bretagne, Footballeur
20 à 50 millions, Stable

Granit Xhaka évolue au poste de milieu de terrain au sein du FC Arsenal London depuis 2016. Mais le joueur de Bâle n’a jamais convaincu les fans du club anglais, et il est victime de harcèlement sur les médias sociaux. Sa notoriété en Suisse est bien meilleure. Lors du Championnat d’Europe de football de 2021, il devra faire ses preuves en tant que leader de la Nati.


Xherdan Shaqiri, 29 ans
Grande-Bretagne, Footballeur
20 à 50 millions, Stable

Mi-2018, quand le Suisse d’origine kosovare s’était engagé auprès du FC Liverpool avec un juteux contrat de cinq ans, l’entraîneur des Reds avait fait son éloge. Cette saison, pourtant, ne se passe pas comme prévu. Xherdan Shaqiri n’apparaît que rarement sur le terrain, mais attend sur le banc de touche. Des rumeurs circulent annonçant son prochain départ d’un FC Liverpool certes riche en stars, mais vacillant.


Roman Josi, 30 ans
Etats-Unis, Hockeyeur
20 à 50 millions, Stable

Le club de hockey sur glace Nashville Predators est à la peine et même Roman Josi, élu meilleur défenseur de NHL, ne peut rien y changer. Le Bernois se consolera avec le contrat de 72 millions de dollars valable jusqu’en 2027. En février, il a eu un fils, Luca. 


Luca Sbisa, 31 ans
Etats-Unis, hockeyeur
10 à 20 millions, Stable

Le joueur suisse de NHL aux racines italiennes est ballotté de club en club. En janvier, Luca Sbisa a rejoint sa cinquième équipe en cinq ans, les Predators de Nashville, où il a rencontré Roman Josi. Sauf que ce dernier est une star de la glace, tandis que Luca Sbisa doit le plus souvent se contenter de regarder les matchs.


Sébastien Buemi, 32 ans
VD, Pilote automobile
5 à 10 millions, Stable

Triple vainqueur des 24 Heures du Mans (2018/2019/2020) en endurance sur une Toyota, le pilote vaudois est aussi une figure marquante en Formule E, où il est recordman des victoires. Sébastien Buemi est en plus présent en Formule 1 comme pilote de réserve chez Aston Martin Red Bull. Depuis 2015, il préside la société BAI à Aigle, qui gère son droit à l’image.


Ivan Rakitić, 33 ans
Espagne, Footballeur
10 à 20 millions, Stable

Alors que son contrat avec le FC Barcelone était censé durer jusqu’à mi-2021, le footballeur croato-suisse a rejoint le FC Séville à l’automne dernier. Il a toujours dit qu’il voulait retourner dans la ville natale de sa femme Raquel – Séville.


Romain Grosjean, 35 ans
GE, pilote automobile
5 à 10 millions, Stable

Né à Genève, le pilote franco-suisse Romain Grosjean a fait la une des médias du monde entier après son terrible accident au GP de Bahreïn en novembre 2020, où sa F1 a été coupée en deux lors d’une sortie de piste à 220 km/h. Sorti vivant avec quelques brûlures, ce père de trois enfants qui vit près de Nyon avec la journaliste Marion Jollès poursuit sa carrière dans le championnat américain d’IndyCar.


Valon Behrami, 36 ans
Italie, Footballeur
10 à 20 millions, Stable

L’ancien footballeur de l’équipe nationale suisse, qui a joué en Angleterre et en Allemagne, est sous contrat depuis 2020 au Genoa CFC, le club de série A de Gênes. Il est marié depuis 2018 avec la championne de ski Lara Gut.


Stan Wawrinka, 36 ans
VD, Joueur de tennis
10 à 20 millions, Stable

Actuellement 20e joueur mondial, le Vaudois a subi ce début d’année une petite intervention chirurgicale au pied gauche, à quelques jours de son 36e anniversaire. Le gagnant de trois tournois du Grand Chelem (Open d’Australie, Roland-Garros et US Open) reste très populaire auprès du public grâce à une excellente communication sur les réseaux sociaux. «Stan the Man» compte parmi ses sponsors l’équipementier japonais Yonex et les eaux minérales Evian.


Diego Benaglio, 37 ans
Monaco, Footballeur
20 à 50 millions, Stable

A l’AS Monaco, le contrat de gardien de Diego Benaglio est arrivé à échéance l’été dernier. En août, l’ancien gardien de l’équipe nationale suisse a pris officiellement sa retraite après vingt ans de football professionnel. Il dit avoir eu «une carrière juste magnifique» et se réjouit d’entamer une nouvelle tranche de vie.


Sébastien Ogier, 37 ans
SG, Pilote de rallye
50 à 100 millions, Stable

Après Volkswagen et Ford, le Français a décroché avec Toyota son 7e titre de champion du monde des rallyes WRC en huit ans. Et 2021 démarre en trombe puisque Sébastien Ogier a remporté le Rallye Monte-Carlo. Avec un salaire annuel estimé à 2,1 millions d’euros, il est le pilote le mieux payé dans sa catégorie. A cela s’ajoutent les revenus issus du sponsoring, notamment de la société Red Bull.


Thabo Sefolosha, 37 ans
Etats-Unis, Basketteur
10 à 20 millions, Stable

Durant quatorze ans, il a tiré des paniers au sein de la NBA, tout récemment sous le maillot des Houston Rockets. Mais lorsque la compétition a repris à l’été 2020 après la pandémie, ce père de deux filles n’est pas revenu sur le terrain. La santé de sa famille était plus importante pour lui, a-t-il déclaré. Sa décision lui a coûté plusieurs centaines de milliers de francs. Fin mars 2021, le Vaudois a annoncé, dans un podcast, qu’il mettait fin à sa longue carrière.


Jonas Hiller, 39 ans
Etats-Unis, ex-hockeyeur
20 à 50 millions, Stable

Il a marqué pendant vingt ans le paysage du hockey sur glace helvétique en tant que gardien. Mais en 2020, après neuf ans au sein de la NHL américaine, il est devenu multimillionnaire et a définitivement retiré ses patins. Il préside aujourd’hui la Swiss Ice Hockey Players’ Union (SIHPU). 


Techno

Fabian Hediger, 28 ans 
ZG, cryptomonnaies (Bitcoin Suisse)
20 à 50 millions, NOUVEAU

Fabian Hediger a appris de son père ce que signifient l’hyperinflation et ses répercussions sur la société. Le papa gère à Saint-Gall un magasin d’anciens billets de banque, monnaies et timbres-poste. Il a précocement montré à son fils des curiosités comme un billet d’un milliard de dollars zimbabwéens. En 2013, Fabian Hediger a lu le livre blanc de Satoshi Nakamoto, l’inventeur du bitcoin. Le potentiel d’une devise numérique décentralisée, limitée à 21 millions d’unités, lui saute alors aux yeux. «J’ai été profondément impressionné, les histoires d’inflation de mon père me sont revenues en mémoire.» En cherchant le moyen d’acheter du bitcoin en Suisse, il tombe sur Niklas Nikolajsen, le fondateur de Bitcoin Suisse. Non seulement il lui achète une quantité de bitcoins mais il se décide à travailler avec lui comme cofondateur en octobre 2013. L’entreprise zougoise compte aujourd’hui 250 collaborateurs et Fabian Hediger s’est spécialisé sur le thème des innovations.
Il intègre de nouveaux services du domaine de la finance décentralisée.


Wiktor Bourée, 30 ans 
VD, plateforme de capteurs et d’analyse en temps réel (Technis)
10 à 20 millions, NOUVEAU

C’est à 23 ans que Wiktor Bourée a fondé Technis. La startup est spécialisée dans les solutions de comptage intelligent, qui permettent de connaître en temps réel la fréquentation d’un lieu, quelle que soit la source (tapis connectés, caméras, capteurs de qualité d’air…). Avec la progression de la pandémie, Technis s’est placée comme une solution de choix pour compter les entrées et sorties au sein d’un même espace. Le Stop&Go présent dans de nombreux magasins est un exemple de ce que permet la startup. Technis a donc connu une période faste en 2020, en levant plus de 7 millions de francs et avec un fondateur qui a rejoint le classement Forbes Europe des 30 de moins de 30 ans. L’entrepreneur compte désormais une trentaine de salariés et espère doubler ce chiffre d’ici à un an.


Lea von Bidder, 31 ans
ZH, Objets connectés (Ava Women)
5 à 10 millions, Stable

Le fabricant de bracelets permettant de déterminer la période de fertilité vient de traverser une zone de turbulences: l’année dernière, Ava Women a dû licencier 40 de ses 100 collaborateurs à Zurich et aux Etats-Unis. Maigre consolation pour la CEO Lea von Bidder: elle a elle-même donné le jour à un enfant.


Sabrina et Jonathan Brossard, 32 ans
VD, connectivité (Fischer Connectors)
2 à 5 millions, NOUVEAUX

Respectivement membre du conseil d’administration et CEO de Fischer Connectors à Saint-Prex, le couple Sabrina et Jonathan Brossard forme la troisième génération du groupe actif dans les connecteurs haut de gamme. L’entreprise créée en 1954 par Walter Werner Fischer, grand-père de Sabrina, emploie 300 collaborateurs à Saint-Prex sur 550 dans un groupe qui compte huit filiales, dont la plus importante (120 employés) est à Atlanta. En parallèle, le couple a fondé la startup Wearin’ à Etoy (VD), filiale spécialisée dans la conception de vêtements destinés au civil ou au militaire. Conçus pour améliorer la sécurité et l’efficience d’ouvriers, pompiers, policiers ou soldats du XXIe siècle, ces «vêtements intelligents» comportent des senseurs sur lesquels on peut connecter détecteurs, radios, GPS ou caméras.


Déborah Heintze, Diego Dupouy et Ata Ciftlik, 32, 35 et 37 ans
VD, sciences de la vie (Lunaphore)
20 à 50 millions, Hausse

Lunaphore a levé 25 millions de francs en 2020. La scale-up lausannoise opère dans le domaine des sciences de la vie. Sa microfluidique est par exemple utilisée dans les analyses de biopsies ou de cellules cancéreuses. La société fondée en 2014 par Diego Dupouy (à gauche), Ata Ciftlik et Déborah Heintze a notamment figuré sur le podium du Swiss Economy Award.


Dorina Thiess, 32 ans
ZH, Medtech vétérinaire (Piavita)
5 à 10 millions, Stable

Via un dispositif quasi autonome de capteurs connectés portés au niveau de la ceinture, Piavita est le leader mondial du marché de la surveillance numérique de l’état de santé et de la condition physique des chevaux. Dorina Thiess, qui vient d’être nommée «fondatrice de l’année» par l’Université de Saint-Gall, et son cofondateur Sascha Bührle recherchent désormais des partenaires stratégiques pour poursuivre leur croissance.


Samantha Anderson, 33 ans
VS, recyclage (DePoly)
2 à 5 millions, NOUVEAU

Originaire de la ville canadienne de Winnipeg, où elle a démarré ses études de chimie, Samantha Anderson est venue en Suisse pour faire un doctorat à l’EPFL. En 2018, elle a commencé à travailler sur le projet de recyclage du PET, pour lequel elle a obtenu plusieurs bourses et un financement de l’EPFL. La société DePoly, qui en découle, a été enregistrée au début 2020. A la fin de la même année, elle avait levé 1,3 million de francs. Sa technologie, basée sur le recyclage à température ambiante, la distingue nettement de ses concurrents par un coût plus bas et des économies d’énergie. Cela lui a valu une dizaine de prix internationaux. D’ici à décembre 2021, DePoly compte lever 5 à 10 millions de francs pour construire une usine en Valais, capable de recycler annuellement 10 000 tonnes de PET.


Stefanie Flückiger-Mangual, 33 ans
BL, medtech (Tolremo)
2 à 5 millions, NOUVEAU

Fondée en 2017 comme spin-off de l’EPFZ, la biotech Tolremo développe des médicaments censés empêcher la formation de résistances aux thérapies du cancer. Après des résultats positifs en études précliniques, des tests sur l’humain devraient débuter en 2022. Parmi les cinq cofondateurs, Stefanie Flückiger-Mangual a fait ses études de biomédecine à l’EPFZ. Depuis sa fondation, la startup a déjà récolté 22 millions de francs. A la faveur d’un grand tour de financement à la fin de l’année, elle devrait encore rassembler 20 à 25 millions.


Basil Weibel, 33 ans
ZH, Drones (Wingtra)
10 à 20 millions, Stable

Avec ses compères Maximilian Boosfeld et Elias Kleimann, Basil Weibel a mis au point un drone spécial: un mélange d’hélicoptère et d’avion, utilisé pour l’arpentage. La spin-off de l’EPFZ a déjà levé près de 20 millions de francs auprès de divers investisseurs.


David Ziegler et Mickaël Guillaumée 33 et 37 ans
VD, Objets connectés
5 à 10 millions, Stable

Les deux cofondateurs de Composyt Light Labs ont évolué depuis la vente à Intel en 2015. La jeune pousse vaudoise Insolight franchit une étape. David Ziegler, responsable industriel de l’entreprise, et son équipe sont en train d’installer des modules photovoltaïques novateurs dans divers sites pilotes. Insolight se concentre sur l’agrivoltaïque, soit la combinaison de panneaux photovoltaïques et de culture de fruits, légumes et vignes. De son côté, Mickaël Guillaumée, cofondateur de l’épicerie coopérative Système B, se lance dans l’agroforestrie, autrement dit l’agriculture entre des rangées d’arbres fruitiers. Avec des coopérateurs, il a créé un jardin potager dans le canton de Neuchâtel.


Adrien Treccani 34 ans
VD, cryptomonnaies (Metaco)
10 à 20 millions, NOUVEAU

Fondateur et CEO de Metaco, Adrien Treccani s’active sur le marché en plein essor des cryptomonnaies. Le producteur de logiciels, qu’il a lancés en 2015 à Lausanne, vend des programmes auxquels les banques recourent pour proposer sans risque des cryptomonnaies à leurs clients. Car, sur pression de ces derniers, il y a toujours plus de bitcoins et d’ethers intégrés à la gestion de fortune. Ces derniers mois, l’entreprise a connu une croissance «incroyablement rapide», selon les termes d’Adrien Treccani. Cela se répercute sur le nombre de collaborateurs, passés de 22 à 35 en un an. L’expansion à l’international commence. A la mi-mai, un bureau a été ouvert à Singapour. «Nous planifions peu à peu d’autres sites à l’étranger.» Le fondateur d’Avaloq, Francisco Fernandez, siège au conseil de Metaco en tant que gros investisseur.


Sabrina Badir, 35 ans
ZH, Diagnostic (Pregnolia)
5 à 10 millions, Stable

Biomécanicienne et cofondatrice de la spin-off de l’EPFZ Pregnolia, Sabrina Badir a développé avec son compagnon Francisco Delgado un instrument de mesure grâce auquel il est plus aisé de détecter le risque d’une naissance prématurée. Grâce aux données et aux expériences récoltées en Suisse et à l’étranger, l’outil devrait devenir de plus en plus précis. Pregnolia suscite beaucoup d’intérêt car les naissances prématurées sont un des plus grands problèmes non résolus de l’obstétrique moderne. Pour l’heure, la startup a récolté 8 millions de francs.


Pascal Bieri, 35 ans
ZH, alimentation (Planted Food)
5 à 10 millions, NOUVEAU

Planted Food croît à toute allure. Cette spin-off de l’EPFZ n’a été fondé qu’en 2019 mais ses produits végétaux substituts de viande garnissent déjà les rayons de Migros et de Coop. Et depuis cette année, son ersatz de poulet est en vente chez le distributeur Spar en Autriche ainsi que chez Edeka en Allemagne. Il s’agit maintenant de mettre en place le réseau français, révèle le cofondateur Pascal Bieri. Planted Food vend aussi via son propre commerce en ligne et livre des restaurants, toujours plus nombreux à mettre de l’ersatz de viande sur leur carte. L’entreprise entend non seulement révolutionner les comportements alimentaires mais attache de l’importance à la durabilité et vante son modèle d’organisation. C’est ainsi que les cofondateurs Lukas Böni, Eric Stirnemann et Christoph Jenny se disent interchangeables: il n’y a pas de CEO. Les membres de la direction préfèrent fonctionner comme des coachs. Stephan Schmidheiny et le gardien star de la Nati Yann Sommer ont également investi
dans la société.


Adrien Briod et Patrick Thévoz 35 ans
VD, drones (Flyability)
10 à 20 millions, Hausse

Permettre d’inspecter des espaces inaccessibles ou difficiles d’accès, c’est l’objectif de Flyability. La spin-off de l’EPFL a été fondée par Adrien Briod et Patrick Thévoz en 2014. Elle a terminé sa série C en levant 8,6 millions de dollars. Elle compte désormais une centaine d’employés ainsi que des bureaux en Suisse et aux Etats-Unis. Flyability a lancé une nouvelle version de son logiciel durant le mois d’avril 2021, pour encore faciliter le travail d’inspection.



Jonathan Mariampillai, 36 ans
SG, Smartphones (iKlinik)
10 à 20 millions, Stable

Le fondateur en série Jonathan Mariampillai a d’abord créé la chaîne de réparation de téléphones mobiles iKlinik, avant de la vendre en 2018. Depuis lors, il est passé au commerce d’électronique en ligne avec Smart18. La dernière startup de ce natif du Sri Lanka est CubiCal, encore discrète et mystérieuse.



Anthony Aho, 37 ans
VD, Biotech (PB&B)
2 à 5 millions, Stable

L’idée de PB&B est de lisser esthétiquement les rides de l’intérieur en transférant les adipocytes au bon endroit. Elle a déjà donné lieu à dix brevets mais pas encore à des produits commercialisables. Le bioingénieur canado-suisse Anthony Aho et ses deux cofondateurs n’ont pas encore dépassé le stade d’un premier tour de financement.


Arthur Queval, 37 ans
VD, santé (Loop Medical)
10 à 20 millions, NOUVEAU

Fondée en 2016 par Arthur Queval, Loop Medical a mis au point une technologie de prélèvement sanguin indolore, facile à utiliser et compatible avec les laboratoires d’analyses médicales. Il s’agit d’un dispositif compact qui, une fois posé sur le bras, prélève en quelques minutes jusqu’à 1 ml de sang, une quantité suffisante pour permettre de réaliser la majeure partie des analyses de laboratoire. Le prélèvement peut être ainsi facilement réalisé à domicile. Les essais cliniques sont prévus d’ici à la fin de l’année. La startup lausannoise de huit personnes vise un accès au marché américain d’ici à 2023. Loop Medical a obtenu deux subventions de la part de la fondation Bill & Melinda Gates pour un total de 3,6 millions de dollars. Elle réalise actuellement une levée de fonds de 6 millions de francs.


Christoph Gebald, 38 ans
ZH, Environnement (Climeworks)
50 à 100 millions, Hausse

L’année dernière, les fondateurs de Climeworks, Christoph Gebald et Jan Wurzbacher, se sont procuré 73 millions de francs de capital-risque. Avec ses filtres qui aspirent le CO2 de l’atmosphère, leur spin-off née en 2009 de l’EPFZ voit affluer toujours plus d’argent. En cinq tours de financement, les deux hommes auront ainsi récolté déjà plus de 130 millions. En Islande a commencé la construction d’une nouvelle installation censée extraire chaque année 4000 tonnes de CO2 de l’air.


Rajat Khare, 38 ans
GE, investissements (Boundary Holding)
50 à 100 millions, NOUVEAU

Rajat Khare est un entrepreneur et investisseur d'origine indienne. Installé à Genève, ce serial entrepreneur de 37 ans est parvenu à constituer sa fortune en vendant ses parts dans sa société d'éducation. Il a également créé sa société Prophecis Technologies, spécialisée dans l'analyse de données, le data mining et le machine learning pour l'industrie financière, ainsi que Wynyard Group, société d'analyse de données et d'intelligence artificielle (IA). Son family office Boundary Holding investit dans différents secteurs, notamment dans les technologies qui conduisent la 4e révolution industrielle (IA, robotique, drones, internet des objets, medtech, espace...) Rajat Khare figure dans le conseil d'administration de certaines sociétés dans lesquelles il a des parts minoritaires, puisqu’il vise à détenir entre 1 et 20% de la valeur des entreprises. Il a la réputation d’échanger beaucoup avec les entrepreneurs et les aide à développer leur activité. Sa société devrait investir dans une soixantaine de startups dans les trois prochaines années et est déjà proche de 20 investissements.


Nicolas Durand, 39 ans
VD, Allergies (Abionic)
10 à 20 millions, Stable

Créée en 2010 par Nicolas Durand avec Iwan Märki et Theo Lasser, la PME lausannoise Abionic a développé un test rapide qui identifie à partir d’une goutte de sang le sepsis, une infection qui peut s’avérer mortelle. Détectée à temps, elle peut être traitée par un antibiotique. Abionic travaille avec plusieurs hôpitaux en Europe. En 2020, elle a développé un nouveau test permettant de repérer les cas graves liés au Covid-19. L’outil évalue rapidement les risques de dégradation clinique.


Luc Gervais, 39 ans
NE, Diagnostic médical (1Drop Diagnostics)
50 à 100 millions, Hausse

Luc Gervais n’a besoin que d’une goutte de sang pour diagnostiquer les maladies les plus diverses à l’aide de son dispositif 1DROP. L’été dernier, il a soumis sa machine au test ultime: «Nous avons testé 1DROP avec succès sur la station spatiale ISS. Comme elle a fait ses preuves dans l’espace parmi les astronautes de la NASA, elle est mobilisable pour tout le monde sur Terre.» La certification ISO intervient cette année et l’autorisation pour les Etats-Unis est au programme pour 2023. En parallèle, Luc Gervais a développé pour Johnson & Johnson un test diagnostique à faire à la maison en cas de maladie auto-immune. Les capital-risqueurs Christian Wildmoser et Urs Wietlisbach ont déjà investi. Une nouvelle ronde de financement est agendée fin 2021.


Chantal De Senger
Chantal de Senger

JOURNALISTE

Lui écrire

Licenciée des Hautes Etudes Internationales de Genève (IHEID) en 2001, Chantal de Senger obtient par la suite un Master en médias et communication à l'Université de Genève. Après avoir hésité à travailler dans une organisation internationale, elle décide de débuter sa carrière au sein de la radio genevoise Radio Lac. Depuis 2010, Chantal est journaliste pour le magazine Bilan. Elle contribue aux grands dossiers de couverture, réalise avec passion des portraits d'entrepreneurs, met en avant les PME et les startups de la région romande. En grande amatrice de vin et de gastronomie, elle a lancé le supplément Au fil du goût, encarté deux fois par année dans le magazine Bilan. Chantal est depuis 2019 rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan et responsable du hors série national Luxe by Bilan et Luxe by Finanz und Wirtschaft.

Du même auteur:

Le road show de DSK passe par Genève
Genève accueille le premier salon suisse du champagne

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."