Bilan

Arianespace veut conserver sa place de numéro un

Arianespace entend conserver sa place de numéro un mondial des lancements spatiaux après un nouvel exercice bénéficiaire en 2015 et une année opérationnelle "record" de douze lancements.

Arianespace fait face à la concurrence vivace de l'Américain SpaceX engagé sur la voie des lanceurs réutilisables.

Crédits: AFP

Arianespace entend conserver sa place de numéro un mondial des lancements spatiaux après un nouvel exercice bénéficiaire en 2015, à 4 millions d'euros, et une année opérationnelle "record" de douze lancements.

La société européenne de lancement, qui a mis en place depuis le 1er avril une nouvelle organisation pour mieux affronter la concurrence, indique que son chiffre d'affaires pour l'an dernier est ressorti en hausse de 2,4% à 1,43 milliard d'euros.

Arianespace, qui fait face à la concurrence vivace de l'Américain SpaceX engagé sur la voie des lanceurs réutilisables, indique avoir "confirmé en 2015 sa position de Numéro 1 mondial du transport spatial commercial en signant 14 contrats de lancement de satellites géostationnaires avec Ariane 5".

Les contrats gagnés en 2015, équivalent à 33 nouveaux lancements et d'une valeur de 2,5 milliards d'euros, ont porté son carnet de commandes à 5,3 milliards d'euros, précise-t-elle dans un communiqué jeudi.

Elle a également poursuivi ses efforts de compétitivité et la réduction d'environ 10% des coûts annuels résultant des prestations fournies par les industriels sol au Centre Spatial Guyanais.

"2015 restera une année exceptionnelle pour Arianespace, tant sur le plan opérationnel avec 12 lancements réalisés, un record pour notre gamme de lanceurs, que sur le plan commercial avec une prise de commandes historique à hauteur de 2,5 milliards d'euros", s'est félicité Stéphane Israël, son PDG, cité dans le communiqué.

"Cela se traduit dans nos comptes, à l'équilibre cette année encore, mais surtout cela nous donne confiance en l'avenir avec en ligne de mire Vega-C et Ariane 6 qui, dans le cadre d'une nouvelle gouvernance de la filière, nous permettront d'améliorer considérablement notre compétitivité", a-t-il ajouté.

Grâce aux lanceurs Vega C, dont le premier lancement est prévu en 2019, et Ariane 6, qui succèdera à l'actuelle Ariane 5 en 2020, "Arianespace est en mouvement avec l'ambition de rester le leader mondial du transport spatial commercial et de continuer à garantir à l'Europe un accès indépendant à l'espace", indique la société.

La décision de lancer le projet Ariane 6 a été prise en décembre 2014 par les Européens afin de contrer l'offensive de SpaceX notamment, avec des coûts de lancements nettement plus compétitifs que ceux de l'actuelle Ariane 5.

L'objectif est de réduire les coûts "de 40% à 50%" par rapport à Ariane 5, selon Alain Charmeau, le président d'ASL, la coentreprise d'Airbus et Safran créée en janvier 2015 pour piloter le projet Ariane 6.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."