Bilan

Au Brésil, WhatsApp refonctionne après 24 heures de blocage

WhatsApp avait été bloqué lundi sur ordre d'un juge qui accuse Facebook, propriétaire de l'application, de ne pas avoir fourni d'informations sur des trafiquants de drogue locale.

"WhatsApp a présenté un nouveau recours ce matin qui a été accepté et qui a levé le blocage", a expliqué un responsable de cette messagerie.

Crédits: AFP

La messagerie WhatsApp a recommencé à fonctionner vers 18H00 GMT mardi au Brésil, après plus de 24 heures de blocage pour rétention d'informations dans le cadre d'une enquête, a indiqué un responsable de ce service à l'AFP.

"WhatsApp a présenté un nouveau recours ce matin qui a été accepté et qui a levé le blocage", a expliqué un responsable de cette messagerie utilisée par plus de 100 millions de Brésiliens.

WhatsApp avait été bloqué lundi à 17H00 GMT sur ordre d'un juge de la ville de Lagarto qui accuse Facebook, propriétaire de l'application, de ne pas avoir fourni d'informations sur une bande de trafiquants de drogue locale.

Les cinq opérateurs de téléphonie brésiliens ont respecté l'ordre judiciaire afin d'éviter une amende de 127.000 euros par jour.

WhatsApp, qui a fait appel lundi soir, affirme avoir collaboré avec les tribunaux brésiliens et assure ne pas disposer des informations demandées. Mais un juge de seconde instance a rejeté l'appel mardi à l'aube et WhatsApp a présenté un nouveau recours.

C'est un juge de seconde instance également qui est revenu sur la décision de son collègue et a levé le blocage.

Contacté par l'AFP, le tribunal de Lagarto n'a pas expliqué les raisons du changement de décision.

Le patron-fondateur américain de Facebook, Mark Zuckerberg, a salué la reprise du service dans un message en anglais et en portugais publié sur sa page personnelle sur le réseau social.

"Cela dit, l'idée que tout le monde au Brésil peut se voir refuser la liberté de communiquer de la manière qu'il veut est très effrayante dans une démocratie", y relève-t-il. "Vous et vos amis peuvent aider à s'assurer que ça n'arrive plus jamais."

Et d'appeler les Brésiliens à signer une pétition en ligne sur Change.org demandant d'empêcher le blocage jugé inconstitutionnel de services en ligne dans le pays, et de participer en personne à un rassemblement pour soutenir "un internet libre et sans limites" prévu mercredi devant le Parlement à Brasilia.

Par ailleurs, la page web de la justice de l'Etat de Sergipe ne fonctionnait plus depuis lundi. Des hackers du groupe Anonymous Brésil ont affirmé à travers leur compte Twitter @anonopsbrazil qu'ils protestaient ainsi contre le blocage de WhatsApp.

L'organisme de défense des consommateurs, Idec, avait estimé lundi que la gravité des faits "n'était pas proportionnelle" à la sévérité de la sanction, tandis que pour le président de l'Agence nationale de télécommunications (Anatel), Joao Rezende, "le blocage n'était pas la solution".

C'était le même juge qui avait décrété en mars la détention préventive de l'Argentin Diego Dzodan, vice-président de Facebook pour l'Amérique latine, pour les mêmes raisons de rétention d'informations sur cette bande de trafiquants.

Son incarcération avait été qualifiée de "mesure extrême" par Facebook.

WhatsApp est installé sur plus de 90% des portables et smartphones du Brésil, un pays de plus de 200 millions d'habitants, et il est utilisé par plus de 100 millions de Brésiliens, selon des données de cette messagerie.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."