Bilan

Automobile: la peur saisit les concessionnaires suisses de Stellantis

Le constructeur a décidé de rationaliser son réseau de vente en Europe. La Suisse sera-t-elle épargnée? Les garagistes helvétiques en doutent.

Avec la fusion entre PSA et Fiat Chrysler, Stellantis détient 14 marques automobiles.

Crédits: Keystone

«La perte de ma concession, c’est le pire des scénarios», lance un garagiste romand qui préfère conserver l’anonymat. A la mi-mai, Stellantis a annoncé qu’il résiliait en Europe tous les contrats de vente et de distribution de services au 31 mai 2023. Né du mariage entre PSA et Fiat Chrysler, ce groupe automobile figure parmi les principaux constructeurs mondiaux. Il détient 14 marques, dont Fiat, Chrysler, Peugeot, Opel, Citroën, Lancia, Alfa Romeo, Maserati.

Avec la fusion, Stellantis a hérité de deux canaux de distribution. Il a donc logiquement décidé de les réévaluer afin de réduire ses coûts. «Le nouveau réseau sera sélectionné sur la base de critères et de facteurs clés objectifs», indique le groupe.

Un important réseau en Suisse

Depuis un mois, les concessionnaires helvétiques craignent pour leur avenir. Ces derniers seront-ils aussi touchés par cette décision? «Pour le moment, la Suisse n’est pas affectée par les changements qui ont lieu dans le reste de l'Europe. Nous informerons bien sûr les parties intéressées et les médias en temps opportun», répond Serenella Artioli De Feo, directrice des relations publiques de Stellantis Suisse. «Notre pays sera aussi concerné. Je ne vois pas pour quelles raisons, il échapperait à cette réorganisation», observe un acteur du marché.

En Suisse, le réseau de vente de Stellantis comprend environ 270 concessionnaires directement rattachés à un importateur et quelque 360 concessionnaires indirects, autrement dit liés à un concessionnaire direct. Ces chiffres n’englobent pas les garages du groupe Emil Frey. «En comparaison internationale, le nombre de concessionnaires toutes marques confondues, sauf quelques exceptions, est très important en Suisse par rapport au volume annuel de nouvelles immatriculations. Je n’ai aucune information précise, mais je ne serais donc pas surpris si Stellantis restructurait son réseau helvétique», affirme François Launaz, président d’auto suisse, l’association regroupant les importateurs officiels d’automobiles.

De graves conséquences financières

«En raison des investissements importants qui sont consentis, il faut du temps pour rentabiliser une concession. S’ils n’ont pas encore été amortis ou si le rendement escompté est inférieur aux prévisions, la perte d’une concession peut avoir de graves conséquences financières. Mais chaque situation est différente», explique Pierre Daniel Senn, vice-président de l’Union professionnelle suisse de l’automobile (UPSA). «Un garage doit couvrir toutes ses charges avec les travaux d’atelier. La vente de voitures constitue un apport supplémentaire, mais les marges bénéficiaires sont faibles et le besoin de liquidités est important», constate François Launaz.

Ce dernier est convaincu que les constructeurs chercheront à l’avenir à copier Tesla qui ne vend sa production que via internet. Ce canal de vente permet à la fois de générer davantage de marges bénéficiaires et de capter les données des clients. Président central de l’UPSA, Urs Wernli nuance «La vente sur Internet fonctionne dans de nombreux domaines, c’est un fait, mais pour ce qui concerne l’achat d’une voiture, les clients veulent pouvoir la voir, la toucher, l’essayer et s’entretenir avec une personne compétente», écrit-il dans le magazine spécialisé AUTOINSIDE.

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix BZ du journalisme local 1991, Prix Jean Dumur 1998, AgroPrix 2005 et 2019.

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."