Bilan

BMW: bénéfice 2019 plombé par une enquête anticartel et les investissements

Le constructeur allemand BMW a annoncé jeudi un bénéfice net en forte baisse de 29% en 2019, année marquée par de lourdes provisions pour risques juridiques et une hausse des investissements dans un environnement économique morose.

La Commission européenne accuse depuis début 2019 BMW, Volkswagen et Daimler de s'être entendus pour éviter de se faire concurrence sur les technologies réduisant les émissions polluantes.

Crédits: AFP

Malgré un chiffre d'affaires record de 104 milliards d'euros aidé par les ventes de voitures plus luxueuses, le bénéfice net ressort à 5,0 milliards, affecté notamment par une provision de 1,4 milliard d'euros dans le cadre d'une enquête anticartel européenne, comptabilisée au premier trimestre.

La Commission européenne accuse depuis début 2019 BMW, Volkswagen et Daimler de s'être entendus pour éviter de se faire concurrence sur les technologies réduisant les émissions polluantes.

Autre facteur ayant pesé sur les résultats, BMW investit massivement dans l'électrique: les dépenses en recherche et développement ont augmenté de 12%, à près de 6 milliards d'euros, et les investissements de 12%, à 5,7 milliards.

D'autant plus que «la part plus importante de voitures électriques contribue à la hausse des coûts de production», note BMW dans un communiqué.

L'électrification est pourtant inévitable: dès cette année, les constructeurs devront afficher sur leur flotte de voitures neuves vendues en Europe des émissions moyennes (pondérées par poids des véhicules) de CO2 inférieures à 95 grammes par kilomètre, sous peine d'amendes.

L'objectif est impossible à atteindre sans une hausse significative des ventes de voitures électriques ou hybrides.

BMW prévoit 25 modèles électrifiés d'ici 2023 - dont «plus de la moitié» entièrement électriques - pour multiplier par deux les ventes de ces voitures d'ici 2021 par rapport à l'année dernière.

Le constructeur «va atteindre cette année l'objectif européen» avec la réduction de 20% des émissions moyennes des voitures BMW vendues en Europe.

Pour financer la transition, le constructeur a lancé un programme visant 12 milliards d'euros d'économies dès fin 2022, reposant notamment sur une réduction de la complexité de son offre.

La moitié des motorisations traditionnelles va disparaitre de l'offre tandis que l'accent sera mis sur les modèles les plus rentables.

Les ventes de voitures de luxe, qui ont déjà tiré le chiffre d'affaires, doivent «doubler» cette année par rapport à 2018.

Après un premier trimestre plombé par la couverture du risque juridique, BMW affiche un bénéfice avant impôts en hausse de 18% au deuxième semestre.

«Le groupe a amélioré sa profitabilité et son résultat trimestre après trimestre au cours de l'année malgré l'environnement compliqué», a commenté Oliver Zipse.

Sur l'ensemble de 2019, la marge opérationnelle, très observée par les marchés, reste cependant en recul de 3,1 points, à 6,8%.

BMW n'a fourni aucune prévision sur l'année 2020.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."