Bilan

Credit Suisse nomme un nouveau responsable des risques

Credit Suisse a nommé un nouveau responsable de la gestion des risques en la personne de David Wildermuth. L'ancien de Goldman Sachs intègrera également le comité de direction, a indiqué la banque aux deux voiles mardi.

La dégradation des notes fait suite aux affaires Greensill et Archegos, qui ont entraîné de lourdes pertes pour la banque.

Crédits: Keystone

Le nouveau responsable entrera en fonction en février 2022 au plus tard. Il était jusqu'à présent employé par le géant bancaire américain, siégeant dans différents comités dédiés au risque. Il rapportera directement au directeur général Thomas Gottstein.

Fort de ses 34 années d'expérience dans les services financiers, sa nomination est le signe de "l'engagement de la banque à mettre l'accent sur la gestion des risques", selon M. Gottstein. Elle intervient deux jours avant la présentation des résultats semestriels de la société.

M. Wildermuth prendra la suite de Joachim Oechslin, qui continuera de superviser les risques par intérim jusqu'à son arrivée. Par la suite, M. Oechslin se concentrera sur son mandat de conseiller auprès du directeur général.

Priorité sur la gestion du risque


La gestion du risque doit obtenir la plus haute priorité, avait récemment annoncé le nouveau président Antonio Horta-Osorio. Echaudée par ses déconfitures successives avec le fonds spéculatif Archegos et la société d'affacturage Greensill, la direction avait en effet averti au printemps qu'elle allait réduire la prise de risque dans sa banque d'affaires, notamment dans l'activité de "Prime Brokerage" avec les fonds spéculatifs.

Le contexte est difficile pour la banque, épinglée par Moody's pour une appétence au risque plus élevée que prévu, une déficience dans la sensibilisation au risque à l'interne et des manquements dans les contrôles. En conséquence, l'agence de notation new-yorkaise avait revu à la baisse mi-juillet la notation de certains emprunts de Credit Suisse.

Ces affaires exposent la grande banque à des actions en justice de la part de clients ayant laissé des plumes dans les fonds SCFF ou Archegos, avait par ailleurs averti Moody's. De nouvelles pertes ne peuvent pas être exclues au deuxième semestre.

La dégradation des notes fait suite aux affaires Greensill et Archegos, qui ont entraîné de lourdes pertes pour la banque. Cette dernière a essuyé une perte avant impôts de 757 millions de francs au premier trimestre, après un résultat positif de 1,2 milliard un an plus tôt.

Vers 9h45 à la Bourse suisse, le titre Credit Suisse baissait nettement de 1,3% à 9,3 francs, alors que l'indice vedette SMI reculait de 0,87%.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."