Bilan

Formation à distance: comment bien choisir

La possibilité d’enrichir son CV de nouveaux diplômes en étudiant depuis chez soi rencontre un succès croissant en ces temps de pandémie. Conseils pour s’y retrouver au cœur d’une offre pléthorique.

  • Il est indispensable de bien se renseigner sur la renommée de l’institution qui produit le cours.

    Crédits: RGStudio/Getty images
  • Christine Petersen, cofondatrice de l’Institut Virak.

    Crédits: Dr

S’il y a un domaine que la crise du Covid-19 aura durablement changé, c’est bien celui de la formation. En dépit des technologies numériques à disposition, l’enseignement à distance peinait à décoller. Mais avec la fermeture des écoles, ainsi que des universités et le confinement général, le recours à l’e-learning est devenu une obligation pour tous. Et pour nombre d’entre nous, force est de constater que cette formule a de nombreux avantages. Parmi ceux-ci: la flexibilité au niveau des horaires, la possibilité de suivre depuis chez soi un cursus dispensé à l’étranger ou l’opportunité de mettre à profit les temps morts pour doper son CV.

En 2002, Christine Petersen a cofondé l’Institut Virak, spécialisé dans la formation en management et en gestion de projet. Elle témoigne: «Dès 2005, tout le monde s’est mis à faire de l’e-learning. Mais la qualité des modules s’est toujours avérée très variable. Il ne s’agit pas seulement de transférer les documents sur
le web ou de filmer les cours. La pédagogie doit aussi être adaptée. Les outils comme les quiz et les forums sont un vrai plus.»

Pour s’orienter au cœur d’une offre pléthorique, misez en priorité sur la renommée de l’institution qui produit le cours. Les meilleurs diplômes proviennent de collèges déjà reconnus dans l’enseignement classique. «Aux Etats-Unis, le MIT se distingue dans la technologie et l’Université Harvard, dans le management», commente Christine Petersen. Autres grands noms, les universités britanniques d’Oxford et de Cambridge présentent également une offre en ligne. Dans la gestion de projet, le Project Management Institute (PMI) se profile comme une organisation mondiale à but non lucratif qui délivre différentes certifications. Le PMI a pour partenaire suisse STS (Sauter Training & Simulation), qui est depuis 2009 une filiale du groupe français Demos.

De leur côté, les MBA à distance connaissent depuis quelque temps un fort essor, grâce notamment à des formations disponibles uniquement en ligne qui se classent parmi les moins chères sur le marché. Christine Petersen avertit: «Il vaut la peine d’investir dans un MBA de l’IMD de Lausanne ou de l’INSEAD à Paris ou Singapour. Le nom de ces institutions sur un CV fait une grande différence.»

Quelques grandes plateformes internationales permettent de trouver le MOOC (massive open online course) qui vous conviendra dans une offre planétaire. Favori pour les formations de quatre à dix semaines dispensées par des institutions classiques, le site américain Coursera a été fondé en 2012 par deux professeurs de l’Université Stanford. Autre adresse américaine, Udemy s’adresse à des étudiants qui recherchent un enseignement moins académique. Dans le registre des activités créatives, Skillshare compte plus de 8 millions d’étudiants. Et puis, dans le giron du réseau professionnel américain du même nom, LinkedIn Learning diffuse des cours donnés par des experts de différentes industries.

Nombreux domaines

Côté suisse, UniDistance basée à Brigue (VS) dispense un large spectre de formations en ligne qui s’adressent par exemple aux sportifs d’élite en leur permettant d’obtenir un bachelor. Au catalogue figurent également des programmes en entrepreneuriat, marketing, protection des données ou encore intelligence artificielle. A l’Université de Genève, le Geneva Finance Research Institute (GFRI) propose des cours ciblés, disponibles notamment sur la plateforme Coursera. L’EPFL (Ecole polytechnique fédérale de Lausanne), de même que la HES-SO (Haute Ecole spécialisée de Suisse orientale) disposent chacune de cours disponibles en e-learning. A Lausanne, l’école des HEC propose un MOOC sur «la prise de décision non éthique» qui se révèle très populaire.

Et puis, si vous vous êtes découvert une passion pour l’œnologie ou que vous soyez restaurateur, aventurez-vous sur swisswine-campus.ch qui a développé un programme en collaboration avec les institutions établies à Changins (Haute Ecole de viticulture et d’œnologie) et de l’Ecole hôtelière de Genève. Vous avez accès à des cours en ligne ainsi qu’à des ateliers de dégustation.

Dans le registre de l’apprentissage des langues, l’Ecole-club Migros a lancé en 2016 l’Online Academy, qui déploie également des cours en informatique. Pour les formations helvétiques, un critère de sélection sûr est la certification eduQua, premier label suisse de qualité pour les institutions de formation continue.

«Du point de vue du recruteur, une formation à distance démontre un réel intérêt pour l’apprentissage et l’envie de rester actif. La meilleure carte est toujours une formation débouchant sur un certificat reconnu. Il est en tous les cas utile d’avoir une attestation», argumente Carine Dilitz, directrice générale d’Oasys Consultants. Chez le géant Manpower, Séverine Liardon, porte-parole, prolonge: «Dans le domaine universitaire, les qualifications sont toutes valides tant qu’elles sont reconnues par le Sefri, le Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation. Peu importe qu’elles soient suivies en ligne ou en présentiel.»

Il est aussi conseillé de suivre des cours d’une institution de votre pays afin que la formation soit d’emblée acceptée. Un bon point pour la carrière est un enseignement qui s’appuie sur les expériences passées pour servir de tremplin. Séverine Liardon prévient: «Vu l’investissement nécessaire en temps et en argent, donnez-vous la peine de lire les avis sur internet et d’échanger des informations avec votre réseau professionnel avant de vous inscrire.»

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."