Bilan

Jean-Marc Sabet, le veilleur de changes

Le Genevois propose aux particuliers et aux PME de faire des économies sur leurs transactions en monnaies étrangères. Il s’adresse à une clientèle qui n’a pas accès à certains taux.

Jean-Marc Sabet, 48 ans. Le fondateur de B-sharpe mise sur des prix bas.

Crédits: Guillaume Mégevand

Rares sont les entreprises qui ne sont pas impliquées dans des transactions de change. Les PME se tournent naturellement vers leur banque pour effectuer ce type d’opérations financières, sauf que la plupart ignorent le véritable coût qui leur est facturé.

«Peu de gens connaissent le «spread», soit la différence entre le cours d’achat et le cours de vente. Sur des trans-actions courantes, cet écart peut s’élever jusqu’à 4%», indique Jean-Marc Sabet.

Le fondateur de B-sharpe a commencé par la gestion active des devises avec plusieurs fonds spécialisés sous gestion, avant de faire évoluer son entreprise à partir de 2011 vers le service actuel de paiements internationaux, dont la mission est de réduire le coût élevé pratiqué sur les transactions de change.

Pour se différencier, B-sharpe mise sur des prix parmi les plus bas, sur une plate-forme très ergonomique et un service complètement personnalisé. L’innovation que propose Jean-Marc Sabet est née du constat que les particuliers et les PME paient une prime injustifiée pour leur accès à de simples opérations de change par rapport aux grandes institutions type multinationales qui, elles, ne paient quasiment aucuns frais. 

La concurrence est plutôt clairsemée sur ce segment. Mentionnons la multinationale Travelex (détenue par le géant Western Union) et l’alémanique kmuOnline, via son site Wechselstube. «Notre service permet de réduire la marge de change d’en moyenne 70% sur les opérations les plus courantes.» Une plate-forme online sécurisée va être fonctionnelle d’ici à quelques jours. Pour l’heure, les transactions s’effectuent uniquement par téléphone et prennent «quelques heures et au maximum trois jours ouvrables».

Au départ, Jean-Marc Sabet, 48 ans, mutualisait les achats de devises et œuvrait auprès d’une seule banque. Désormais, via B-sharpe, il a sélectionné un certain nombre d’établissements bancaires et négocié ses taux en amont. Il génère des volumes de l’ordre de 150 millions de francs par année. Parmi sa centaine de clients fidèles, B-sharpe.com compte Ovale, Cvstos, Daniel Benjamin, Ponti, Vhernier et official.fm.

Jean-Marc Sabet vise également la clientèle des frontaliers. «A l’heure actuelle, le salarié travaillant en Suisse et habitant de l’autre côté de la frontière se voit prélever jusqu’à 2% du montant converti par sa banque, auquel s’ajoutent les éventuels frais de transfert vers un compte à l’étranger (jusqu’à 30 francs).» 

Jean-Marc Sabet est un ancien spécialiste en options qui avait rejoint son frère Charles-Henri en 1999 en tant qu’associé et responsable de la salle des marchés. Ce dernier avait créé Trading & Commercial Consulting en 1991, devenue en 2000 Synthesis Bank, avant que cette dernière ne soit rachetée à la fin 2007 par Saxo Bank. 

Producteur de cinéma

A côté de ses activités dans le domaine des changes, Jean-Marc Sabet a contribué à produire le film 8 qui présente les 8 objectifs du millénaire pour le développement. Ces derniers ont été approuvés par tous les pays du monde et toutes les grandes institutions mondiales de développement dans un plan avec des objectifs devant être atteints pour 2015. 

Huit metteurs en scène ont réalisé huit courts-métrages sur les huit différents objectifs, dont Wim Wenders visant la mise en place d’un partenariat mondial autour de la microfinance. Ce film a été récompensé à Berlin. 

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin de cette année.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."