Bilan

Le groupe M3 se redimensionne et n’ouvrira pas ses restaurants avant juin

Le groupe genevois dont l’ambition est d’acquérir une cinquantaine de restaurants sur Genève licencie 14 collaborateurs et ne rouvrira pas avant le mois de juin.

Abdallah Chatila avait affiché sa volonté d'acquérir une cinquantaine d'établissements sur Genève à travers le groupe M3.

Crédits: DR

En septembre dernier, M3 Restaurants inaugurait Home, son nouveau restaurant situé au cœur de Meyrin Centre. Détenu par Abdallah Chatila, le groupe ambitionne d’acquérir une cinquantaine d’établissements sur Genève en investissant plus de 100 millions de francs.

M3, qui a déjà racheté le Cheval Blanc à Vandoeuvres, le Vallon à Conches, le Sesflo à Florissant, Duchessa à la place Neuve ou encore Hamburger Foundation précise toutefois qu’il n’a rien acquis depuis le mois de mars 2020.

Suite au lockdown dû à la pandémie, le groupe a gelé ses acquisitions dans le secteur de la restauration.

Une stratégie reportée dans le temps

Alors que les normes sanitaires ont contraint les restaurateurs à fermer leurs établissements, le groupe M3 assure que ses ambitions – l’acquisition d’autres restaurants - n’ont pas été revues à la baisse mais reportées dans le temps. L’ouverture de ses deux hôtels qui devaient avoir lieu en janvier de cette année est désormais prévue pour janvier 2022. Le groupe a cependant dû se séparer de quatorze collaborateurs dans le pôle restaurant-hospitality qui en comprend 400. M3 Restaurants a également décidé de ne pas rouvrir ses établissements avant le mois de juin.

«Nous ne voulons pas prendre le risque de devoir refermer encore une fois après l’ouverture potentielle de fin février», explique le porte-parole du groupe Fabrice Eggly. «Nous préférons rester prudents en rouvrant nos restaurants qu’à partir de l’été».

Situation dramatique pour le secteur

Le secteur de la restauration vit des moments dramatiques. Gastrosuisse a plusieurs fois tiré la sonnette d’alarme. Le secteur pourrait perdre jusqu’à 100'000 emplois à brève échéance à cause du coronavirus. D’ici la fin mars, la moitié de tous les établissements de l’hôtellerie-restauration feront faillite s’ils ne reçoivent pas dès maintenant une indemnisation financière prévient la plus grande association patronale de l’hôtellerie-restauration suisse suite à une enquête qu’elle a réalisée auprès de ses membres. «Sans compensation financière immédiate, la branche va périr». GastroSuisse exige du Conseil fédéral une indemnisation financière immédiate et sans complications.

Chantal De Senger
Chantal de Senger

JOURNALISTE

Lui écrire

Licenciée des Hautes Etudes Internationales de Genève (IHEID) en 2001, Chantal de Senger obtient par la suite un Master en médias et communication à l'Université de Genève. Après avoir hésité à travailler dans une organisation internationale, elle décide de débuter sa carrière au sein de la radio genevoise Radio Lac. Depuis 2010, Chantal est journaliste pour le magazine Bilan. Elle contribue aux grands dossiers de couverture, réalise avec passion des portraits d'entrepreneurs, met en avant les PME et les startups de la région romande. En grande amatrice de vin et de gastronomie, elle a lancé le supplément Au fil du goût, encarté deux fois par année dans le magazine Bilan. Chantal est depuis 2019 rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan et responsable du hors série national Luxe by Bilan et Luxe by Finanz und Wirtschaft.

Du même auteur:

Le road show de DSK passe par Genève
Genève accueille le premier salon suisse du champagne

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."