Bilan

Transport aérien: les bagages, ça rapporte

Les recettes issues des bagages des passagers ont rapporté la somme de 28 milliards de francs en 2018 aux compagnies aériennes. En quatre ans, elles ont plus que doublé.

Les bagages représentent une source de revenus importante.

Environ 93 milliards de francs, c’est le montant estimé des revenus accessoires perçu par les compagnies aériennes en 2018. Calculé par le cabinet de conseil américain IdeaWorksCompany, ce chiffre montre que l’arrivée des compagnies low-cost a bouleversé le modèle d’affaires de la branche.

Autrefois, le prix des billets d’avion incluait toute une palette de services tels les repas, les réservations des sièges, les bagages en soute et à bord de l’appareil, les projections de films. Désormais, les passagers passent à la caisse. Mais, parallèlement, les tarifs de base ont fortement reculé. Au final, les voyageurs sont gagnants par rapport aux prix pratiqués jadis par le transport aérien.

Une part de 26% chez EasyJet

Par exemple chez easyJet, les recettes annexes ont davantage progressé (+18,4%) entre 2017 et 2018 (exercice comptable clos au 30 septembre) que les revenus totaux issus des revenus passagers (+15,4%).

Selon son rapport de gestion, leur part s’est élevée à 26%. Cette croissance s’explique notamment par une nouvelle segmentation des bagages en soute (23 kilos et 15 kilos), la hausse des réservations de sièges et l’amélioration du site web qui facilite l’achat de prestations.

Dans le cadre de la même étude, la plate-forme B2B CarTrawler a calculé que les revenus tirés des bagages représentent à eux seuls le quart des produits annexes des compagnies aériennes. Au total, ils s’élèvent à 28,1 milliards de francs pour 2018 contre 13,4 milliards de francs en 2014. Soit une hausse de 110% en quatre ans.

Pour une clientèle fidèle

CarTrawler a passé à la loupe la politique des vingt principales compagnies aériennes (sans tenir compte des transporteurs à bas coûts). Aujourd’hui, seule la moitié d’entre elles incluent les bagages en soute dans le prix du billet d’avion.

Aux Etats-Unis et au Canada, cette prestation est gratuite pour les passagers possédant une carte de crédit au nom d’une compagnie aérienne. Autant dire, constate l’étude, qu’elle est réservée à leur clientèle fidèle. Chez Swiss, la prise en charge des bagages en soute est gratuite ou déterminée par le tarif choisi.

Bref, la stratégie des compagnies aériennes suit une tendance générale qui consiste à adopter une politique de revenus à la carte.

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Bilan vous recommande sur le même sujet

Les derniers Articles Entreprises

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."