Bilan

«Créons une Internationale des entrepreneurs!»

Qu'est-ce qu'un entrepreneur?

1. Un entrepreneur n'est pas simplement le propriétaire d'une entreprise. C'est quelqu'un plein de fantaisie et d'envie d'innover, capable de tout remettre en question. Je dis toujours à mes collaborateurs qu'il faut se souvenir de l'esprit de créativité que nous avions à l'âge de 6 ans. 2. Il faut être prêt à prendre des risques pour réaliser ses idées. C'est la partie la plus difficile du métier. Toute ma vie j'ai entendu des gens me dire: «Ne fais pas ça, tu vas te planter.» L'entrepreneur doit surmonter les obstacles qui s'opposent à lui. 3. L'entrepreneur doit servir les autres et la société dans son ensemble. Il a la responsabilité de générer de la richesse pour beaucoup de gens, si possible pour tout le monde. 4. L'entrepreneur doit contribuer à l'amélioration de l'environnement dans lequel nous vivons. 5. Plutôt que de chercher le gain maximal le plus rapidement possible, il faut tabler sur le long terme, en investissant dans la formation, la recherche et le développement. 6. L'entrepreneur doit être un exemple pour les autres, tout en restant modeste et sans abuser de son pouvoir. Il doit avoir la capacité de réunir les gens. 7. Enfin, il faut se montrer passionné et enthousiaste. L'entrepreneur doit avant tout s'amuser.

L'emprise de la finance

Notre pays a été bâti par des entrepreneurs dotés de toutes ces qualités. Le secteur financier a lui aussi contribué à cette formidable économie entrepreneuriale. Mais ces dernières décennies, la Suisse a subi l'influence anglo-saxonne qui voit la bourse, la finance et l'argent prendre le dessus, au détriment de la culture entrepreneuriale des industriels. Aujourd'hui, les entrepreneurs à la tête de grandes entreprises cotées font face à plusieurs problèmes majeurs: 1. Les nouvelles sociétés financières disposant d'énormes quantités de liquidités (fonds globaux, hedge funds, notamment) sont souvent dirigées par des financiers sans expérience entrepreneuriale, qui représentent un danger pour notre prospérité. Il faudrait limiter la revente des sociétés à des investisseurs qui connaissent véritablement l'entreprise, ses produits, ses buts et sa culture. 2. C'est paradoxalement au nom de la transparence - et dans les marchés les plus strictement régulés - que le plus grand nombre d'excès sont commis. Sans parler du gaspillage d'énormes quantités de papier, de temps et d'argent, les sociétés cotées doivent publier leurs chiffres en livrant nombre de détails qui peuvent être exploités directement par leurs concurrents. Il faudrait limiter la diffusion de certaines informations à une commission spéciale constituée au sein de l'actionnariat de l'entreprise. 3. Les estimations des analystes financiers durant ces dernières décennies se sont révélées encore moins fiables que celles des diseurs de bonne aventure qui lisent dans leur boule de cristal. L'entrepreneur doit mener sa barque en veillant à l'intérêt à long terme de sa société, non pas pour plaire à ceux qui jouent à la bourse. Je préconise la création d'une structure de contrôle intelligente, forte et neutre, qui vérifierait à intervalles réguliers la justesse des assertions des analystes.

Le rôle de la Suisse

Vu de l'étranger, notre pays est perçu comme la seule véritable démocratie directe du monde. La Suisse n'a jamais eu de colonies, elle a vu naître la Croix-Rouge, elle a une forte conscience écologique et elle symbolise la qualité avant tout. Les entrepreneurs suisses - voilà quelque chose que nous ressentons à chaque fois que nous nous rendons à l'étranger - sont perçus comme des modèles. Nous avons besoin d'une réforme efficace de la bourse et du système financier global, avec plus de contrôle de la part des entrepreneurs et de l'industrie. Créons une Internationale des entrepreneurs! Ne nous laissons plus opprimer! Mettons-nous tous ensemble pour donner un signal fort! Si nous commençons les réformes en Suisse, ce signal se répandra comme une traînée de poudre. La Suisse doit assumer à nouveau sa place dans le monde! Voilà mon appel à vous tous. Résumé du discours de Nicolas G. Hayek donné dans le cadre de la Journée de l'économie d'EconomieSuisse, le 5 septembre 2008 à Baden. Traduction et adaptation: Cyril Jost

Photo: Nicolas G.Hayek / © AFP

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."