Bilan

«Le partenariat social s'inscrit dans la stratégie d'entreprise»

Pour la première fois depuis sa création en 2006, le salon Humagora se déroulera, le 4 novembre prochain, dans un climat économique tendu, les entreprises redoutant une baisse de leurs activités après la tourmente de la crise financiè- re mondiale. Vont-elles diminuer, voire renoncer à leur engagement par souci d'économies? Bettina Ferdmann Guerrier, fondatrice et directrice de la Fondation Philias, est confiante et les invite au contraire à persister.

La crise financière mondiale affecte la santé de l'économie. Redoutez-vous que certaines entreprises avec lesquelles Philias travaille baissent leur engagement, voire renoncent?

La période à venir peut avoir une valeur de test. J'entends souvent dire, dans certaines entreprises, que notre activité est «sympa». A celles-là je répète que le partenariat social représente bien plus et s'inscrit dans la stratégie d'entreprise. Nous allons voir ces prochains mois si le message a passé. Quel est-il, en substance? L'activité citoyenne décidée par les entreprises doit correspondre à la profonde conviction que la responsabilité sociale est favorable à leur activité, à leur succès et doit s'inscrire dans la durée. Elle est un facteur de succès car elle favorise l'identification des collaborateurs à l'entreprise, donc leur motivation; elle permet de mieux s'intégrer dans la communauté, de valoriser l'image et de renforcer des comportements.

Ces avantages s'effacent-ils devant le principe de réalité, quand la conjoncture s'assombrit?

A mon avis, non, au contraire. Etre socialement responsable par beau temps peut préparer les périodes de crise. Réfléchir à ces questions quand tout va bien devrait donner des atouts pour faire face aux difficultés. Se demander par exemple comment on va agir vis-à-vis des clients, des collaborateurs, en gardant à l'esprit ce souci de responsabilité. Quels critères vont présider à nos choix? Quel va être l'impact de nos décisions sur nos employés, nos fournisseurs? Comment limiter les dégâts? Une entreprise qui s'est engagée dans un processus de responsabilité sociale se pose ces questions naturellement, puisqu'elle a acquis ce réflexe.

Et si ce n'est pas le cas?

Si une entreprise stoppe tout, elle annule le travail accompli et retourne à la case départ, lorsqu'on se contentait de donner de l'argent à des organisations caritatives. Le sens du partenariat social consiste justement à aller plus loin, à imbriquer business et activité citoyenne, de sorte que cette dernière ne dépende plus du porte-monnaie parce que l'entreprise se l'est complètement appropriée et ne la remet plus en cause. Conserver une attitude responsable augmente d'autant la bonne perception des clients et du public, c'est tout bénéfice.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."