Bilan

Actions: à la chasse au rendement

Une fois n’est pas coutume, avec la saison des dividendes qui arrive, nous nous intéressons aux rendements offerts aux actionnaires au lieu du potentiel de hausse des cours.
McDonald’s fait partie des titres qui offrent sur la durée un rendement annuel supérieur à 3%. Crédits: Dr

Notons tout d’abord que, contrairement à l’étranger où le paiement aux actionnaires est effectué de façon trimestrielle, en Suisse celui-ci est réduit à un seul versement annuel (entre mars et mai). Ce crédit ponctuel déclenche souvent une vague d’achats sur le titre dans les semaines qui précèdent. L’expérience nous montre que plus les hausses sont conséquentes dans les semaines qui précèdent, plus le risque de baisse le jour du détachement est important.

Une règle semble donc s’imposer quand on réfléchit en termes de rentabilité: si la plus-value réalisée avant le paiement excède le rendement escompté, il est préférable de vendre son actif.

La stabilité des sommes payées étant l’un des principaux critères, les actions les plus recherchées se situent traditionnellement dans les secteurs les plus défensifs. Parmi les titres les plus courus pour leur rendement, on peut mentionner: Royal Dutch (RDSA), Procter & Gamble (PG), McDonald’s (MCD) ou Coca-Cola (KO) qui offrent sur la durée un rendement annuel supérieur à 3%. 

On peut également citer Philip Morris (PM, 3,7%), Roche (ROG, 3,6% soit 7,35 francs payés le 7 mars) et Novartis (NOVN, 3,5%, soit 2,3 francs payés le 26 février). La pétrolière Total (FP), bien qu’offrant un cours plus volatil, récompense aussi ses actionnaires avec un dividende trimestriel annualisé au-dessus de 6% (lire ci-dessous).  

Les opérateurs téléphoniques sont également porteurs de rendement, à l’image de Belgacom (BELG, 8%), France Télécom (FTE, 9%) et AT&T (T, 5%). Notre opérateur national Swisscom (SCMN) n’est pas en reste, avec un montant de 22 francs (5,4%). 

Parmi les actions porteuses de rendement, on se doit de citer aussi les compagnies d’assurances, traditionnellement généreuses avec les détenteurs de leur capital. Zurich Assurance (ZURN) n’a pas encore fait connaître le montant qui sera payé début avril, mais celui-ci se situe traditionnellement au-dessus de 6%. Baloise Assurances (BALN, début mai), Hannover Rueckversicherung (HNR1, début mai) et Swiss Re (SREN, mi-avril) offrent aussi historiquement des montants supérieurs à 4%. 

Les banques, qui par le passé ménageaient des revenus confortables et réguliers, sont désormais parmi les mauvais élèves, avec des revenus plus aléatoires et des rendements dépassant rarement les 2%. De même pour les valeurs industrielles dont le retour sur investissement n’a jamais été le point fort. En conclusion, la qualité des titres de rendement la plus recherchée se situe bel et bien dans la régularité des sommes versées aux actionnaires. 

Conseil nº1

Swiss Reinsurance 

Code: SREN

Cours: 70 francs

Objectif: 77 francs (+10%)

La firme suisse de réassurance fêtant en 2013 son 150e anniversaire, des rumeurs annoncent un dividende extraordinaire qui pourrait faire grimper le rendement au-dessus des 7%. Un rally sur le titre avant le paiement prévu mi-avril risquerait de faire plonger le titre le jour du détachement.


Conseil nº2

Swisscom 

Code: SCMN

Cours: 405 francs

Objectif: 430 francs (+6%)

Traditionnellement, c’est un des titres suisses les plus stables grâce à son rendement de 5%. Ce qui en fait une cible privilégiée pour les investisseurs avides de rentabilité régulière. L’action détachera 22 francs le 8 avril, auxquels il faudra renoncer si la plus-value, d’ici là, lui est supérieure.

Conseil nº3

Belgacom 

Code: BELG

Cours: 21,2 € 

Objectif: 23 € (+8%) 

L’opérateur belge a déjà versé 0,5 euro en décembre, complété par un versement de clôture d’au moins 1,3 euro (6%) fin avril. Le montant final pourrait être supérieur aux attentes et risque, ici aussi, d’augmenter l’intérêt des acheteurs dans les semaines qui précèdent son paiement.

Conseil nº4

Total 

Code: FP 

Cours: 38,4 € 

Objectif: 41 € (+9%) 

En raison de la volatilité des cours du brut, le pétrolier offre une rentabilité moins stable que les valeurs financières. Cependant, pour 2012, le dividende annualisé culmine au-dessus de 6% de rendement. Le paiement trimestriel de celui-ci empêche quelque peu la volatilité du titre.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."