Bilan

Ben Bernanke et la Chine refroidissent les marchés

Le président de la Réserve fédérale américaine a lâché une petite phrase sibylline qui a tempéré l’enthousiasme ambiant.
Les signes d’un ralentissement en Chine font monter l’inquiétude en Asie. Crédits: Stan Honda/AFP

En prévoyant un ralentissement de ses rachats du bon du Trésor, la Réserve fédérale américaine (Fed)veut éloigner le spectre de l’inflation. Cette mesure, qui était surtout destinée à améliorer le marché de l’emploi, pourrait en effet enclencher un renchérissement du coût de la vie si elle n’est pas totalement maîtrisée. 

Les dernières statistiques font état d’une amélioration conjoncturelle outre-Atlantique. A l’image de l’indice de confiance des consommateurs qui frôle les 84% d’opinions positives contre 76% en avril.  Si cet indicateur n’est qu’un sondage et ne revêt donc pas l’importance des statistiques, il montre néanmoins un net regain d’optimisme qui devrait se traduire par une consommation accrue, vecteur d’un  retour d’inflation. 

Les taux longs ne s’y sont d’ailleurs pas trompés en remontant considérablement, faisant plonger le prix des obligations. Si l’économie américaine s’améliore, les signes d’un ralentissement en Chine font monter l’inquiétude en Asie. 

Bien qu’il soit  possible que les Etats-Unis prennent le relais de la croissance à moyen terme, cette amélioration prendra quelques trimestres, ce qui devrait maintenir les marchés dans une phase de correction puis de consolidation au cours des semaines à venir.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."