Bilan

Cazeneuve récuse les accusations de falsification

Le ministre français du Budget Bernard Cazeneuve a récusé mercredi les accusations de "L'Agefi" sur une falsification par son ministère des listes d'évadés fiscaux volées par Hervé Falciani.

Le ministre français du budget, Bernard Cazeneuve.

Crédits: DR

Le ministre français du Budget Bernard Cazeneuve a récusé mercredi les accusations de "L'Agefi" sur une falsification par son ministère des listes d'évadés fiscaux en Suisse livrées par l'ex-informaticien de la banque HSBC à Genève, Hervé Falciani.

"Tous les éléments d'information dont nous disposons montrent que "L'Agefi" a tort", a-t-il affirmé sur la radio France Info, en s'appuyant sur un rapport parlementaire de juillet 2013 qui infirmait déjà ces accusations.

M. Cazeneuve a rappelé avoir "entendu ces informations", qui mettaient en cause l'un de ses prédécesseurs de droite à Bercy, Eric Woerth, alors que lui-même était encore dans l'opposition.

Il a souligné avoir, à son arrivée au ministère dans la foulée de l'affaire Cahuzac, "ouvert les portes aux rapporteurs généraux" du Budget de l'Assemblée nationale et du Sénat, "qui ont un pouvoir de contrôle sur pièces et sur place".

Le rapporteur de l'Assemblée, le député PS Christian Eckert, "s'est rendu à Bercy, a fait une enquête extrêmement approfondie au terme de laquelle il a indiqué que ces éléments n'étaient pas justes. Donc je confirme que ces éléments ne sont pas justes", a martelé Bernard Cazeneuve.

L'Agefi avait accusé mardi sur son site les autorités françaises d'avoir falsifié en 2009 les listes livrées par Hervé Falciani, en expurgeant "environ 3.300 noms de clients français de HSBC Private Bank".

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."