Bilan

Comparez les performances des banquiers!

Votre banquier est-il doué? Pas toujours facile de répondre. Les établissements restent généralement discrets sur les performances réalisées pour le compte de la clientèle. Mais cela risque de changer. Une société lance un indice répliquant les performances des banques de gestion. «Nous avons voulu créer un outil utile au plus grand nombre, souligne Alain Freymond, associé de BBGI Group à Genève. Il sera publié mensuellement dès janvier 2009.» D'un coup d'oeil, les épargnants pourront savoir si leur banquier fait du bon boulot. «C'est une très bonne idée, il n'existait pas à ma connaissance un outil pour comparer les banques de gestion», s'enthousiasme un conseiller en investissements d'une grande banque. BBGI Group a livré ses premiers résultats à fin novembre pour les clients suisses. Depuis janvier, les performances s'échelonnent de -9,72% à -17,23% et -24,34% selon les profils d'investissement. «Nos indices ne sont pas issus d'une modélisation ou d'une optimisation aveugle qui pourraient conduire à des allocations d'actifs peu rationnelles ou concentrées», relève Fernand Garcia, le second associé. Les deux financiers se sont basés sur leur expérience auprès des caisses de pension pour les créer. Ils se sont notamment occupés de la clientèle institutionnelle chez Pictet au cours des années 1990. «Nous avons établi trois profils correspondant à la typologie adoptée par la majorité des banques en matière de gestion sous mandat, détaille Alain Freymond. Ces profils calculés sur la base d'indices se déclinent en fonction des risques que les clients sont prêts à prendre.» Les trois catégories ont été baptisées low risk, medium risk et dynamic risk. Elles reflètent le poids des principales classes d'actifs - actions, obligations, immobilier, matières premières, hedge funds et private equity - que l'on retrouve dans les portefeuilles. Brèche ouverte Pourquoi personne n'y avait pas pensé avant? «Notre chance est d'être issus du monde de l'institutionnel où de tels indices - LPP Pictet - existent et où la transparence est forte, répond Fernand Garcia. En vérité, l'un des géants du calcul d'indices boursiers, le londonien FTSE, propose déjà un outil similaire. Mais il n'est pas public d'accès et reste réservé aux banques, qui l'utilisent pour se faire une idée de la performance globale de l'industrie. «Le problème est que les clients ne reçoivent pas cette information», constate le conseiller en investissement de la grande banque. Les banquiers ne sont pas forcément opposés à davantage de transparence. «Le lancement de l'indice BBGI est une bonne chose, l'ouverture d'une brèche qu'il faut encourager, indique Ricardo Payro, porte-parole de la Banque Syz à Genève. Il met toutefois en garde contre les limites méthodologiques de l'exercice. «L'utilisation d'indices pose plusieurs problèmes, qui sont encore amplifiés lorsqu'il s'agit d'indices globaux combinés entre eux», explique-t-il. Lui verrait d'un bon oeil un autre type d'outil pour la clientèle: un indice qui combinerait les résultats des banques de gestion. «Ce qui intéresse le client, c'est de savoir comment sa banque s'est comportée par rapport à ses pairs. Un institut neutre pourrait compiler les performances, selon un standard adopté par tous, et produire un indice de l'industrie.» En attendant, l'indice de BBGI Group intéressera les épargnants dont les portefeuilles broient du rouge. Photo: Fernand Garcia et Alain Freymond / © D.R.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."