Bilan

Credit Suisse de nouveau dans le viseur des Etats-Unis

La Fed a mis en garde l'établissement bancaire suisse à propos de transactions financières présentant trop peu de garanties pour les créanciers.

Les régulateurs américains disposent d'un arsenal de sanctions allant d'un avertissement à une amende pouvant se monter jusqu'à 1 million de dollars par jour. Credit Suisse a aussi été mis en cause mardi par l'Etat de Virginie dans un dossier de crédits hypothécaires pourris.

Crédits: Keystone

La banque helvète Credit Suisse est de nouveau dans le collimateur des autorités américaines qui lui reprochent de ne pas tenir compte de leurs avertissements dans ses pratiques en matière d'emprunts risqués, rapporte mardi le Wall Street Journal (WSJ).

Sont visés l'émission d'obligations et le placement de titres de créances d'entreprises vendus à des sociétés de capital investissement et autres fonds qui pourraient se révéler très risqués voire toxiques pour le souscripteur, ajoute le quotidien des milieux d'affaires new-yorkais.

La banque centrale américaine (Fed) a adressé récemment une lettre à l'établissement financier pour le mettre en garde, selon le quotidien qui cite des sources proches du dossier.

Cette mise en garde s'inscrit dans le cadre de directives émises l'an dernier par la Fed aux banques, pour leur demander d'éviter au maximum des transactions financières ayant recours à un endettement trop important, ou présentant un minimum de garanties pour les créanciers en cas de défaut de paiement de l'émetteur de l'obligation.

Depuis le début de l'année, Credit Suisse a placé pour 9 milliards de dollars auprès des investisseurs américains, ce qui en fait l'une banques les plus importantes sur ce marché, affirme le WSJ citant le cabinet spécialisé Dealogic.

Ce n'est pas rare de voir les autorités américaines interpeller les banques sur leurs activités d'émission d'obligations ou de placement de dette.

L'an dernier la Fed avait adressé des lettres de récrimination à une douzaine de banques de Wall Street les rappelant à l'ordre, selon le WSJ.

En la matière, les régulateurs américains disposent d'un arsenal de sanctions allant d'un avertissement à une amende pouvant se monter jusqu'à 1 million de dollars par jour, en passant par un abaissement de l'évaluation qu'ils attribuent à la banque visée.

- Credit Suisse poursuivi en Virginie -

Sur un autre dossier, Credit Suisse est aussi pointé du doigt par l'Etat américain de Virginie, qui poursuit en justice les filiales de treize banques. Comme le procureur Mark Herring l'a annoncé mardi, ces établissements, dont font notamment partie Credit Suisse et UBS, se voient reprocher d'avoir revendu des crédits hypothécaires pourris au fonds de pension de l'Etat de Virginie avant la crise financière.

L'Etat exige une compensation totale qui s'élève à 1,15 milliard de dollars (1,07 milliard de francs). Sont également visés par la plainte Barclays, Citigroup, Bank of America, Deutsche Bank, Goldman Sachs, Royal Bank of Scotland, HSBC, Morgan Stanley et JPMorgan.

"Ces banques ont menti à la Virginie, faisant perdre aux contribuables et fonctionnaires des centaines de millions de dollars" en 2010, a souligné Mark Herring dans un communiqué. Les représentants de ces établissements n'ont pas souhaité répondre aux questions de Reuters ou n'étaient pas atteignables.

De nombreuses grandes banques ont dû mettre la main au porte-monnaie ces derniers mois au vu de leur comportement pendant la crise financière, parmi lesquelles UBS et Credit Suisse. Toutes deux ont également payé des amendes pour avoir aidé des clients américains à dissimuler leur argent au fisc.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."