Bilan

Dans la jungle des frais, la stabilité prévaut

Les frais bancaires varient d’une banque à l’autre. Et la complexité est de mise dans ce domaine. La FRC a sondé les principaux instituts bancaires. Et fournit quelques conseils.
En 2009, la Fédération romande des consommateurs établissait son premier comparatif des frais bancaires. Ces sommes que les banques facturent pour l’utilisation standard d’un compte salaire ou épargne.

La FRC vient de refaire l’exercice. Résultat: pas grand changement. Elle constate que pour l’offre de base, UBS et Credit Suisse restent plus chères.

Les deux banques cantonales vaudoise et de Genève ont par contre diminué leurs tarifs. Elles ne sont plus les plus chères parmi les banques cantonales.

La situation n’a pas changé sur le front du e-banking. La gestion par internet reste plus avantageuse que la gestion traditionnelle. Normal, le client assume une partie du travail.

Selon la FRC, la Banque alternative suisse et la Banque cantonale du Valais sont même passées à la gratuité pour la tenue de compte, la carte de débit et les frais d’écriture.

Seuil rehaussé

La FRC constate aussi qu’il est devenu plus difficile de pouvoir profiter de tarifs avantageux. Pour bénéficier de frais réduits, la limite inférieure d’avoirs en compte est passée de cinq à dix milles francs à la BCV. Et de dix à quinze milles francs à la Banque Coop.

Ceci dit, le manque de transparence rend la comparaison difficile. La FRC constate d’ailleurs une tendance à la personnalisation des tarifs. Conclusion: le client a tout intérêt à identifier son profil pour définir la banque qui lui conviendra le mieux. Le secret, comparer et comparer encore.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."