Bilan

Des automates à bitcoins dans toute la Suisse

Une société zougoise a élaboré un prototype qui change du cash en monnaie virtuelle. Ces machines devraient être installées dans toute la Suisse.

Le bitcoin permet des transactions sur internet grâce à un procédé cryptographique.

Crédits: DR

Des automates à bitcoins dans toutes les grandes villes de Suisse, c’est le projet de la société Bitcoin Suisse. «Nous avons déjà un prototype. Si nos projets se déroulent comme prévu, nous pourrons installer sept bancomats dès le début du mois d’avril», indique Niklas Nikolajsen, CEO et fondateur de la firme.

Monnaie virtuelle controversée notamment en raison des possibilités de blanchiment, le bitcoin permet des transactions sur internet grâce à un procédé cryptographique. Le cours de cette devise décentralisée a flambé à la fin de l’année dernière. Un épisode qui a créé un gros buzz.

La direction de Bitcoin Suisse fait actuellement les démarches pour obtenir les autorisations légales nécessaires. «Nous voulons être admis à la Financial Services Standards Association (VQF). L’adhésion ferait de nous la première entreprise suisse bitcoins reconnue comme intermédiaire financier», détaille le CEO.

Ingénieur IT spécialisé dans le domaine bancaire, Niklas Nikolajsen est un Danois installé en Suisse depuis deux ans. Il a fondé Bitcoin Suisse l’été dernier à Baar (Zoug). Spécialisée dans les systèmes de payements alternatifs, la société emploie une dizaine de personnes. Les automates de Bitcoin Suisse sont développés en collaboration avec une entreprise allemande et une fabrique autrichienne. 

Succès spectaculaire

Courant janvier, Bitcoin Association Switzerland a déposé un premier bancomat à bitcoins de fabrication américaine à Zurich pour un essai pilote. Succès spectaculaire pour un phénomène encore confidentiel, la machine a enregistré 90 transactions portant sur 12 000 francs d’achat de bitcoins.  

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."