Bilan

Des Grecs de Suisse sortent des millions à Athènes

Qui a dit que les exilés grecs gardaient tout pour eux? Le clan Niarchos, établi à St-Moritz, finance le nouveau temple de la culture d’Athènes. Budget: 566 millions d’euros.
C’est actuellement le chantier marquant du centre d’Athènes. Un consortium italo-grec vient d’entamer le sol du Parc Stavros Niarchos.

Au terme des travaux, il abritera le centre culturel du même nom. Un complexe géant à 566 millions d’euros et 85'000 m2 de surface utile, signé Renzo Piano.

Mort à Zurich

Le Centre culturel de la Fondation Stavros Niarchos contiendra la Bibliothèque nationale et l’Opéra national grec. Il ne portera pas pour rien le nom du fameux armateur.

Sa fondation finance l’ensemble des travaux. L’homme, qui a longtemps habité St-Moritz, est mort à Zurich en 1996, rappelle Bilanz. Les œuvres de sa collection privée y font aujourd’hui partie des trésors du Kunsthaus.

Mais ses trois héritiers – Philip et Spyros Niarchos ainsi que Maria Isabelle Gouazé – résident toujours en Engadine. Ils y possèdent villas, terrains et un holding qui contrôle le cinq étoiles Kulm.

Le trio est soutenu dans la gestion de ses fonds par le banquier Kurt Arnold. Un ex de Credit Suisse et de l’Association suisse des banquiers, indique Bilanz.

Plus gros don

Ce nouveau palais de la culture d’Athènes est le plus gros projet unique financé à ce jour par les fonds Niarchos.

Mais les héritiers ont dépensé environ un milliard de francs pour divers projets dans le monde ces quinze dernières années.

Entre autres bénéficiaires, Bilanz cite le subventionnement des universités de Bâle, Fribourg et Zurich.

A Bâle, la fondation a même financé une traduction anglaise de l’«Iliade» d’Homère.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."