Bilan

Des marchés américains toujours soutenus

Les Etats-Unis insufflent au reste du monde une tendance haussière, qui est largement encouragée par les dernières décisions de la Fed.
La Fed a créé la surprise en maintenant son programme d’achat d’actifs. Crédits: Dr

Le 18 septembre, Ben Bernanke, président de la Réserve fédérale américaine (Fed), a créé la surprise en s’abstenant de réduire son programme d’achat d’actifs. La Fed a en effet contribué à restaurer la confiance des investisseurs et à ressusciter le cycle du crédit.

«La volte-face de la Fed dans sa stratégie de communication ne peut avoir été décidée à la légère. Une politique plus allusive devrait se mettre en place, décortique Jérôme Baillaud, analyste de Blue Lake Advisors. Son nouveau style devrait favoriser à terme une hausse de la volatilité.»

Après les récentes déclarations de la Fed, les chiffres de l’emploi américain vont être au centre de toutes les préoccupations. Le taux de chômage est attendu stable à 7,3%, et les créations d’emplois en légère hausse à 175 000.

Des publications décevantes engendreraient une reprise de l’aversion pour le risque et des anticipations de prolongement de la politique ultra-accommodante de la part de la Fed.

«A l’inverse, une amélioration sur le front de l’emploi supporterait notre scénario d’une réduction prochaine du programme d’achat d’actifs, de la poursuite de la bonne tenue des marchés d’actions et de la remontée graduelle des taux longs américains», poursuit Jérôme Baillaud.

Un grand nombre d’indicateurs avancés de l’activité sont attendus tant aux Etats-Unis (ISM des services) qu’en Europe (PMI, ZEW).

Ils sont globalement prévus en légère contraction mais toujours sur des niveaux forts aux Etats-Unis et compatibles, en Europe, avec le retour d’une croissance plus soutenue. Ces éléments devraient soutenir tant les marchés d’actions que l’ensemble des actifs risqués.

Selon Blue Lake Advisors, la question du plafond de la dette américaine (16 700 milliards de dollars) doit être résolue d’ici à la mi-octobre sans quoi les Etats-Unis seraient une nouvelle fois confrontés à un défaut technique de paiement et à une crise institutionnelle profonde.

Le risque d’une telle éventualité n’est pas à écarter; en effet, cette situation avait entraîné à l’été 2011 la perte du AAA.

Nathalie Praz

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."