Bilan

Dix conseils pour payer moins d’impôts

Il est encore temps de réduire sa facture fiscale 2012, mais il faut agir avant le 31 décembre! Bilan vous propose plusieurs pistes.

Comment réduire le montant de ses impôts? La question se pose à quelques semaines du terme de la période fiscale 2012 qui arrive à échéance le 31 décembre prochain. Il est encore possible de diminuer la facture à condition d’agir vite. Mais attention: les solutions envisageables s’accompagnent généralement de risques, qu’il convient d’accepter avant de franchir le pas. Car pour limiter la charge fiscale, il faut souvent investir. Autrement dit, il s’agit de tenter de maximiser le couple réduction d’impôt et rendement de son investissement. Voici dix conseils qui permettront d’alléger ses impôts, à appliquer avant le réveillon de la Saint-Sylvestre.  

1. Cotisation au 3e pilier

 

Les montants investis dans le 3e pilier sont déductibles du revenu imposable. Toutefois, la constitution d’un 3e pilier est uniquement réservée aux personnes affiliées à une caisse de pension ou aux indépendants non affiliés. La cotisation à ce type de prévoyance est l’une des options les plus simples à réaliser d’ici à la fin de l’année, notamment parce qu’il s’agit de montants relativement bas. La somme maximum pour un salarié est de 6682 francs pour 2012 à verser sur un compte en banque  (dédié à cela) ou à une assurance. Christian Duc, expert fiscal diplômé chez Berney Associés, met en garde quant aux délais: «Il faut faire  attention aux jours de congé durant la période de Noël car le virement doit parvenir à la banque ou à la compagnie d’assurances absolument avant le 31 décembre.» Quant à privilégier la banque ou l’assurance, il s’agit de déterminer le type de placement que l’on souhaite réaliser. Toutefois, alors que le 3e pilier bancaire est un compte rémunéré à un taux préférentiel, affilier son 3e pilier à une assurance est un peu moins flexible, dès lors que l’on signe un contrat. Christian Duc conseille ainsi de le coupler avec une assurance-vie ou de porter son choix sur un mixte des deux options (banque et assurance). Pour un indépendant qui n’est pas affilié à une caisse de pension, le montant des cotisations au 3e pilier est calculé différemment. Il s’agit de 20% du revenu net mais au maximum de 33 408 francs en 2012. Les conditions pour retirer son 3e pilier sont proches de celles du 2e pilier, soit: il faut accéder à une propriété principale ou rembourser son hypothèque, quitter la Suisse, être à cinq ans de la retraite ou encore se lancer comme indépendant. A savoir, dès lors, que la sortie du 3e pilier engendrera une imposition adoucie.

2. Rachat du 2e pilier

A l’instar du 3e pilier, les montants investis dans le 2e pilier sont déductibles du revenu imposable. Cependant, alors que racheter son 2e pilier peut s’avérer plus complexe, le montant déductible est souvent bien plus élevé. C’est la caisse de pension qui indiquera quel montant peut être racheté au titre de lacune de prévoyance. Le calcul de cette dernière peut être illustré de la manière suivante: il s’agit de faire une fiction comme si l’on avait touché depuis l’âge de 25 ans le salaire que l’on a aujourd’hui au taux de cotisation actuel. La différence entre l’avoir de vieillesse ainsi calculé et l’avoir effectif représente la lacune de prévoyance. Christian Duc suggère de lisser les rachats sur plusieurs années et de bien les planifier. Un seul gros montant de rachat pourrait être problématique si vous vous retrouvez l’année suivante sans économie. Parce qu’il faut rappeler qu’il existe un délai de blocage de trois ans pour retirer son argent. En cas de nécessité absolue, le fisc vous rattrapera. Roger Saul, expert fiscal diplômé, rajoute qu’il existe un risque lorsque vous êtes affilié à une caisse de pension dont la santé financière n’est pas bonne. «Il faut toujours regarder le degré de couverture de la caisse en question, sinon vous risquez de perdre une partie de votre argent.» En cas de mauvaise couverture, n’hésitez pas à racheter le 2e pilier de votre conjoint. De toute façon, quoi qu’il arrive, la moitié de la somme vous appartient!

3. Frais d'entretien d'immeuble

Afin de réduire un peu sa facture fiscale, rien de mieux que de réaliser quelques travaux à votre domicile principal ou dans votre résidence secondaire. Ce moyen, certes, vous fera dépenser de l’argent, mais au moins vous en profiterez. Retaper les salles de bains ou repeindre sa cuisine,  c’est un moyen d’en jouir tout en maintenant la valeur de son bien immobilier. Et Christian Duc de mettre en garde: «Rénovation ne signifie pas augmentation de la valeur de son bien.» En effet, si vous rajoutez une véranda, construisez une piscine ou surélevez votre maison d’un étage, il s’agit là d’une impense que vous ne pourrez pas déduire de votre déclaration d’impôt annuelle. Par contre, ces frais pourront être revendiqués en cas de vente du bien immobilier. Attention également à la date de facture des travaux. Cette dernière doit être libellée avant le 31 décembre 2012.

4. Travaux écofriendly

En règle générale, les investissements destinés à économiser et à ménager l’environnement peuvent être déductibles dans leur intégralité, malgré le fait qu’ils occasionnent une augmentation de la valeur fiscale de l’immeuble. Isoler ses fenêtres pour réduire les déperditions énergétiques ou par exemple changer de lave-vaisselle ou de four si ces derniers sont compris dans la valeur du bien immobilier et qu’ils consomment trop d’énergie sont des moyens de réduire sa facture fiscale. Il faut comme toujours prendre garde aux particularités cantonales et noter qu’en cas de construction nouvelle ces investissements font partie du coût de construction et ne sont donc pas déductibles. A nouveau, faites attention à la date de facturation des travaux, elle doit être libellée avant le 31 décembre.

5. Achat d'un bien immobilier «d'occasion»

Une méthode d’optimisation fiscale intéressante consiste à acquérir un bien immobilier de quelques années nécessitant des travaux de rafraîchissement. Comme indiqué précédemment, les frais de rénovation sont déductibles. L’acquisition du bien immobilier doit être prévue dans un but de maintien du patrimoine à long terme, notamment en louant un nouvel objet, et non en espérant en retirer un gain immédiat à la vente. L’objectif est de veiller à ne pas tomber dans la qualification fiscale de professionnel de l’immobilier.

6. Dons

Ce paragraphe concerne les âmes charitables. Parce que faire un don à une œuvre caritative ne vous permet pas en soi d’économiser de l’argent. Cependant, vous pourrez le déduire de votre déclaration. L’entité doit être reconnue d’utilité publique et exonérée d’impôt. Le montant maximum déductible dépend de chaque canton.

7. Frais de représentation ou de perfectionnement

 

Les frais pour se payer un nouveau costume ou encore les charges liées aux menues dépenses professionnelles peuvent être défiscalisés. Il s’agit là d’indemnités forfaitaires à négocier avec son entreprise (et avec le fisc). Si vous souhaitez par ailleurs perfectionner vos connaissances informatiques ou améliorer une nouvelle langue, les frais des cours peuvent également, dans certains cas, être déduits. En règle générale, le maintien des connaissances exigées par l’employeur peuvent être déduites. Un changement de job? Là, malheureusement, les frais visant à acquérir une nouvelle formation de base ne sont pas déductibles en Suisse romande, à l’exception du Valais.

8. Couples divorcés ou futurs mariés

 

Si une séparation intervient en cours d’année, les conjoints divorcés devraient idéalement coordonner leur déclaration et répartir éventuellement les charges selon leur revenu. Si ce n’est pas La guerre des Rose, ils se mettront d’accord sur les acomptes déjà payés en cours d’année. Mais quoi qu’il en soit, en termes de déclaration, la convention de séparation fait foi. Attention! Les frais de garde de vos enfants (crèche, maman de jour) peuvent être déduits mais les montants sont différents selon les cantons. Et bonne nouvelle: les bambins représentent des charges fiscales qui réduisent l’impôt total à payer. Quant aux amoureux, si vous projetez de vous marier avant la fin de l’année, un conseil: économisez sur les cadeaux de Noël, car la facture risque d’être salée. «Genève est toutefois un cas particulier. Si l’un des deux futurs époux n’a pas d’activité professionnelle ou un revenu plus bas, le nouveau couple verra sa facture globale d’impôt réduite en cas de mariage», annonce Roland Etienne, expert fiscal diplômé. L’associé chez Kendris rappelle que, à Genève, le principe de splitting privilégie déjà la plupart des couples mariés. Par ailleurs, il existe des différences notoires d’impositions pour les couples mariés dans les différents cantons. Il peut donc être avantageux (ou au contraire désavantageux) de déménager avant la fin de l’année.

9. S’endetter

En raison des taux d’intérêt historiquement bas, il peut s’avérer intéressant d’augmenter son endettement hypothécaire. Cet argent peut être utilisé soit pour renflouer sa caisse de pension, soit pour acheter un bien, soit pour faire les travaux de maintenance de sa maison, par exemple. Dans tous les cas, cette stratégie permet de diminuer les impôts sur le revenu. Cependant, Roger Saul estime qu’il ne s’agit pas d’une réelle économie fiscale, puisqu’il y a quand même des intérêts hypothécaires à payer et qu’il faudra bien un jour ou l’autre rembourser sa dette.

10. Versement d'un bonus ou d'un dividende

Pour les personnes qui sont actionnaires et salariés de leur propre société, se pose la question de savoir s’ils ont intérêt à percevoir un complément à leur salaire sous forme de bonus ou sous forme de dividende. En effet, des dispositions fiscales permettent une imposition privilégiée des dividendes alors que le salaire est imposé entièrement. Le recours à un fiscaliste est vivement recommandé afin d’obtenir des simulations fiscales. Il est nécessaire de rappeler que la plupart de ces réductions d’impôts sont difficiles à mettre en place en quelques jours, soit avant le 31 décembre. C’est pourquoi il vaut mieux s’occuper de son imposition en cours d’année, et pas seulement à mi- novembre. Il est recommandé également de faire ses calculs afin de déterminer les spécificités cantonales et d’établir quelles sont les options les plus favorables à chacun, notamment si l’on est salarié ou indépendant. En effet, une multitude de déductions sont propres à chaque canton.

Les autres articles de ce dossier:

Valais, Neuchâtel et Jura baissent les impôts Ce qui changera pour l’année fiscale 2012

Crédits photo: Dreaming Andy/Fotolia, dr

Chantal Mathez

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."