Bilan

Etats-Unis et Europe: les indicateurs sont au vert

Novembre s’annonce plutôt bien pour les marchés boursiers qui devront cependant être attentifs aux nombreuses publications de chiffres.
La politique monétaire américaine reste favorable aux actions. Crédits: Richard Drew/Keystone

Le 30 octobre sera certainement un moment important pour les marchés financiers. La Réserve fédérale américaine annoncera si elle maintient ou pas ses achats de 85 milliards de dollars par mois. En septembre, elle avait «surpris» les marchés par son statu quo.

«Suite à la fermeture partielle du Gouvernement américain et son impact sur l’économie, aux faibles créations d’emplois et aux forces déflationnistes toujours présentes, il est fort probable que la Fed maintienne son cap», explique Philippe Rezzonico, analyste chez Blue Lakes Advisors.

Une politique monétaire très accommodante restera favorable pour les actifs à risque dont font partie les actions. Selon Blue Lakes Advisors, l’impact économique négatif de la fermeture partielle sera limité, car en contrepartie les taux d’intérêt se sont contractés, favorisant la poursuite de l’amélioration du secteur immobilier américain.

Le 5 novembre, la Commission européenne publiera ses prévisions économiques sur l’Europe. Les fondamentaux s’améliorent et les pays du Sud semblent sortir de récession. Les prévisions, sans exubérance non plus, devraient refléter la meilleure direction que prend l’Europe.

Une accélération de la croissance économique et des injections de liquidités des banques centrales sont des paramètres favorables aux actions. D’autant plus que les valorisations ne sont pas exagérées malgré un doublement des indices boursiers depuis mars 2009. Si l’on prend le PE forward, l’indice américain S&P500 est surévalué de 4%.

«Ce qui n’a rien d’inquiétant», précise l’analyste. Le PE Shiller (lissage des profits) est supérieur de 44% à la moyenne calculée sur cent trente années. Par contre, le PER historique est inférieur de 14% à la moyenne sur vingt-six ans.

Philippe Rezzonico conclut que «le marché boursier est correctement évalué, mais pas surévalué. Néanmoins, les indices boursiers ont besoin de croissance des profits et de solides fondamentaux pour justifier les valorisations actuelles, ce qui est le cas.»  

Nathalie Praz

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."