Bilan

Être riche rend-il plus méchant et égoïste?

Un professeur de psychologie de l'université de Berkeley vient de publier une étude dans laquelle il affirme que l'accroissement des richesses personnelles pousse à des comportements égoïstes et à la méchanceté.
  • L'un des exercices majeurs sur lesquels s'est basée l'étude réside dans une partie de Monopoly biaisée.

    Crédits: Image: Justin Sullivan/AFP
  • L'un des deux joueurs disposait d'un capital de départ double de celui de son adversaire et d'un dé supplémentaire à lancer.

    Crédits: Image: Justin Sullivan/AFP
  • Autre exercice étudié par les chercheurs de Berkeley: 10$ mis à disposition des volontaires, et les plus fortunés ont été moins généreux, moins disposés à partager cette petite somme.

    Crédits: Image: Patrick Lin/AFP
  • Les chercheurs de Berkeley ont également étudié le comportement des automobilistes aux passages piétons, constatant que les voitures les plus chères s'arrêtaient moins que les véhicules moins onéreuses.

    Crédits: Image: Roslan Rahman/AFP

Cela ressemble à un stéréotype, à un cliché facile. Mais si cette idée reçue se vérifiait? Et si devenir riche poussait ceux qui conquièrent une nouvelle fortune à se montrer égoïstes et méchants envers leurs congénères? C'est la thèse développée par Paul Piff, chercheur en psychologie à l'université de Berkeley, qui a voulu vérifier ou invalider la thèse. Résultat de ses recherches: «Tandis que le niveau de richesse d'une personne augmente, ses aptitudes à la compassion et à l'empathie diminuent, alors même que leurs sentiments de défendre leurs droits, de voir leur mérite récompensé, et leur idéologie de l'intérêt personnel augmentent», affirme Paul Piff.

L'un des tests majeurs de l'étude a consisté en... une partie de Monopoly! Deux joueurs ne se connaissant pas étaient invités à disputer une partie traditionnelle à une exception près: l'un des deux disposait au départ d'un capital deux fois plus important que celui de son adversaire et d'un dé supplémentaire à lancer. Un bol de bretzels était disposé à côté du plateau de jeu.

Des joueurs riches plus grossiers

Si tous les participants ont reconnu que le jeu était ainsi truqué, les attitudes ont varié au fil du temps: le joueur «favorisé» s'est montré plus grossier et plus odieux dans ses paroles et ses actes, a haussé le ton de sa voix et a davantage pioché dans le bol de bretzels. Dans l'analyse post-partie, ces joueurs riches ont également largement plus vanté leur stratégie et leurs choix pour expliquer leur victoire. Reléguant les avantages dont ils bénéficiaient au rang de détail.

Autre test utilisé par Paul Piff et ses collègues: une invitation à la générosité. Les chercheurs ont distribué à un panel de participants volontaires une somme de 10$, en les invitant à la conserver ou la partager totalement ou partiellement. Résultat de l'exercice: les personnes ayant un salaire bas (inférieur à 25'000$ annuels) ont partagé 44% de plus que les personnes ayant un salaire élevé (plus de 150'000$).

Voitures de riches contre autos de pauvres

Autre facette de l'étude: l'observation d'un passage pour piétons en Californie. Selon Paul Piff, 50% des conducteurs de voitures au prix élevé ne se sont pas arrêtés pour laisser traverser les piétons, tandis que les conducteurs de voitures peu onéreuses se sont presque toujours arrêtés.

Conclusion du chercheur de Berkeley: «Les Américains sont, semble-t-il plus narcissiques et égocentriques que jamais, mais ces qualificatifs ne sont pas uniforméement répartis: les plus riches présentent ces caractéristiques de façon bien plus marquée que ceux qui sont moins fortunés».

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."