Bilan

Genève recule au palmarès des places financières

La Suisse conserve deux places financières au top10 mondial des principaux centres financiers globaux, selon le classement Global Financial Centres (GFCI 14) paru lundi. Mais Zurich (6e) et Genève (8e) perdent une place.
  • L'étude 2013 du Z/Yen Group de Londres classe 80 places financières mondiales dans le cadre de son Global Financial Centres. Crédits: AFP
  • 1. Londres reste n°1 malgré un recul de sa note assez sévère (-13 points). Crédits: Reuters
  • 2. New York perd aussi huit points mais reste à la 2e place. Crédits: AFP
  • 3. Pour compléter le podium, c'est Hong Kong qui reste sur la 3e marche avec là aussi un recul (-2). Crédits: Reuters
  • 4. Singapour se retrouve au pied du podium avec un recul notable de sa note (-8 points). Crédits: Reuters
  • 5. Tokyo se hisse de la 6e à la 5e place en gagnant deux points. Crédits: Reuters
  • 6. C'est Zurich qui fait les frais de la progression de Tokyo: la cité alémanique perd une place (et cinq points) et se retrouve 6e. Crédits: Keystone
  • 7. Deuxième progression du top10: Boston a gagné trois points qui lui ont permis de gagner une place (7e). Crédits: Reuters
  • 8. L'ascension de Boston s'est faite au détriment de Genève qui perd deux points et une place (8e). Crédits: Keystone
  • 9. A l'avant-dernière place du top10, Francfort a perdu un point mais gagné une place. Crédits: Reuters
  • 10. Pour clore le top10, Séoul a chuté d'une place en perdant 9 points entre 2012 et 2013. Crédits: Reuters

Tokyo passe devant Zurich et Boston double Genève: le millésime 2013 du classement des places financières globales (Global Financial Centres, GFCI 14), publié lundi 30 septembre, voit les deux cités suisses reculer.

Certes, la Suisse demeure le seul pays au monde avec les États-Unis à placer deux centres financiers d'importance dans le top 10 mondial établi par le Z/Yen Group de Londres. Mais les deux représentants helvétiques sont aussi les seuls du top 10 à reculer.

Des reculs suisses à relativiser

Le recul de Genève et Zurich reste toutefois relatif: la cité alémanique perd cinq points (723 à 718) entre 2012 et 2013, tandis que la cité romande en perd deux (712 à 710). Une contre-performance à mettre en parallèle avec le recul plus brutal de Londres, n°1 du classement, qui perd treize points, ou de New York, n°2, qui perd huit points.

Parmi les plus fortes baisses figurent Osaka (n°30, -21 points), Melbourne (n°33, -20), Munich (n°34, -18) ou encore Paris (n°29, -14). A contrario, Monaco (n°23, +20), Shanghai (n°16, +15) et Rio de Janeiro (n°31, +14) voient leur importance croître.

Genève et Zurich perçues comme stables

Genève demeure la première place financière globale de l'aire francophone dans ce classement, loin devant Montréal (n°18), Monaco (n°23) et Paris (n°29). La cité de Calvin est particulièrement bien notée par les interlocuteurs du Proche Orient, d’Afrique, d’Amérique du Nord et d’Europe.

La place financière du bout du lac est également vue comme une Global specialist, particulièrement performante dans les catégories Professional services (6e), Human Capital (8e), Reputational factors (8e), Banking (9e). Et, à l'instar de Londres, Hong Kong, New York, Singapour, Boston, Chicago, Sydney et Francfort, Genève et Zurich sont vues comme des places financières «stables et susceptibles de variations moins marquées» que d'autres centres.

Publié chaque année, l'étude Global Financial Centres est élaborée par le Z/Yen Group, installé à Londres en se basant sur une centaine de facteurs pondérés, que les auteurs combinent avec les commentaires de 2800 spécialistes du domaine. En amalgamant ces données, ils attribuent des points à chacune des 80 places financières étudiées à travers le monde et établissent ainsi leur classement.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."