Bilan

Hausse du franc: la BNS intervient-elle trop?

Avec ces ventes historiques de francs contre euros, la BNS visait à défendre le niveau de 1,40 franc pour soutenir les exportateurs. «On estime que cela a effectivement permis d’éviter 9% de hausse du franc, ce qui a sauvé 4,2 milliards d’exportations vers l’Europe, sur un total de 47 milliards sur la période», explique Dominique Morisod, spécialiste des marchés chez Threestones Capital àGenève. JP Morgan juge que ces interventions sont inefficaces, le franc s’étant apprécié de 10% en douze mois alors même que la BNS a vendu 190 milliards de francs sur la période. Le courtier voit le franc s’apprécier encore à 1,25. Burkhard Varnholt, chef stratège de Sarasin, défend la BNS: «Il est justifié qu’elle détienne ces positions quand l’euro est aussi sous-évalué, d’autant qu’elle ne crée pas d’inflation, contrairement aux Etats-Unis et au Japon.» Mais il admet qu’un hedging (couverture) par les entreprises de leur exposition en euros est plus efficace.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."