Bilan

Hoeness, son Bayern, ses millions en Suisse... et Louis-Dreyfus

Feu Robert Louis-Dreyfus, ex-patron d'Adidas, ancien président de l'Olympique de Marseille, a versé des millions à son ami Uli Hoeness afin de spéculer avant de monter dans le club allemand.
Les millions d'euros révélés dans le scandale Uli Hoeness, le président du FC Bayern (qui dispute ce soir sa demi-finale aller en Champions League face au FC Barcelone), provenaient de l'ancien patron d'Adidas, Robert Louis-Dreyfus, disparu en 2009, explique la Süddeutsche Zeitung.

Robert Louis-Dreyfus, alors patron d'Adidas et président de l'Olympique de Marseille, n'a jamais caché son amitié avec Uli Hoeness, alors manager puis président du FC Bayern München. En 2000, il ouvre un compte à la banque Vontobel alimenté à hauteur de 20 millions de marks, soit 5 millions provenant du manager français et 15 millions de crédit garanti par une caution pour Uli Hoenesss, soit 10 millions d'euros.

Avec ces millions, les deux hommes ont spéculé en Bourse et ailleurs, précise le quotidien munichois. Après un ou deux ans, le manager du FC-Bayern a remboursé les cinq millions ainsi que le crédit.

Cette affaire s'est déroulée à l'époque où Adidas négociait une entrée dans le capital du club bavarois. En septembre 2001, Hoeness annonçait que l'équipementier allemand prenait une participation de 10% au prix de 75 millions d'euros alors que le club prolongeait son contrat de fourniture avec le numéro deux mondial des équipements sportifs. Ce partenariat est toujours d'actualité de nos jours.

Nike voulait en faire partie

D'autres groupes étaient intéressés à l'époque, mais le futur FC Bayern AG voulait travailler «avec une entreprise allemande», expliquait alors Uli Hoeness, et a donc rejeté d'autres offres. Parmi ces dernières figurait Nike, numéro un mondial de la branche et principal concurrent d'Adidas, ajoute la Süddeutsche Zeitung

Robert Louis-Dreyfus a racheté Adidas en 1993 avant de le redresser avec succès, de l'introduire en bourse et de se retirer début mars 2001. Son successeur, Herbert Hainer, opère toujours à la tête du groupe comme directeur général et dispose également d'un siège au conseil d'administration du FC Bayern.

Selon le quotidien allemand, il n'y a pas de signe d'un lien entre les activités privées du duo Hoeness-Dreyfus et les affaires entre Adidas et le FC Bayern. «J'ai recommandé à Monsieur Hoeness de ne pas répondre aux sollicitations et il suit ce conseil», a déclaré son avocat Michael Nesselhauf

Un compte de Vontobel au centre de l'affaire

Après l'échec de l'accord fiscal entre la Suisse et l'Allemagne, Uli Hoeness s'est dénoncé aux autorités allemandes, ne cachant pas le compte ouvert par Robert Louis-Dreyfus à la banque Vontobel. Par la suite, le président du club a payé trois millions d'euros en taxes et intérêts.

L'affaire fait grand bruit en Allemagne alors que l'équipe affronte mardi soir le FC Barcelone dans son antre de l'Allianz Arena, jouant ainsi sa troisième demi-finale de Ligue des champions en quatre ans. La Chancelière Angela Merkel a déjà pris ses distances. «Beaucoup de monde est déçu en Allemagne et la chancelière en fait partie», a déclaré son porte-parole Steffen Seibert à Berlin.

Robert Louis-Dreyfus, qui est décédé au début juillet 2009 à Zurich d'une leucémie, était resté proche d'Uli Hoenes qui lui avait rendu visite à plusieurs reprises durant les semaines précédant sa disparition.
Pascal Schmuck,

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."