Bilan

JPMorgan Chase enregistre de gros bénéfices malgré une ardoise

Au cours des douze derniers mois, la banque aura payé quelque 20 milliards de dollars pour solder une série de litiges.

Jamie Dimon, CEO de JPMorgan Chase.

Crédits: DR

La banque américaine JPMorgan Chase a enregistré un recul de 16% de son bénéfice net à 17,9 mrd USD sur l'ensemble de l'année 2013, faisant moins que prévu, en raison d'une ardoise record en dépenses juridiques pour solder une série de litiges liés à la crise immobilière.

Au cours des douze derniers mois, la banque aura payé quelque 20 mrd USD pour solder une série de litiges, dont 13 mrd liés aux titres dérivés de prêts hypothécaires à risque (subprime), et plus de 1 mrd USD liés à l'affaire de la "Baleine de Londres".

Par action et hors dépenses juridiques et provisions, le bénéfice courant annuel, référence pour les investisseurs américains, ressort à 4,35 USD, soit 12 cents de moins que la prévision moyenne des analystes.

En 2012, la première banque américaine en termes d'actifs avait enregistré un bénéfice annuel net qualifié de record de 21,3 mrd USD.

Sur le seul quatrième trimestre 2013, ses gains ont reculé de 7,01% à 5,3 mrd USD comparé à octobre-décembre 2012. Le bénéfice courant par action trimestriel est, lui, de 1,30 USD contre 1,39 attendu.

L'ex élève modèle de Wall street explique qu'en excluant tous les éléments exceptionnels qui ont grevé sa performance, il aurait gagné 1,40 USD par action, soit 1 cent de mieux qu'attendu.

"Nous sommes contents d'avoir fait des progrès pour tenir notre calendrier en termes de régulation et de litiges", a souligné le PDG Jamie Dimon, cité dans le communiqué. "Quelques-uns de ces différends sont désormais derrière nous", a-t-il ajouté, citant notamment l'affaire Madoff.

Pour M. Dimon, les accords avec les autorités américaines étaient "dans le meilleur intérêt de notre entreprise et de nos actionnaires".

Début janvier, JP Morgan Chase a annoncé avoir accepté de payer pour près de 2,6 mrd USD pour régler des poursuites pénales et civiles des autorités américaines qui l'accusaient d'avoir fermé les yeux sur les pratiques de l'escroc Bernard Madoff.

Et ce n'est pas fini puisqu'elle fait encore face à des enquêtes et poursuites des Etats-Unis pour des soupçons de corruption en Chine, sur son négoce de matières premières, sur des manipulations du taux Libor ou encore des taux de change.

Il lui est reproché d'avoir trompé les investisseurs sur la qualité de ses titres hypothécaires, et d'avoir provoqué indirectement expropriations, drames familiaux et faillittes personnelles.

Malgré ces amendes record ayant terni son image, les investisseurs ont gardé confiance à la banque. En 2013, l'action a gagné plus de 27% s'échangeant à ses niveaux historiques.

JPMorgan Chase, qui se réjouit d'une "forte" performance en termes d'activités au quatrième trimestre a vu son chiffre d'affaires se stabiliser en 2013 à 99,8 mrd USD, mieux que prévu (98,65 mrd). Sur les trois derniers mois de l'année, il est de 24,1 mrd USD en petite baisse de 1,2% sur un an.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."