Bilan

L'accès aux marchés financiers européens en péril pour la Suisse

L'accès au marché européen va devenir nettement plus difficile pour les acteurs du secteur financier helvétique après le "oui" à l'initiative contre l'immigration de masse.

Le secrétaire d'Etat aux questions financières internationales Jacques de Watteville ne se fait pas d'illusions. Pour la Suisse, il ne sera pas aisé de trouver des alliés.

Crédits: DR

L'accès au marché européen va devenir nettement plus difficile pour les acteurs du secteur financier helvétique après le "oui" à l'initiative contre l'immigration de masse. Le secrétaire d'Etat aux questions financières internationales Jacques de Watteville ne se fait pas d'illusions. Pour la Suisse, il ne sera pas aisé de trouver des alliés.

"Sans libre circulation des personnes, il n'y a pas de libre circulation des services". Lors d'une rencontre en Italie la semaine dernière, Jacques de Watteville s'est vu asséner cette phrase, a-t-il relaté lundi lors d'une conférence de presse à Berne.

Le secrétaire d'Etat estime qu'il est important de trouver une solution avec l'Union européenne pour garantir l'accès aux marchés, gage de prospérité pour la place financière suisse. Mais après le scrutin du 9 février, la tâche est devenue "plus ardue", a-t-il admis.

Contrairement à ce que "certains pensent", la Suisse ne peut pas vraiment faire pression sur Bruxelles avec les négociations sur la fiscalité de l'épargne ou l'imposition des entreprises. "L'UE sait que la Suisse va devoir passer à l'échange automatique d'informations, par le biais des standards de l'OCDE; au pire des cas, elle peut donc attendre", a lancé M. de Watteville.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."