Bilan

L’aléa François Hollande préoccupe la City

La pole position du candidat socialiste dans les sondages à l’élection présidentielle française alimente les pires scénarios.

Certains de mes clients se préparent à spéculer sur une montée en flèche des taux d’intérêt de la France si François Hollande est élu.» Cette remarque, lâchée sur le mode de la confidence par un banquier d’affaires britannique, résume le sentiment d’une partie de la City à propos des perspectives de la crise de l’euro. De sources sûres, l’éventualité des conséquences d’une victoire de François Hollande est discutée dans de nombreux établissements, ne serait-ce que pour savoir si ce ne serait pas de nature à mettre fin au rebond actuel des bourses. C’est que, pour de nombreux financiers, le dernier règlement de la crise grecque n’est pas vu, à l’instar de Paris ou de Berlin, comme une victoire sur le temps – le temps de digérer et de contenir la probable faillite d’Athènes – mais simplement comme une manœuvre dilatoire. Ils évoquent généralement l’image de la canette qu’on pousse du pied dans la descente version City du mythe de Sisyphe. Surtout, ils s’interrogent sur la possibilité pour la Banque centrale européenne de poursuivre sa politique accommodante d’injections de liquidités au travers du système bancaire en cas de changement de cap à Paris.

La vengeance de la finance sans visage?

Bien sûr, le socialiste qui a déclaré que son véritable ennemi c’est «la finance sans visage» n’est pas fait pour rassurer les banquiers et autres gérants de hedge funds. Marc Fiorentino, ex-trader et président de monfinancier.com, a écrit un scénario-fiction selon lequel «une fois François Hollande à l’Elysée, la finance se vengera», avant de conclure que le socialiste finira à Canossa, ou plus exactement à Francfort pour mendier le secours de l’Allemagne. Pourtant ce ne sont pas tellement les rodomontades du discours de François Hollande au Bourget – qui plus est tempérées par ses déclarations rassurantes depuis à la presse britannique, en dépit du risque politique qu’elles présentaient – qui inquiètent véritablement la City. Non, ce qui est au cœur des préoccupations, c’est une volonté bien précise du candidat socialiste: celle de renégocier les derniers traités obtenus à grand-peine avec le reste de l’Europe. François Hollande a en effet qualifié ces accords, dits «fiscal compact», de «trahison de la souveraineté de la France», en dépit qu’il s’agisse plus d’un renforcement du vieux pacte de stabilité que d’un véritable transfert de souveraineté budgétaire. Le fait que les parlementaires socialistes se soient abstenus lors du vote sur ce sujet la semaine dernière à l’Assemblée nationale française a été de nature à alimenter les inquiétudes de la City sur la réalité de ce risque. Le superstratège d’UBS George Magnus a résumé récemment l’enjeu en affirmant que «la victoire de Hollande pouvait ouvrir une nouvelle phase d’instabilité et d’incertitude». En creux, Angela Merkel dit exactement la même chose en s’engageant, comme jamais aucun chancelier allemand avant elle, dans la campagne française pour soutenir Nicolas Sarkozy. Avec la perspective d’élections générales en Allemagne en 2013, la chancelière sait qu’elle n’aurait guère de marge de manœuvre pour renégocier avec une France qui au surplus va être remplacée dès cette année par la Chine en tant que principal partenaire commercial. Une période d’incertitude s’ouvrirait alors dont la principale conséquence serait d’empêcher la Banque centrale européenne de poursuivre son rôle proactif à cause des doutes sur l’engagement des politiques sur leur discipline fiscale à long terme.

Le plus probable dans ce contexte, c’est que l’élection présidentielle française tourne au référendum sur la poursuite du projet européen. Pas sûr que François Hollande soit prêt à assumer le risque d’un non, même si cela le force à mettre beaucoup d’eau minérale allemande dans son vin rouge.

Crédit photo: PATRICK KOVARIK/AFP

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."