Bilan

L’Asie pourrait réserver de mauvaises surprises

Ce sera calme côté américain. Les yeux seront rivés sur la Thaïlande et la Chine où les tensions pourraient impacter les marchés financiers.

Aux états-Unis, ce mois de juin 2014 marque le début du «no man’s land» boursier. Pendant cette période, il n’y a plus de publications de résultats d’entreprises, et les statistiques macroéconomiques sont peu significatives (à part les chiffres du chômage). Ce sera l’heure de faire un bilan.

«Sur ce point, si l’on se concentre sur la publication du premier trimestre des sociétés américaines, force est de constater qu’il est bon!, estime John Plassard, économiste chez Mirabaud Securities. En effet, sur la totalité des sociétés du S&P 500 ayant publié leurs résultats, 69% ont fait mieux que prévu, alors que la moyenne était à 63% sur le long terme et à 66% sur les quatre derniers trimestres.»

Dans la zone euro, le spécialiste surveille la montée des partis populistes et eurosceptiques aux dernières élections européennes et leurs implications économiques. Sur les marchés obligataires, il estime qu’il ne devrait pas y avoir d’inversement de tendance à moyen terme, traduisant ainsi une certaine stabilité dans la zone euro et une confiance accrue dans la capacité de la BCE à intervenir en cas de «coup dur».

Concernant l’impact sur l’euro, John Plassard est d’avis que cela pourrait confirmer la tendance baissière que le marché connaît depuis début mai. 

Sur le volet chinois, il faut remarquer, outre la confirmation d’un atterrissage en douceur de la croissance économique au premier semestre 2014, l’évolution d’éléments géopolitiques tels que les tensions avec le Vietnam et le refroidissement des relations diplomatiques avec les Etats-Unis (ces derniers accusant la Chine d’espionnage commercial).

Concernant les «éléments perturbateurs», Mirabaud Securities regarde attentivement l’évolution de la crise thaïlandaise. Plusieurs pays s’inquiètent de l’impact économique des perturbations de la semaine écoulée.  Pour mémoire, la Thaïlande est, entre autres, très active dans le secteur des semi-conducteurs ainsi que divers composants pour automobiles.

«Il ne faut jamais oublier que dans ces marchés à faible volume tous les facteurs exogènes peuvent avoir une influence majeure sur l’évolution des indices», rappelle l’économiste.

Nathalie Praz

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."