Bilan

L’été sera chaud: vive les boissons!

Il existe peu de secteurs où la météo s’avère avoir autant d’influence sur le cours des actions que celui des brasseurs et des vendeurs de sodas. Tour d’horizon.
Crédits: Dr

Même si les derniers frimas de l’hiver peinent à s’éloigner, les investisseurs, eux, regardent déjà vers l’été. Traditionnellement, cette période est propice à la prise de position sur les valeurs en rapport avec les boissons. Si l’été s’annonce chaud et sec, ce pari peut s’avérer très lucratif. En effet, une année caniculaire peut, à elle seule, faire progresser les ventes de plus de 5% dans un marché où la croissance organique est relativement limitée.

Les leaders historiques dominent le marché et continuent leur stratégie de croissance par absorption. Le géant né de la fusion de l’américain Anheuser Busch (BUD) et du belge Inbev (ABI.BT) domine toujours le marché occidental avec une vingtaine de marques. Son concurrent Heineken (HEIA), quant à lui, se positionne surtout sur les marchés émergents plus porteurs de croissance.

Le britannique SABMiller (SAB.LN) se concentre sur le marché anglo-saxon, son fief historique. 

Dans ce marché où les fusions-acquisitions ont été légion dans la dernière décennie, il reste quelques petites entreprises qui peinent à survivre face à ces trois «empires de la bière». On peut citer le danois Carlsberg (CARL-B), qui jouit toujours d’une grande aura auprès des amateurs, mais dont la stratégie faiblement expansionniste le pénalise aux yeux des investisseurs. 

Traditionnellement, on rapproche les titres des brasseurs de ceux des producteurs de spiritueux, bien que ceux-ci soient moins influencés par la météo. On peut ainsi citer Rémy Cointreau (RCO) et l’italien Campari (CPR), dont les ventes d’alcool fort sont plus stables. Un titre fait cependant exception, il s’agit de Pernod-Ricard (RI), dont les ventes de pastis sont très liées à la température estivale. 

Le géant britannique Diageo (DGE) quant à lui subit le contrecoup de sa forte exposition au marché américain et anglais où la lutte contre l’alcoolisme est en passe de devenir une priorité. Il en va aussi de même pour les titans du soda que sont Coca-Cola (KO) et Pepsi (PEP), de plus en plus critiqués pour leur responsabilité dans la progression de l’obésité.

Les mesures envisagées pour lutter contre ce fléau risquent de ressembler à un casse-tête pour ces sociétés. 

Notons enfin que les sociétés actives dans le vin sont doublement sensibles aux phénomènes météorologiques puisque, en plus de la consommation, la production subit aussi des aléas si les vendanges sont affectées. Le cas de Laurent-Perrier (LPE) est, à ce titre, révélateur, puisqu’il subit une baisse de 27% de son bénéfice suite à un repli de près de 30% sur le volume du raisin récolté. 

Conseil nº1

Heineken

Code: HEIA

Cours: 59 euros 

Objectif: 70 euros (+18%). 

Le brasseur hollandais a plus que doublé son bénéfice grâce à ses acquisitions asiatiques (Asia Pacific Breweries) qui lui permettent de réaliser deux tiers de ses ventes dans des pays émergents. La société est ainsi idéalement placée pour poursuivre sa croissance à moyen terme.

Conseil nº2

Laurent-Perrier 

Code: LPE

Cours: 63 euros 

Objectif: 72 euros (+15%). 

Malgré le faible rendement des vignes en 2012, le producteur de champagne arrive à faire progresser son chiffre d’affaires de près de 4% au premier semestre, grâce surtout à un gros effort de communication que la marque va poursuivre afin de renforcer sa notoriété, surtout en Asie.

Conseil nº3

Carlsberg

Code: CARL-B 

Cours: 575 DKK 

Objectif: 660 DKK (+15%). 

Le brasseur danois, leader en Suisse suite au rachat de Feldschlösschen, fait maintenant figure de petit après les vagues de rachat orchestrées par ses concurrents. Avec une capitalisation représentant 10% de ses concurrents tel Anheuser Busch, il n’est pas à l’abri d’une tentative de rachat.

Conseil nº4

Pernod-Ricard 

Code: RI

Cours: 97 euros  

Objectif: 110 euros (+13%).  

La firme française a réaffirmé son objectif de 6% de croissance et veut poursuivre son désendettement, freinant ainsi sa stratégie d’expansion par acquisitions. Elle compte ainsi devenir un des leaders du marché du whisky, principalement en Asie où elle vient de fortement se positionner.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."