Bilan

L'ex-PDG de Banco Espirito Santo libéré sous caution

Ricardo Salgado, mis en examen pour "fraude, abus de confiance, falsification et blanchiment de capitaux", a été relâché contre une caution de 3 millions d'euros.

L'ancien PDG de la BES, âgé de 70 ans, est mis en examen "dans le cadre de l'opération Monte Branco (Mont Blanc)", qui vise à démanteler le plus grand réseau de blanchiment de capitaux du Portugal. Il s'est dit prêt "à collaborer avec la justice".

Crédits: DR

L'ancien patron de la banque portugaise Espirito Santo (BES), Ricardo Salgado, arrêté jeudi matin dans le cadre d'une affaire de blanchiment d'argent, a été remis en liberté contre une caution de 3 mio EUR, a annoncé le parquet général.

Interrogé pendant près de 7 heures par un juge d'instruction, il a été mis en examen pour "fraude, abus de confiance, falsification et blanchiment de capitaux", a précisé le ministère public dans un communiqué.

Des perquisitions avaient déjà été menées mercredi dans plusieurs entités du groupe familial Espirito Santo, au coeur d'une tourmente en raison des difficultés financières de plusieurs de ses holdings.

Ricardo Salgado "a collaboré avec la justice, a exposé sa vision des faits et continuera à le faire. Il va désormais rentrer chez lui", a déclaré son avocat à la presse à l'issue de l'interrogatoire.

L'ancien PDG de la BES, âgé de 70 ans, est mis en examen "dans le cadre de l'opération Monte Branco (Mont Blanc)", qui vise à démanteler le plus grand réseau de blanchiment de capitaux du Portugal.

Lancée par le ministère public en 2011, cette opération porte sur un système de fraude fiscale et de blanchiment de capitaux impliquant des gestionnaires de fortune en Suisse et des clients portugais.

Ricardo Salgado s'est dit prêt "à collaborer avec la justice pour établir la vérité comme il l'avait déjà fait il y a près de deux ans", a-t-il assuré dans un communiqué.

En décembre 2012, l'ex-PDG de la BES avait témoigné volontairement auprès des autorités dans le cadre de cette enquête. Le ministère public avait alors estimé qu'il n'était pas suspect et qu'il n'y avait pas d'indice de fraude fiscale.

L'ancien patron de la BES avait été écarté, le 20 juin dernier, de la direction de la banque, après la découverte en mai d'irrégularités comptables au sein de l'une des holdings du groupe familial.

Après 23 ans à la tête de la banque, le patriarche de la famille Espirito Santo a été remplacé le 14 juillet par l'économiste réputé Vitor Bento, marquant la sortie du clan des instances dirigeantes de la banque.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."