Bilan

La place financière tessinoise pénalisée par l'italien

La place financière tessinoise est pénalisée par rapport à ses homologues dans le reste du pays du fait de la pénurie de fonctionnaires maîtrisant l'italien. Dans une interpellation adressée au Conseil fédéral, le conseiller national Fabio Regazzi (Centre) avance que l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) mettrait plus de temps à traiter les dossiers soumis dans la langue de Dante.

Selon le conseiller national Fabio Regazzi, la Finma mettrait plus de temps à traiter les dossiers soumis dans la langue de Dante.

Crédits: DR

Pour ces derniers, les délais peuvent aller jusqu'à deux ans, tempête l'élu tessinois, qui juge cette situation "inacceptable". Une critique renvoyée à l'expéditeur par le conseiller fédéral Ueli Maurer (UDC), en charge du département des Finances (DFF), selon qui "la Finma n'enregistre aucun retard dans le traitement des dossiers en raison de la langue".

Selon l'avocat Paolo Bernasconi, l'introduction des nouvelles lois sur les services et les établissements financiers a engendré un surcroît de travail pour le régulateur. "Jusqu'à présent, sur 180 candidatures envoyées, 89 ont reçu le feu vert et seulement cinq sont tessinoises", fait valoir l'ancien procureur mardi dans les colonnes du Corriere del Ticino. Selon lui, "il est clair qu'il y a un problème de personnel parlant italien".

"C'est très décevant et je suis surpris", a rétorqué Fabio Regazzi, signalant que la question est le fruit de constats de professionnels du secteur, citant le cas du client d'un avocat tessinois ayant décidé de se faire représenter par un confrère alémanique "pour éviter toute perte de temps", appelant le chef du DFF à "agir en conséquence" si le marché tessinois est "aussi important qu'on le dit".

"Tant les fiduciaires que les avocats se plaignent des retards généralisés dans le traitement des dossiers par la Finma", explique M. Bernasconi, confirmant des délais pouvant atteindre deux ans. Et de poursuivre: "plusieurs collègues m'ont déjà parlé de clients qui en ont assez et vont à Londres".

Le centriste tessinois entend désormais augmenter la pression sur le régulateur avec d'autres actes parlementaires ou en introduisant une limite de temps pour le traitement des dossiers. "La place tessinoise est déterminée à battre le fer tant qu'il est chaud, et il nous reste deux semaines avant la fin de la session pour réfléchir à la manière de franchir les prochaines étapes", a conclu M. Regazzi.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."