Bilan

La bourse brésilienne à l'heure du Mondial de foot

Pendant la Coupe du Monde de football, les traders seront à l'heure de la Seleçao: les jours de matchs de la sélection brésilienne, les horaires de transactions seront écourtés pour suivre les rencontres.
  • Les traders brésiliens veulent suivre les matchs de la Seleçao: les transactions de devises seront arrêtées pendant les rencontres de l'équipe du Brésil.

    Crédits: Image: Mauricio Lima/AFP
  • Pendant les matchs, tout le peuple brésilien sera derrière son équipe de football.

    Crédits: Image: AFP
  • Le stade de Sao Paulo devrait vibrer pendant les matchs de la Coupe du Monde.

    Crédits: Image: AFP

Les dirigeants du Brésil espèrent que la Coupe du Monde disputée en juin et juillet dans leur pays permettra à l'économie de reprendre, alors que le pays connaît un net recul de sa croissance ces derniers mois. Il faudra sans doute compter sur les touristes et le dynamisme impulsé par l'événement et les chantiers qu'il engendre. Car du côté des travailleurs brésiliens, la succession des matchs risque au contraire de se présenter comme un handicap pour la productivité.

Ainsi, la banque centrale du Brésil a annoncé mardi que le marché des changes à la bourse de Sao Paulo, y compris les transactions interbancaires, serait suspendu pendant les rencontres de la Seleçao, l'équipe nationale du Brésil. Alors que les horaires sont habituellement 9h00-17h00, ils passeront exceptionnellement à 9h00-13h00 (heure locale), afin de permettre aux traders de suivre les rencontres de la sélection nationale.

Les traders rejoignent ainsi d'autres catégories de travailleurs qui ont obtenu des aménagements provisoires des horaires et conditions de travail pour suivre les rencontres de la Coupe du Monde. Et ce mouvement va au-delà des frontières du pays organisateur. Ainsi, en Allemagne, deux syndicats ont demandé aux entreprises d'adapter les horaires de travail afin que les employés puissent suivre les matchs, en dépit du décalage horaire: 28 des 64 matches débuteront à 22h00 voire minuit, à l'heure allemande.

Syndicats en demande, patrons ouverts

Michael Vassiliadis, responsable d'IG BCE (syndicat du secteur mines, énergie et chimie), a exprimé cette demande récemment dans Bild: «Je trouve que les employeurs et les comités d'entreprise doivent discuter ensemble d'une adaptation, si possible, des horaires de travail afin que les employés puissent regarder les matches».

En face, la passion du football est partagée par certains patrons. Ainsi, Lencke Wischhusen, dirigeante de la Fédération des jeunes entrepreneurs, ne ferme pas la porte à de tels aménagements: selon elle, il serait «envisageable de démarrer plus tard le travail, là où c'est possible». Même flexibilité du côté de Wolfgang Steiger, secrétaire général de la Fédération patronale proche de la CDU: «Nous les patrons, nous pouvons faire des efforts auprès de nos employés lors des matchs auxquels participent l'Allemagne».

Brésil et Allemagne figurent (avec l'Espagne) parmi les favoris de la compétition qui démarre le 12 juin, avec un match du Brésil: déjà un jour où les transactions de devises ne devraient pas connaitre de record à Sao Paulo.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."