Bilan

La courbe boursière qui fait peur, à tort ou à raison

L'analyste Tom DeMark a relevé un inquiétant parallèle entre les cours de la bourse en 1928-1929 et ceux de 2012-2013. De là à imaginer un krach imminent, certains ont franchi le pas. Mais d'autres indices boursiers que le Dow Jones viennent relativiser ce risque.
  • Des rumeurs d'un krach imminent ont couru entre fin 2013 et aujourd'hui.

    Crédits: Image: Reuters
  • C'est ce graphique qui a mis le feu aux poudres: les courbes du Dow Jones de 1928-1929 et de 2013-2014 présentent des similarités étonnantes.

    Crédits: Image: McClellan Market Report
  • Les courbes d'autres indices, dont le S&P500, contredisent toutefois cette similarité de situations boursières.

    Crédits: Image: Business Insider/St.Louis Fed.

Il faut bien reconnaître que la similitude est étonnante: même pics, mêmes chutes, même rythme de progression. Sur les douze mois qui viennent de s'écouler, l'indice Dow Jones a suivi une évolution singulièrement semblable à celle des douze mois qui ont précédé le krach boursier de 1929.

La similarité des évolutions de l'indice boursier sur ces deux périodes a été repérée fin décembre 2013 par l'analyste Tom DeMark qui a immédiatement publié un tableau présentant les courbes comparées. «Le marché devrait connaître une nouvelle hausse. Puis, quand nous serons au sommet de ce pic, les choses deviendront plus fragiles. Si l'on analyse les pics, à chaque plus haut l'index était porté par un nombre plus restreint d'entreprises», commentait-il alors.

Or, selon cette courbe, le krach devrait intervenir avant le 4 avril 2014. Si certains attendent que survienne, à retardement, cet hypothétique krach, d'autres préfèrent en sourire: «Je travaille au sein de cette entreprise depuis 43 ans mais je ne me souviens pas avoir été autant assailli par un seul et même courriel présentant cette comparaison des courbes boursières avec 1929», témoigne Jeffrey Saut, chef de l'investissement stratégique chez Raymond James.

Pour d'autres analystes, pas question de céder à la panique avant d'avoir analysé davantage d'éléments. Et les voilà se pencher sur d'autres indices boursiers. Un autre indice phare de Wall Street, le S&P500, montre alors une évolution radicalement différente de l'époque antérieure au krach de 1929. Certes, les deux courbes indiquent une hausse du cours, mais les rythmes sont très différents.

 

Pourquoi alors un tel buzz dans les milieux boursiers depuis quelques semaines? Pour certains, le web et les réseaux sociaux sont un élément majeur d'explication. Pour Daniel Wiener, directeur général chez Adviser Investments, «avant l'ère d'internet, ces graphiques n'auraient jamais vu le jour, ou si ça avait été le cas ils auraient été vus, et rapidement relégués dans l'ombre. Aujourd'hui, le fait que tout le monde ait les yeux rivés sur des sites web exercés à attirer l'attention favorise cette tendance».

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."