Bilan

La fuite des capitaux s'intensifie en Espagne

La Banque d'Espagne souligne que les chiffres correspondant aux huit premiers mois de 2012 sont «bien supérieurs» à ceux enregistrés un an plus tôt. Entre janvier et août, 247 milliards d'euros ont été retirés.
Le volume des capitaux retirés d'Espagne par les investisseurs a bondi entre janvier et août pour atteindre 247 milliards d'euros, soit plus de 600 fois plus que sur la même période de 2011. Le phénomène reflète l'inquiétude que suscite l'économie du pays.

Ce chiffre, publié mercredi par la Banque d'Espagne, marque un nouveau record depuis le début de la série statistique lancée en 1990. Il signifie que les grands investisseurs espagnols et étrangers ont préféré se tourner vers l'extérieur pour placer leurs fonds.

Il s'agit notamment de fonds qu'ils possèdent en Espagne sous forme de prêts et dépôts ainsi que de portefeuilles d'actions et de titres de dette du pays.

Au total, 247 milliards d'euros ont été retirés entre janvier et août, alors que le pays avait enregistré, sur la même période en 2011, une sortie de capitaux de seulement 398 millions d'euros, soit 620 fois moins.

La Banque d'Espagne souligne dans un communiqué que les chiffres correspondant aux huit premiers mois de 2012 sont «bien supérieurs» à ceux enregistrés un an plus tôt.

Alors que les doutes persistent autour d'une possible demande de sauvetage financier de l'Espagne, quatrième économie de la zone euro, le retrait des capitaux enregistrés jusqu'en août illustre la défiance des marchés.

Celle-ci s'est toutefois apaisée à partir du mois d'août, avec notamment l'annonce, bien reçue par les investisseurs, de la volonté d'agir de la Banque centrale européenne (BCE) pour aider certains pays de la zone euro, comme l'Espagne, à se financer.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."