Bilan

La justice nie avoir traîné dans le cas de Bruno Frick

La justice schwyzoise affirme n'avoir reçu qu'en 2011 la plainte contre Bruno Frick pour gestion déloyale. Il a été nommé récemment au conseil d'administration de la FINMA.
Le Ministère public schwyzois aurait laissé traîner la plainte pénale contre Bruno Frick, nommé récemment au conseil d’administration de l’autorité de surveillance des marchés financiers (FINMA). C’est ce que prétend le plaignant, d’après un article paru dans la Handelszeitung. La justice schwyzoise affirme n’avoir reçu la plainte qu’en 2011.

«Le plaignant déclare avoir déposé sa plainte en 2009 déjà. Or rien n’a été enregistré en ce sens auprès du Ministère public du canton de Schwyz», écrit celui-ci lundi dans un communiqué. Aucun numéro d’envoi, qui permettrait de vérifier les déclarations du plaignant, n’a été produit. Le Ministère public nie avoir laissé traîner les choses. La plainte n’a pas été jugée prioritaire dans un premier temps, «puisqu’aucune mesure immédiate n’était nécessaire pour la conservation de preuves».

Problème de personnel

«La priorité des plaintes a dû être revue, car trois procureurs ont quitté leurs fonctions dans le cadre de la ’crise de la justice’ et que le Ministère public a dû faire face à d’importants problèmes de personnel», explique le communiqué.

La procédure pénale contre l’ancien conseiller aux Etats schwyzois Bruno Frick (PDC) remonte à 1999. Les soupçons de gestion déloyale sont associés au dessein d’enrichissement.

Comme les faits reprochés remontent à plus de dix ans, se pose la question de la prescription. «Il va de soi que nous observons les délais», a précisé lundi à l’ats le procureur schwyzois Fabian Kühner.

Examen du dossier

Dans une prise de position diffusée dimanche, Bruno Frick rejette les accusations portées contre lui. Lundi, les parties ont obtenu l’examen entier du dossier, mais Bruno Frick n’a pas souhaité prendre position à ce stade, a-t-il indiqué.

L’ancien conseiller aux Etats a été informé vendredi dernier qu’il faisait l’objet d’une plainte. Lorsqu’il a été nommé au conseil d’administration de la FINMA à la fin juin, ni lui ni le Conseil fédéral n’avaient connaissance de cette plainte. Le Département fédéral des finances va chercher le dialogue prochainement avec Bruno Frick et la FINMA. Le principal intéressé a déjà fait savoir qu’il n’entend pas renoncer à ses nouvelles fonctions.
Jean-Claude Meier

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."