Bilan

La Suisse meilleur élève selon Standard & Poor's

Les banques suisses sont celles qui présentent le moins de risques au monde, selon le classement 2013 établi par l'agence de notation Standard & Poor's.
«Tous derrière et lui devant», chantait Georges Brassens au sujet de son «Petit cheval blanc» dans le mauvais temps. Malgré le vent mauvais qui souffle sur le secteur bancaire avec la multiplication des affaires et scandales, les établissements financiers helvétiques gardent les reins solides, selon Standard & Poor's.

L'agence de notation a placé les banques suisses en tête de son classement BICRA (Banking Industry Country Risk Assessment) qui évalue les risques du secteur par pays. Et la Suisse se retrouve ainsi seule dans ce que S&P qualifie de Groupe 1, selon un certain nombre de critères.

Niveau élevé et stabilité des dépôts

C'est notamment au regard de la stabilité des dépôts que les banques suisses ont réussi à sortir du lot, a annoncé l'agence dans un communiqué. La stabilité et le niveau élevé des dépôts ainsi qu'un appétit contenu pour le risque et une dépendance minimale pour les financements externes ont permis cette performance. Le soutien qu'apporte le marché domestique de la dette a renforcé ces atouts.

Standard & Poor's ajoute que la flexibilité et la compétitivité de l'économie suisse et la solidité des finances publiques ont également joué un rôle dans le très bon classement des banques suisses.

Un risque sur le marché immobilier

Seul bémol: le marché immobilier, qui pourrait poser des risques de crédit à l'avenir, malgré une culture conservatrice sur le risque et l'octroi de prêts. La flambée des prix et la très forte demande sont pointées du doigt.

Contactée mardi matin, l'Association suisse des banquiers (ASB) n'avait «pas connaissance de la publication de ce classement», et, «en l'absence d'information sur les critères et les notes des établissements suisses, se garde de tout commentaire».

France, Allemagne, Liechtenstein, Singapour dans le groupe 2

Principaux partenaires commerciaux de la Suisse, la France et l'Allemagne sont classés dans le groupe 2, aux côtés de pays tels que le Liechtenstein, la Finlande, le Canada, Hong Kong, Singapour, et l'Australie.

Publié chaque année et régulièrement actualisé, le classement BICRA constitue une évaluation pour chaque pays du risque propre au système bancaire. Sur une échelle de 1 (le plus faible) à 10 (le plus élevé), différents critères sont passés en revue par les analystes de S&P. Le secteur bancaire helvétique s’est également vu attribuer le score 1 dans la sous-catégorie «risque économique» et le score 2 dans le «risque sectoriel».
Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."