Bilan

Le bénéfice total des banques suisses est en forte hausse

En 2013, les banques suisses ont dégagé 11,9 milliards de francs de bénéfices totaux, après 7,1 milliards l'année précédente. Les pertes de l'exercice écoulé s'est réduite à 1,4 milliard.

Le quartier des banques à Genève

Crédits: MArk Henley

En 2013, les banques établies en Suisse ont dégagé des bénéfices pour un total de 11,9 milliards de francs, après 7,1 milliards l'année précédente. La somme des pertes de l'exercice écoulé s'est quant à elle réduite à 1,4 milliard, contre 6,9 milliards en 2012.

Ce rebond s'explique par le fait que les deux grandes banques, UBS et Credit Suisse, ont réalisé en 2013 un bénéfice, a indiqué jeudi la Banque nationale suisse (BNS). En 2012, UBS avait en effet accusé une perte de 2,51 milliards.

Pour la première fois, les données de PostFinance, qui a obtenu sa licence bancaire l'an passé, sont prises en compte dans l'enquête sur les banques suisses. D'où des augmentations exceptionnelles de certains postes, explique la BNS. La statistique 2013 englobe 283 établissements, contre 297 un an plus tôt.

Sur l'ensemble des instituts examinés, 235 ont dégagé un bénéfice (254 en 2012), alors que 48 (43) ont subi un débours. La somme des bénéfices bruts issus de l'activité bancaire ordinaire a augmenté de 11,8% pour s'inscrire à 19,5 milliards de francs, une croissance due pour environ un quart à PostFinance.

RECUL SANS POSTFINANCE

A fin 2013, la somme des bilans des banques suisses ressort à 2849,2 milliards de francs. Cette hausse de 2,6% sur un an s'explique là encore principalement par l'entrée dans la statistique de PostFinance et son total du bilan de 117 milliards.

Sans PostFinance, le total des actifs aurait reculé de 1,7% à 2732,1 milliards de francs par rapport à l'année précédente, précise la BNS. Le bilan des banques plutôt orientées vers le marché intérieur a progressé, contrairement aux instituts axés sur l'étranger.

PLUS DE 5000 EMPLOIS BIFFÉS

Sur le front de l'emploi, 1767 postes ont été biffés l'année dernière, ce qui ramène le total des banques établies sur sol helvétique à 127'137 équivalents plein temps. Mais sans les 3419 emplois de PostFinance, l'effectif global a chuté de 4% à 123'718 emplois, soit 5185 à la trappe d'une année sur l'autre.

En Suisse, l'effectif s'est réduit de 2,7% à 102'316 postes. C'est 2840 de moins qu'à fin 2012, dont 1955 rien qu'au sein des deux grandes banques. Les coupes étaient plus nettes dans les postes basés à l'étranger, réduits de 10% à 21'402 équivalents plein temps.

Comparé au pic de 2007, qui comptait 136'200 postes, le recul atteint 6% en Suisse et 21,8% hors de frontières, note la banque centrale.

OPÉRATIONS EN COMPTES SUISSES

Dans le détail, le résultat des opérations de commissions et des prestations de service s'est rehaussé à 24,5 milliards de francs. Ceux des opérations de négoce et les autres résultats ordinaires se sont par contre repliés, tout comme les charges d'exploitation.

Les fonds de la clientèle ont encore grandi. L'épargne et les placements se sont étoffés à 601,7 milliards de francs. Les créances hypothécaires en comptes suisses, soit près du tiers de la somme des bilans, ont elles augmenté de 4,2% à 869,8 milliards.

De manière générale, les opérations en comptes suisses ont crû par rapport à celles en comptes étrangers, relève la BNS. Le franc reste la principale monnaie de placement, avec une part de 51%, devant le dollar (22,3%) et l'euro (18,1%). Les dépôts en devises helvétiques ont bondi de 10,6% sur un an à 2634,7 milliards.

Grâce la hausse des cours boursiers, les stocks de titres dans les dépôts de la clientèle ont gagné 6,7% à 5167,4 milliards de francs à fin 2013. En revanche, les fonds fiduciaires poursuivent leur déclin.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."