Bilan

Le “Loup de Wall Street”, de la prison à la rédemption provisoire

Dans “The Wolf of Wall Street”, le nouveau film de Martin Scorsese qui sort le 25 décembre aux Etats-Unis, Leonardo DiCaprio incarne Jordan Belfort, le financier déchu.
  • The Wolf of Wall Street, avec Leonardo DiCaprio, sort le 25 décembre aux Etats-Unis.

  • Le financier Jordan Belfort a été inculpé pour fraude en 1998.

Avant Bernie Madoff et Jeffrey Skilling, l’ancien patron d’Enron qui purge une peine de 24 ans de prison pour son rôle dans le scandale fatal au géant énergétique, les Etats-Unis avaient Jordan Belfort. Le financier qui symbolisait les dérives de Wall Street a été inculpé pour fraude en 1998. Il a passé 22 mois en prison et a été condamné à payer 110,4 millions de dollars de restitution aux investisseurs qu’il avait floués.

Depuis sa condamnation, Jordan Belfort a notamment écrit deux mémoires dont The Wolf of Wall Street qui a inspiré le film du même nom, réalisé par Martin Scorsese. Ce long-métrage avec Leonardo DiCaprio dans le rôle de Jordan Belfort, sort le 25 décembre aux Etats-Unis et y fait couler beaucoup d’encre. Il a rapporté plus d’un million de dollars en droits d’auteur au “Loup de Wall Street”.

Le film raconte l’histoire hors du commun de cet enfant du Bronx qui gagnait 400 dollars par jour pendant ses études en vendant des glaces sur les plages de Long Island. A Wall Street, l’ascension de Jordan Belfort fut fulgurante. Il y touchait près d’un million de dollars par semaine à 26 ans. Mais happé par les excès, la drogue et le sexe, il a basculé dans la fraude en faisant gonfler artificiellement le cours d’actions qu’il possédait et qu’il revendait au prix fort. Ces manipulations ont conduit à la fermeture de Stratton Oakmont, sa firme de courtage, et à son inculpation en 1998.

Une descente aux enfers mise en scène

 

Jordan Belfort est aujourd’hui ce que les Américains appellent un motivational speaker, un conférencier qui motive ses auditeurs. “Les gens ne réalisent pas le pouvoir qu’ils ont”, affirme-t-il sur la vidéo accueillant les visiteurs sur son site Internet. L’homme de 51 ans n’hésite pas à mettre en scène sa descente aux enfers et sa réhabilitation pour prouver que sa méthode marche.

Dans une interview accordée en 2011 au magazine australien Wealth Creator, Jordan Belfort s’était décrit comme un façonneur d’état d’esprit: “Pour un homme d’affaire, les trois sentiments les plus importants sont la certitude, le courage et la clarté”, expliquait-il. “C’est le contraire de l’incertitude, de la peur et de la désorientation qui sont les trois sentiments qui vous affaiblissent le plus”.

La réhabilitation de Jordan Belfort reste provisoire. Le gouvernement américain reproche à l’ancien financier de n’avoir payé “que” 11,6 millions de dollars sur les les 110 millions de dollars qu’il doit. Le 11 octobre dernier, un procureur a même entamé une procédure légale accusant Belfort d’être en situation de défaut de paiement, avant de geler sa démarche pour tenter de trouver une solution avec lui. Mais cette menace de poursuites continue à remettre en question le retour en grâce du “Loup de Wall Street”.  

 

Jean-Cosme Delaloye

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."