Bilan

Le secteur aérien prêt à redécoller

Après la consolidation entamée en 2008, une embellie gagne l’aviation. Attention cependant à privilégier une approche sélective des compagnies.
Le titre IAG est recommandé, suite aux progrès de sa restructuration. Crédits: Dr

Les performances financières des compagnies aériennes continuent de s’améliorer dans la plupart des régions. Les Etats-Unis retirent les bénéfices de la consolidation du secteur entamée en 2008. Victimes de résultats catastrophiques, les compagnies avaient alors commencé à fusionner (Delta et Northwest en 2008, United et Continental en 2010, Southwest Airlines et AirTran Holdings en 2011) afin d’éviter la faillite.

«Nous demeurons positifs sur le secteur de l’aviation», commente Jarrod Castle, analyste d’UBS. Il préfère cependant une approche sélective en favorisant les compagnies qui ont fait des progrès importants en termes de restructuration à l’instar d’IAG ou d’easyJet. 

Le coefficient d’occupation des sièges est supérieur à 80%, selon le rapport mensuel de septembre 2013 de l’Association du transport aérien international (IATA). Si cette dernière table sur la continuation des améliorations pour l’année 2014, elle a cependant revu à la baisse ses prévisions de bénéfices pour 2013.

En cause, le prix du pétrole élevé. Cependant, IATA s’attend en 2014 à une baisse du prix du baril, à une diminution du risque géopolitique et à une amélioration sur les perspectives énergétiques aux Etats-Unis. En clair: une embellie du secteur.  

A côté de ces fondamentaux économiques, d’autres nouvelles démontrent l’optimisme des acteurs de ce secteur. La compagnie allemande Lufthansa voit grand en signant l’achat de 34 Boeing et 25 Airbus pour 14 milliards d’euros, la plus grosse commande de toute son histoire, dont la livraison est prévue en 2016.

Celle-ci fait suite à une autre commande de 100 Airbus en début d’année. Ce renouvellement de flotte permettra notamment à la compagnie de réduire ses coût d’exploitation grâce une consommation de carburant nettement inférieure.  

Côté restructuration, il y a du «Jean qui rit» avec l’américaine Delta qui a obtenu un feu vert pour son alliance avec l’anglaise Virgin Airlines concernant des vols entre New-York et Londres  et du « Jean qui pleure» avec le blocage par le département antitrust du Département de la justice américaine de la fusion entre American Airlines et US Airways.

Si elle avait été acceptée, on aurait vu naître le plus gros transporteur aérien du monde. Le ciel pourrait pourtant s’éclaircir si ces deux compagnies sortaient victorieuses du procès qui s’ouvrira le 25 novembre prochain et qui déterminera le sort réservé à cette mégafusion de 11 milliards de dollars. Un plan qui permettrait d’éviter la faillite d’American Airlines.   

Conseil nº1

Air France –KLM

Code: AIRF

Cours: 7,07 euros

Objectif: 9 euros

Natixis s’attend à un bon «news flow» à venir en termes de restructuration et pense que la compagnie est déterminée
à mettre en œuvre une nouvelle série de mesures de réduction des coûts. La croissance du trafic, le coefficient de remplissage et la recette unitaire sont satisfaisantes.

Conseil nº2

Lufthansa

Code: LHAG

Cours: 13,97 euros

Objectif: 17,50 euros

Son plan d’action SCORE, qui vise une réduction des coûts, des synergies et une augmentions du CA, encourage Natixis à recommander l’action. Ce plan doit permettre au groupe d’augmenter les résultats en 2015 et donc d’être en position de force pour participer à la consolidation du secteur.

Conseil nº3

IAG

Code: IAG

Cours: 329 pence

Objectif: 350 pence

Selon le patron d’IAG, la restructuration est bien avancée et le pire est derrière. Dans une optique de consolidation il n’envisage pas d’investissement dans des compagnies aériennes européennes dans un avenir proche. Les analystes sont donc favorables mais sans être euphoriques.

Conseil nº4

easyJet

Code: EZJ

Cours: 1302 pence

Objectif: 1600 pence

Face à la hausse du nombre de voyageurs en août de 3,9% (6,1 millions de passagers) par rapport à août 2012, et à un modèle d’exploitation favorable, le courtier Numis a relevé sa recommandation de «renforcer» à «acheter». Cette progression devrait continuer, selon les analystes.

Nathalie Praz

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."