Bilan

Le Trader masqué: en direct du floor

GEOX (GEO.IT 4.15 EUR)

La firme italienne, à l’image des chaussures qu’elle fabrique, reprend son souffle. Les marchés avaient cru s’étouffer lorsque la société a publié des résultats très décevants pour le premier trimestre. Avec une baisse de 13% des revenus et de 26% du bénéfice, le titre a été sanctionné, perdant plus de 40% sur un an. Cependant, les commandes pour les saisons à venir affichent une croissance réjouissante, ce qui expliquerait la faiblesse de ce début d’année par des déstockages de 2009. Cette apnée de deux trimestres semble bien derrière et la société reste confiante pour l’année en cours, soulignant qu’elle est victime de maladie de jeunesse. D’ailleurs, le fabricant continue à se diversifier pour atténuer les effets de la conjoncture économique. Bien que les chaussures représentent 90% du CA, les ventes de sa branche textile progressent (8% en six mois).

Sans revoir les excès du passé où le titre valait 15 euros, un retour vers les 6 euros peut se concrétiser au cours du prochain semestre.Petroplus (PPHN 12.3 CHF)

Le raffineur zougois a passablement souffert au cours de ces douze derniers mois. Le premier semestre 2010 à lui seul accuse une perte nette de 156 millions (contre un bénéfice de 194 millions en 2009). Cependant, si on ignore les effets du prix du brut sur les stocks, la période dégage un bénéfice net «ajusté» de 35 millions (contre 10 en 2009). L’année écoulée peine à refléter les efforts entrepris pour améliorer les marges du fait que le groupe a dû faire face à des travaux de maintenance sur trois de ses sites. La société a cédé sa participation dans PBF Energy Company sonnant ainsi le glas de ses ambitions outre-Atlantique. La holding, qui détient le site de Cressier, va se concentrer sur le Vieux-Continent. Bien qu’elle soit intéressée par la raffinerie de Lindsey (détenue par Total), Petroplus exclut d’autres acquisitions.

L’action, qui a perdu près de 50% en six mois, semble avoir surréagi, techniquement un rebond est attendu qui pourrait faire remonter le titre à 15 francs (+20%) d’ici à la fin de l’année.Schmolz + Bickenbach (STLN 25.5 CHF)

Après une année 2009 catastrophique, le fondeur lucernois semble repartir d’un bon pied. La baisse de son chiffre d’affaires de près de 50% à 2059 millions d’euros (contre 4092 un an auparavant) entraîne le résultat net dans les chiffres rouges (-276 millions d’euros contre +63 en 2009). Ces baisses spectaculaires sont surtout dues aux déstockages massifs des clients de S & B, principalement dans le secteur automobile. Bien que moins vigoureux que par le passé, les carnets de commandes se remplissent à nouveau, soulignant le caractère exceptionnel de l’exercice passé. La société va procéder à une hausse de capital pour être moins dépendante de la conjoncture. L’autre conséquence positive de cette opération sera de croître la part d’actions disponibles à 40% du capital (contre 25%). Une base financière assainie et le retour des chiffres noirs peuvent faire rebondir le titre aux alentours de 30 francs dans les trois prochains mois.

La suite dépendra surtout de la conjoncture, en particulier automobile.

 

SI VOUS AVEZ RATE LA QUINZAINE BOURSIERE

Les semaines se suivent et se ressemblent. Dans l’attente des premiers résultats pour le 3e trimestre, les investisseurs sont dans l’expectative. Si les chiffres économiques semblent reprendre le chemin de la croissance, il n’en est pas de même sur le front de l’emploi. Avec un taux de chômage proche des 10% aux Etats-Unis, une reprise durable de la consommation semble difficile. Des secteurs-clés comme l’automobile ou l’équipement électroménager restent sinistrés. Cependant, la récente baisse du dollar face aux autres monnaies occidentales (10% en un mois) devrait relancer les exportations dans ces domaines, offrant ainsi une base plus solide à une croissance retrouvée.

Dans cette attente, l’essentiel du volume se concentre sur les valeurs technologiques, dont le deuxième trimestre est déjà marqué par la croissance, les matières premières et les sociétés susceptibles d’être la cible d’OPA. Malgré ces quelques incertitudes, le marché poursuit son ascension et semble techniquement prêt à revoir ses plus hauts de l’année (1220 sur le S&P 500). La suite dépendra de l’amélioration de la conjoncture, y compris sur le front de l’emploi.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."